Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Matthew Modine du conseil d’administration de SAG AFTRA contre un nouvel accord avec les studios – date limite

Matthew Modine du conseil d’administration de SAG AFTRA contre un nouvel accord avec les studios – date limite

Matthew Modine a voté une fois contre l’accord de principe de SAG-AFTRA avec les studios, et il est sûr qu’il votera à nouveau contre.

« Le consentement, dans le contexte de cet accord, est une tyrannie », a déclaré le membre du Conseil national dans une longue déclaration précédant Thanksgiving, dénonçant l’accord, en particulier ses dispositions sur l’IA. « C’est de la soumission. »

Lisez ci-dessous la déclaration complète de Matthew Modine contre l’accord de principe de SAG-AFTRA

« S’ils sont ratifiés, les membres de la SAG-AFTRA qui consentent seront exploités numériquement d’une manière qui n’est pas clairement définie et échappe actuellement à notre capacité de contrôle individuelle », s’est exclamé Modine. « Le gouvernement américain, avec toutes ses ressources, ne sait pas comment créer des garde-fous en matière d’IA pour assurer la protection des citoyens », a ajouté l’acteur de Stranger Things. « SAG-AFTRA n’a certainement pas les ressources financières ou technologiques nécessaires pour faire face au tsunami de l’IA qui s’abat sur les côtes de l’industrie du divertissement. »

Alors que les membres éligibles de la Guilde, forte de 160 000 membres, votent actuellement pour ratifier l’accord conclu entre la SAG-AFTRA et l’AMPTP le 8 novembre après une grève de 118 jours qui a fermé Hollywood, un chœur croissant de dissidence contre l’accord a émergé. En fait, il était évident, lors de la réunion du Conseil national de la Guilde le 10 novembre, que tout le monde ne marchait pas dans la même direction. La réunion hybride a duré beaucoup plus longtemps que prévu et a finalement vu neuf membres du conseil d’administration, dont Modine, voter contre l’accord. Cela s’est traduit par une approbation totale de 86 % de la part du large conseil d’administration, soumettant l’accord à l’ensemble des membres pour ratification. C’est loin de l’unanimité clairement souhaitée par la présidente Fran Drescher et le directeur exécutif national Duncan Crabtree-Irlande.

Actuellement, alors que le vote de ratification commence le 14 novembre et se termine début décembre, la SAG-AFTRA n’a publié que des puces, puis un résumé de 18 pages de l’accord, et non le protocole d’accord complet de 128 pages.

Dans une publication sur les réseaux sociaux mercredi, Drescher, récemment réélu à une écrasante majorité, a promis que le protocole d’accord serait publié le 24 novembre à midi (heure du Pacifique). « C’est le contrat le plus lucratif, le plus innovant et le plus protecteur de l’histoire des syndicats du spectacle ! » Drescher a proclamé en mode pitch.

Comme Modine, candidat à deux reprises échoué à la présidence de la Guilde, l’a lui-même dit clairement le 22 novembre, et Justine Bateman l’a dit très clairement depuis des semaines, tout le monde ne voit pas l’accord âprement combattu à travers des lunettes aussi roses. Lors d’une séance d’information avec les membres le 13 novembre, Drescher s’en est pris aux « opposants » et aux critiques « de bas niveau » de l’accord. Jamais mentionnés nommément, ces critiques incluaient Bateman, qui a servi de conseiller en IA auprès du comité de négociation, mais elle a clairement indiqué qu’elle les considérait comme naïfs lorsqu’il s’agissait des réalités des négociations.

Bateman, dans une interview accordée à Deadline le 17 novembre, a rejeté cette attitude – en particulier en ce qui concerne les soi-disant garde-fous de l’IA. «Je pense simplement qu’il est inhumain et cruel de ne pas dire aux gens dans quoi ils s’engagent, de ne pas dire aux gens où se trouvent les failles», a-t-elle déclaré. « Si vous êtes dans le métier depuis assez longtemps, vous savez que nous serons exploités. »

Getty

Cette semaine, Modine a estimé que le rejet de l’accord proposé ne pourrait que renforcer le pouvoir de négociation de la Guilde avec les studios. « Revenir dans la salle de négociation et continuer à travailler sur les questions liées à l’IA et au consentement n’annule pas et ne démantelera pas les avantages actuels du contrat », a déclaré le chef de la Guilde à propos de la recherche d’un nouvel accord. « Revenir dans la salle de négociation avec un effort sincère pour protéger davantage les membres et interpréter plus précisément les règles du « consentement » et les utilisations de l’IA est la prochaine étape nécessaire que nous devons franchir », a conclu Modine.

SAG-AFTRA n’a pas répondu ce jour de Thanksgiving à une demande de commentaires sur la déclaration de Modine et au POV sur la recherche d’un nouvel accord. Si et quand ils le feront, nous mettrons à jour.

En attendant, lisez l’intégralité de la déclaration relative à l’accord SAG-AFTRA de Matthew Modine ici :

Bonnes fêtes de fin d’année. Il y a tellement de raisons d’être reconnaissant. La Screen Actors Guild-American Federation of Radio and Television Artists (SAG-AFTRA) peut être reconnaissante que la grève prolongée soit terminée. Nous apprécions le comité de négociation et sa tentative de parvenir à un accord juste et équitable. Même s’il y a des améliorations et des gains, je ne voterai pas pour ratifier le contrat. Les députés devraient voter selon leur conscience. Je ne peux pas approuver un contrat qui compromet l’indépendance et l’avenir financier des artistes interprètes ou exécutants. En tant que membre du Conseil d’administration national, il est moralement obligatoire d’être aux côtés et d’assurer la protection des autres membres. Surtout ceux qui débutent leur carrière, ceux qui sont incapables de se défendre, et dans ce cas, leur identité, leur voix et leur physique, d’être emportés par une technologie que personne ne comprend pleinement. Il exige un avertissement aux membres indiquant qu’ils ne consentent pas aux conditions d’emploi définies par les termes de ce contrat. Accepter ces conditions est une pré-négociation qui prendra le contrôle de l’avenir financier et créatif de chaque membre actif de SAG-AFTRA. Le consentement est un abandon.

Dans le contrat, le mot « consentement » est évoqué au moins une douzaine de fois. Il est volontairement vague et demande aux syndiqués de libérer leur autonomie. Accepter le consentement signifie donner contractuellement le feu vert à nos employeurs pour capturer et reconstruire numériquement notre physicalité et nos voix à l’aide de l’intelligence artificielle. Une fois ces informations collectées, un membre peut être régénéré à tout moment et comme le titulaire du contrat le souhaite pour toujours.


Dans un récent épisode de 60 Minutes, une conversation entre Scott Pelley et Geoffrey, « Le parrain de l’IA », Hinton a partagé un avertissement important concernant l’intelligence artificielle.

Scott Pelley : Les risques sont quoi?

Geoffrey Hinton : Eh bien, le risque est d’avoir toute une classe de personnes au chômage et peu valorisées parce que ce qu’ils–ce qu’ils faisaient auparavant est désormais fait par des machines.

Scott Pelley : Quelle est la voie à suivre pour garantir la sécurité ?

Geoffrey Hinton : Je ne sais pas. Je – je ne vois pas de chemin qui garantisse la sécurité. Nous entrons dans une période de grande incertitude où nous sommes confrontés à des problèmes que nous n’avons jamais affrontés auparavant. Et normalement, la première fois que vous faites face à quelque chose de totalement nouveau, vous vous trompez. Et nous ne pouvons pas nous permettre de nous tromper avec ces choses-là.

Le service marketing du syndicat demande avec enthousiasme aux membres d’approuver ce contrat. Il faut savoir que les frais de confection et d’envoi des dépliants, sans compter les salaires du service marketing, sont des dépenses payées par les membres. Il est inapproprié pour le syndicat de dire à un membre comment voter sans présenter les avantages et les inconvénients d’une question. Agir ainsi est au mieux fallacieux et au pire trompeur. Les membres doivent comprendre ce qu’ils signent en consentant comme écrit dans ce contrat.

Le consentement signifie céder votre identité physique et vocale à un employeur. Une affaire faustienne. Si ce contrat est ratifié, tout contrat à venir pourrait exiger, comme condition d’emploi, que les membres consentent à l’utilisation de l’intelligence artificielle. tel que défini par un employér.

La semaine dernière, le conseil d’administration national du SAG-AFTRA s’est réuni et a examiné ce qui devrait être décrit comme une explication du Readers Digest sur peut-être le contrat le plus important de l’histoire du syndicat fusionné. Lors de cette rencontre, le directeur général national (DED) a expliqué qu’il n’était pas nécessaire de lire ou de discuter du contrat dans son intégralité. Ne pas être pleinement informé de ce contrat, c’est comme se faire dire que les Chicken McNuggets sont uniquement composés de viande de poulet.

Imaginez à quel point les membres seraient déçus s’ils apprenaient ce qu’ils mangeaient réellement. Ne pas partager l’intégralité du contrat est irresponsable. Présenter les avantages du contrat comme étant « historiques » et « fondateurs » est aussi fallacieux que McDonald’s affirmant que les McNuggets ne sont pas des boules de goop grises remplies de produits chimiques, d’antibiotiques, de becs, de ligaments et de fesses de poulet.

Oui, les membres du SAG-AFTRA auront le droit de dire « Non » lorsqu’on leur demande leur consentement. Mais cela créerait sans aucun doute une division à trois niveaux entre les membres ; il y aura des membres disposant de l’équité financière/professionnelle pour dire non et négocier leurs propres conditions. D’autres seront contraints, pour des raisons financières ou professionnelles, de céder et de succomber. Abandonner leurs voix et leur physique unique pour être numérisés et stockés sur le disque dur d’un employeur et leur propriété permanente. Le troisième niveau sera constitué des membres du syndicat qui refusent de consentir et perdent des opportunités d’emploi au profit de ceux qui consentent. Le quatrième niveau est la fin du jeu. Le niveau quatre ne nécessitera pas de consentement. Il ne versera aucune cotisation au syndicat. Les studios n’auront à négocier avec personne. Ils n’auront pas besoin de coéquipiers pour récupérer les artistes, les envoyer se maquiller, les déguiser ou leur donner à manger. Le niveau quatre est celui des artistes synthétisés non syndiqués, bricolés numériquement à partir d’acteurs morts.

Le consentement, dans le contexte de cet accord, est une tyrannie. C’est la soumission. S’ils sont ratifiés, les membres de la SAG-AFTRA qui consentent seront exploités numériquement d’une manière qui n’est pas clairement définie et échappe actuellement à notre capacité de contrôle individuelle. Le gouvernement américain, avec toutes ses ressources, ne sait pas comment créer des garde-fous en matière d’IA pour assurer la protection des citoyens. SAG-AFTRA n’a certainement pas les ressources financières ou technologiques nécessaires pour faire face au tsunami de l’IA qui s’abat sur les côtes de l’industrie du divertissement.

La ratification de ce contrat entraînera des suppressions d’emplois plus importantes, en particulier pour les artistes de fond et les cascadeurs. Cette perte de main-d’œuvre de la SAG-AFTRA aura un impact négatif sur nos syndicats frères, principalement les gens de métier de l’IATSE et les Teamsters. L’utilisation de l’IA a déjà eu un impact financier sur les acteurs du cinéma, de la télévision, de la publicité et des films d’animation. C’est merveilleux d’avoir des interprètes talentueux pour exprimer des films d’animation, mais l’industrie a montré qu’elle n’avait aucun scrupule à remplacer les acteurs humains par des voix numérisées « au son identique ». Même des voix monstrueusement ressuscitées d’interprètes qui ne vivent plus.

L’union signifie être unis autour d’une cause et d’intérêts communs. Cela a été démontré par des milliers de membres au cours de la grève. Nous avons marché pour un syndicat plus fort. Nous avons manifesté pour un accord équitable et des protections. Nous nous sommes unis pour garantir la sécurité de nos environnements de travail. Nous devons continuer à exiger une participation financière au travail que nous créons collectivement. Revenir dans la salle de négociation et continuer à travailler sur les questions liées à l’IA et au consentement n’annule pas et ne démantelera pas les avantages actuels du contrat. Revenir dans la salle de négociation avec un effort sincère pour protéger davantage les membres et interpréter plus précisément les règles du « consentement » et les utilisations de l’IA est la prochaine étape nécessaire que nous devons franchir.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...