Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Le document « Holy Cowboys » se concentre sur le nationalisme hindou en Inde et la vache sacrée –

Le document « Holy Cowboys » se concentre sur le nationalisme hindou en Inde et la vache sacrée –

Dans le court métrage documentaire de Varun Chopra en lice pour les Oscars Saints Cowboys, le réalisateur offre un aperçu de la structure sociétale indienne et de la façon dont la vache, un animal sacré et sacré pour la population majoritairement hindoue, est protégée de l’abattage par un groupe croissant de nationalistes hindous. Lauréat du Grand Prix du Jury au DOC NYC 2022, Saints Cowboys présente aux téléspectateurs le monde de la vigilance des vaches à travers les yeux d’un adolescent hindou et de ses amis d’une petite ville, Vapi, dans l’État du Gujarat.

Chopra, membre de Sundance Ignite basé aux États-Unis et en Inde, adopte une approche hybride pour mettre en lumière l’influence croissante des nationalistes hindous sur la jeunesse et leur justification du recours à la violence contre les musulmans et d’autres minorités pour mettre fin à la consommation de bœuf. le tout au nom de la vache. Il présente également d’autres problèmes courants, tels que la pollution plastique, la politique du commerce du bœuf et les conditions pathétiques du bétail errant qui révèlent l’hypocrisie du respect de la vache en Inde.

S’adressant à Deadline, Chopra met en lumière son style de réalisation consistant à créer des arcs de personnages pour son documentaire et comment Saints Cowboysqualifié aux Oscars dans la catégorie courts métrages, s’ajoute aux films de talents indiens de ces dernières années qui examinent les conditions sociales, économiques et environnementales en Inde.

DATE LIMITE: Qu’est-ce qui vous a initialement attiré vers le sujet de Saints Cowboys et quels ont été les facteurs décisifs qui vous ont poussé à réaliser ce documentaire ?

Varun Chopra: J’ai grandi en Inde, donc l’histoire m’est personnelle. Je voulais comprendre où le personnel croise le politique dans ce débat. Les vaches remplacent depuis très longtemps quelque chose de bien plus important dans la société indienne. Et dans de nombreuses régions de l’Inde, (la vache) est considérée comme sacrée. Historiquement aussi, les vaches ont constitué la frontière entre les mangeurs de viande et les non-mangeurs de viande. Mais pour l’essentiel, à l’époque, c’était aussi un symbole contre le Raj britannique. La vache est considérée comme cette mère nourricière pour beaucoup de gens en Inde, mais la ferveur pour protéger ces vaches est un phénomène très, très nouveau. Et je voulais sonder quelle était la réalité. Je voulais voir comment puis-je comprendre cela sans mes propres préjugés et créer une introduction avec mon propre film sans que cela ressemble à un reportage.

Il y a des cinéastes incroyables comme Amit Madheshiya et Shirley Abraham – ils ont réalisé un film pour The Guardian intitulé L’heure du lynchage (à propos d’un producteur laitier musulman qui a été tué par une foule hindoue). Il y a donc eu des films de lynchage mais je voulais présenter quelque chose que je connaissais de mon propre point de vue – un peu comme un film hybride, parce que c’est ce qui m’intéresse dans ma pratique. Et c’est ainsi qu’est née l’idée d’un film qui retrace le parcours de jeunes enfants qui perdent lentement et progressivement leur innocence à cause de la radicalisation.

DATE LIMITE: Vous avez adopté une approche non intrusive du film tout en en dramatisant certaines parties. Quelle a été l’idée derrière l’incorporation de ces éléments dans le film ?

Avec l’aimable autorisation de The Corner Shop

Capital-risque: Je voulais comprendre comment je pouvais raconter une histoire et ce que pouvait réellement être un documentaire. Parce que la plupart du temps, mon travail emprunte beaucoup à Asghar Farhadi, Abbas Kiarostami, Anurag Kashyap – tous ces cinéastes ont une très bonne maîtrise du mélange de fiction et de non-fiction d’une certaine manière, ou d’acteurs et non-acteurs. Mais c’est un pur documentaire et je voulais voir comment je pouvais créer une histoire et emmener le public dans un voyage en utilisant ce langage formaliste très cinématographique où il y a un personnage en voyage, c’est un homme en mission et puis il a du mal à y arriver. Mon éditeur et moi avons construit ce voyage ensemble où nous voulions nous assurer qu’il y avait du rythme dans l’histoire. Souvent, je trouve que dans les documentaires courts, à cause du temps (des contraintes), il n’y a pas forcément d’arc de personnage. Donc, soit vous voyez le profil de quelqu’un, soit le thème de quelque chose qui se passe, mais nous ne voyons jamais vraiment le voyage d’un homme en mission, à moins qu’il ne s’agisse d’un film de processus. Et je pense que pour ce film, je voulais que ce soit le cas. Et pour mes prochains films, j’ai constamment envie de faire ça parce que c’est ce qui m’intéresse.

DATE LIMITE: Quelles difficultés avez-vous rencontrées lors du tournage du film ?

Capital-risque: Je pense que le plus grand défi était de comprendre comment obtenir l’accès à ce groupe (de justiciers de vaches) ? L’état des médias en (Inde) est terrible. Ainsi, les toutes premières questions que les gens posent sont complètement fondées sur la suspicion : d’accord, vous voulez être connecté avec telle personne, ou telle personne – qui êtes-vous, quelles sont vos allégeances politiques ? C’était un territoire très délicat à comprendre. Mais je donne des accessoires à mon producteur délégué, qui avait déjà réalisé des documentaires journalistiques. Et, bien sûr, après notre séjour (à Vapi, Gujarat), nous nous sommes évidemment assurés que la confiance était établie. C’est la partie où l’objectif discret entre en jeu parce que je voulais entendre ce qu’ils avaient à dire. Mais encore une fois, il fallait veiller à ne pas donner de terrain à la haine. J’ai dû insérer mon propre commentaire – qu’est-ce que je ressens ici en tant que cinéaste ? Et je pense que certaines des scènes surréalistes, les choses avec le texte (à l’écran), un tas de montages et certains éléments de mise en scène – c’est comme ça que ça se passe… pas seulement en leur mettant un micro devant le visage et en les laissant parler ce qu’ils voulaient. . Mais il y avait des cas où nous étions définitivement potentiellement en danger. Ils voulaient voir ce que nous filmions… vous entrez et vous vous assurez que votre carte mémoire est toujours sauvegardée, car on ne sait jamais.

DATE LIMITE: Sur l’une des affiches du film, vous avez expliqué comment la vache docile est devenue « l’animal le plus polarisant » en Inde. Pouvez-vous élaborer sur ce sujet?

Avec l’aimable autorisation de Martin Taube

Capital-risque: La polarisation est que la vache est au centre des lignes de fracture entre les mangeurs de viande et les non-mangeurs de viande, ou plus généralement qui pourrait nuire aux vaches ou qui les protège. Et c’est toujours la nature symbolique des choses qui fait que vous ne dites pas carrément que nous sommes anti-musulmans ou anti-groupes minoritaires. Les vaches deviennent, à mon avis, le point central de la façon dont tout a commencé. Et ce n’est pas dans le film – mais l’une des choses qu’ils disent est que, parce que le danger est si grand, les gens ne transportent plus de vaches. Ils (les nationalistes hindous) allaient attaquer les chèvres. Une chèvre n’est pas nécessairement un animal considéré comme sacré par quiconque, mais on sait que de nombreux abattoirs et boucheries appartiennent à des musulmans. Alors ils veulent juste leur faire du mal. Leur entreprise subit une lourde perte et c’est ce qu’ils considèrent comme un succès. Je cite les lignes du film où l’un des membres du groupe d’autodéfense dit : « Instillez la peur. La peur est la façon dont vous gagnez. Et c’est ça la peur : vous vivez dans notre pays. Nous sommes une nation hindoue et vous êtes de seconde zone. Il y a donc de vrais comptes à faire. Qui voulons-nous devenir en tant que pays ? Nous occupons une position très intéressante dans le monde où nous sommes, pour ainsi dire, la plus grande démocratie du monde. C’est ce que nous perdons activement en ce moment, à mon avis. Et la vache semble être au centre de ce dérapage démocratique.

DATE LIMITE: Quelle réaction avez-vous eue face au film en Inde compte tenu de la sensibilité du sujet ?

Capital-risque: Il a été difficile de projeter le film en Inde. Il n’y a aucun moyen de contourner cela. Difficile de le distribuer. Les gens l’ont vu, les streamers l’ont vu, mais ce n’est pas une situation commercialement viable pour commencer. Il y a donc eu des moments où j’étais très démotivé, mais pas au point d’arrêter de le faire. Mais en même temps, je me suis dit : wow, il y a définitivement une voix dans le pays qui est d’accord sur le fait que quoi qu’il arrive, ce n’est pas bien. Des gens ont dit que c’était un film important, et cela a renforcé mon idée qu’il existe encore une voix de la raison dans le pays. Surtout les gens de mon âge qui comprennent que les changements ne se produisent pas nécessairement dans la bonne direction et que nous n’agissons pas avec empathie. Et puis il y a aussi eu des réactions du genre : c’est un film courageux. Mais la peur qui en découle est également forte.

Avec l’aimable autorisation de Martin Taube

Les gens autour de moi, même certains cinéastes, disent tous : soyez prudent. Les choses s’échauffent ici. Mais la plupart du temps, les réactions ont été très positives. Ce que je voulais faire avec ce projet au début, c’était créer une introduction pour un œil étranger. Beaucoup de gens sont venus vers moi et ils me disent, mon Dieu, je ne savais pas que cela se passait (en Inde). Et je me dis, oui, c’est la réalité.

DATE LIMITE: Il y a quelques scènes graphiques parsemées tout au long du film. Y a-t-il eu un incident ou un moment particulier qui vous a affecté pendant la réalisation de Saints Cowboys?

Capital-risque: Absolument. Il n’y a aucun moyen, vous ne pourriez pas être (affecté). Les vaches ne sont pas limitées aux zones rurales ou aux villes semi-urbaines. Ils sont partout. Je me souviens quand j’étais jeune, ma mère me donnait rotis (pain plat rond) et elle disait, va le donner à la vache. Et j’allais simplement dans un parc, je trouvais une vache et je la nourrissais rotis. Quand nous étions là-bas (sur place), il y avait des vaches… il y avait environ 60 à 65 kilos de plastique qui sortaient d’une vache. C’est la quantité qu’ils consomment et ils meurent inévitablement. Et je pense que cela reflète nos modes de consommation. Les plastiques étaient partout… la première étape du processus devrait être de nettoyer cela. Ils tirent en moyenne 60 kilos d’une seule vache. Il est donc difficile de ne pas en être affecté.

DATE LIMITE: Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être considéré pour les Oscars ?

Réalisateur Varun Chopra

Avec l’aimable autorisation de Varun Chopra

Capital-risque: Je pense que la présence de nos films sur cette plateforme mondiale – nous sommes présents chaque année, et nous essayons d’être cohérents avec cela parce que nous essayons tous de rechercher la vérité. Entre Vinay (Shukla) Pendant que nous regardions et Sarvnik (Kaur) À contre-courantou Tuer un tigre, tant de films sortent. Et ils ne réussissent pas seulement parce qu’ils proviennent d’un producteur de renom – ce sont tous des types de films différents venant de différentes régions du pays. C’est le genre de variété que nous apportons à la table. Et je pense que cela témoigne d’un problème plus important : il y a une soif de créer et des histoires sont disponibles. Et je pense que nous voulons tous que nos voix soient entendues. Parlons du colonialisme et du bien-être animal dans le film de Shaunak (Sen) Tout ce qui respire, et des choses sur la biodiversité. Ou le film de Kartiki (Gonsalves) Les chuchoteurs d’éléphants, sur les droits des autochtones, et le film de Vinay sur le déclin des médias. Cela n’arrivait jamais.

Si je pouvais me tailler un petit espace d’une manière ou d’une autre, qui parle également d’expériences universelles, je veux en faire partie. Je veux contribuer à ce discours et je veux faire partie du bassin qui me représente une aspiration.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...