...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fran Drescher de SAG-AFTRA sur l’échec des studios – date limite

1697915539_Fran-Drescher.jpg

Fran Drescher de SAG-AFTRA sur l’échec des studios – date limite

Note de l’éditeur: Sur le 100ème Le jour de la grève de la SAG-AFTRA, la guilde forte de 160 000 personnes et les studios ne parlent toujours pas et aucune nouvelle négociation n’est prévue. Les scénaristes sont de retour au travail, mais sans accord avec les acteurs, la production hollywoodienne reste à l’arrêt. Fran Drescher, présidente de la SAG-AFTRA, affirme qu’il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi et que les souffrances économiques doivent être résolues. Mais d’abord, écrit-elle, les studios doivent retourner à la table des négociations et cesser de jouer avec l’industrie et les moyens de subsistance des gens.

***

Les membres de la SAG-AFTRA mènent un combat juste et de type David et Goliath pour l’avenir de notre profession et de notre industrie.

Le délai de grâce de 10 ans que nous avons accordé aux sociétés de l’AMPTP pour construire leurs plateformes de streaming au détriment de la juste rémunération de mes membres a pris fin brutalement.

Nous avons entamé les négociations en juin avec l’espoir de parvenir à un accord équitable. Nous avons même accordé une prolongation de 12 jours aux négociations afin d’explorer toutes les possibilités de parvenir à un accord, en vain. La grève étant devenue une nécessité absolue, les entreprises ont refusé de poursuivre les négociations et ont démissionné à la mi-juillet.

Lorsque les négociations ont repris le 2 octobre, les PDG nous ont accordé exactement deux séances de négociation d’une journée complète et trois demi-journées pour résoudre un contrat qui regorge d’iniquités en matière de streaming vidéo à la demande (SVOD), d’IA et d’autres préoccupations cruciales comme la rémunération minimale. des augmentations qui suivent l’inflation et des plafonds obsolètes sur les cotisations de retraite et de santé, pour ne citer que quelques préoccupations clés. Nous avons présenté un ensemble complet de mesures et, encore une fois, le 11 octobre, ils se sont retirés.

Alors que nous atteignons le 100e jour de cette grève, nous sommes plus déterminés que jamais à parvenir à un contrat fondateur, juste et juste, car nos moyens de subsistance sont en jeu.

Getty Images

Les membres de la SAG-AFTRA ont été systématiquement privés de leur capacité à gagner leur vie en raison d’un modèle de streaming qui réduit le nombre d’épisodes d’une saison des deux tiers et le nombre de saisons des deux tiers, tout en coupant complètement la syndication. queue.

Cette compression dramatique des opportunités de travail, associée à une rémunération inadéquate, a eu un effet dévastateur sur les acteurs en activité et les compagnons acteurs qui donnent vie aux films et aux émissions de télévision. Cela a compromis leur capacité à payer leur loyer, à mettre de la nourriture sur la table et des vêtements sur le dos de leurs enfants.

La fierté d’être un acteur qui travaille et qui peut gagner sa vie en tant que professionnel s’est ternie, un souvenir effacé du bon vieux temps de la télévision linéaire.

Je ne suis en aucun cas un Luddite. J’ai même appris à mes parents de 90 ans à utiliser FaceTime, les SMS et la recherche Google, mais les répercussions de l’introduction et de l’expansion spectaculaire de la technologie de streaming sont généralisées et dommageables.

CONNEXES : Photos de grève SAG-AFTRA : acteurs et artistes du spectacle sur la ligne de piquetage

Au cours de la dernière décennie, le streaming a cannibalisé une grande partie des formes d’exposition les plus traditionnelles de l’industrie du divertissement et il est clairement là pour rester. C’est un fait : le streaming génère des dizaines de milliards de dollars de revenus pour ces entreprises, mais cette réussite économique ne se répercute pas sur les acteurs.

Alors, où est l’argent ?

De toute évidence, cela ne fait pas partie de l’ancienne structure de paiement résiduel conçue pour la télévision linéaire ni de la compensation résiduelle actuelle pour le streaming. C’est dans les poches des PDG et dans les bilans des entreprises.

Malheureusement, je ne suis pas du tout surpris que nos employeurs, éblouis par les énormes sommes d’argent des investisseurs injectées dans leurs entreprises, n’aient pas pris en compte la capacité des artistes à gagner leur vie grâce à la SVOD alors qu’ils négociaient leurs propres contrats.

Ce mépris pour les travailleurs n’est pas propre à l’industrie du divertissement. C’est une triste histoire d’avidité vieille comme le monde.

Alors, où allons-nous partir d’ici?

Au cours de notre récente ronde de négociations, nous avons été déconcertés par la stratégie de non-négociation de l’AMPTP, alors même que les commandes de scripts et les commandes d’équipes de pré-production ont commencé à augmenter avec la grève de la WGA désormais réglée.

À quoi pourraient-ils penser ?

Ensuite, la laideur a commencé à pointer le bout de son nez avec une tentative de propagande flagrante visant à discréditer les dirigeants syndicaux et à diviser notre solidarité, pendant que les entreprises regardaient leurs agences de relations publiques faire leur sale boulot.

Tactiques AMPTP anciennes, fatiguées et typiques.

David Zaslav, Ted Sarandos, Donna Langley et Bob Iger

Getty

Ce qu’ils ne réalisent pas, c’est que mes membres vivent dans la dystopie que les services de streaming ont créée pour ceux qui gagnent leur vie dans l’industrie du divertissement. Ces acteurs ne volent pas sur des jets privés ni ne naviguent sur des yachts personnels. Bien au contraire, en fait, 86 % de nos 160 000 membres sont incapables d’atteindre le seuil de 26 474 $ pour même être admissibles aux prestations de santé.

C’est insoutenable.

Nous devons augmenter les cotisations des employeurs aux fonds de santé et de retraite. Nous devons veiller à ce que nos membres les moins bien payés reçoivent des augmentations de salaire minimum qui suivent l’inflation. Nous devons avoir un consentement éclairé et une compensation pour l’utilisation de l’IA. Et nous devons nous mettre d’accord sur une compensation équitable pour le passage d’une industrie dominée par la télévision linéaire à une industrie dans laquelle règne le streaming.

Nous devons augmenter les cotisations des employeurs aux fonds de santé et de retraite. Nous devons veiller à ce que nos membres les moins bien payés reçoivent des augmentations de salaire minimum qui suivent l’inflation. Nous devons avoir un consentement éclairé et une compensation pour l’utilisation de l’IA. Et nous devons nous mettre d’accord sur une compensation équitable pour le passage d’une industrie dominée par la télévision linéaire à une industrie dans laquelle règne le streaming.

C’est l’AMPTP et les entreprises qu’elle représente qui prolongent cette grève.

Elle ne peut prendre fin que lorsque les parties parviennent à un accord, et pour ce faire, l’AMPTP doit reprendre la négociation. L’existence même de la profession d’acteur étant en jeu, il serait irrationnel de se contenter de moins qu’une structure de rémunération équitable et des garde-fous pour l’IA.

Pour le bien de tous ceux qui gagnent leur vie dans ce secteur, nous espérons que la grève sera bientôt résolue, mais ne vous y trompez pas : nous serons dans ce combat jusqu’au bout.

Nous n’avons tout simplement pas le choix.

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail