...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Congrès veut reprendre le contrôle sur les cryptomonnaies : Cliquez ici pour en savoir plus !

Congress Wants to Take Back Power Over Crypto
News Jobba.fr

Le Congrès veut reprendre le contrôle sur les cryptomonnaies : Cliquez ici pour en savoir plus !

La crise d’identité de l’industrie crypto aux États-Unis

L’industrie crypto aux États-Unis traverse une crise d’identité qui pourrait devenir existentielle. Les cryptomonnaies sont-elles des matières premières, comme l’or et les porcs ? Ou sont-elles des valeurs mobilières, comme les actions et les contrats à terme ? La Securities and Exchange Commission (SEC), le principal régulateur financier américain, est tellement convaincue que les cryptomonnaies sont des valeurs mobilières qu’elle poursuit en justice l’une des plus grandes plateformes d’échange de crypto, Coinbase, pour violation des lois sur les valeurs mobilières. La SEC a lancé une campagne agressive de « régulation par l’application de la loi », en s’attaquant à des entreprises pour toutes sortes de violations présumées et en exigeant qu’elles s’inscrivent auprès de l’agence, ce que les entreprises crypto disent être presque impossible.

La confusion règne quant à la nature des cryptomonnaies

Un autre régulateur, la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), a également intenté un procès contre l’un des plus grands acteurs de l’industrie, Binance, l’accusant d’avoir enfreint les lois sur le commerce des matières premières. La confusion quant à la nature des cryptomonnaies et à qui en fixe les règles a mis l’industrie sur les nerfs. Mercredi, les sénatrices Cynthia Lummis et Kirsten Gillibrand, respectivement républicaine du Wyoming et démocrate de New York, présenteront une nouvelle version de leur régime réglementaire proposé pour l’industrie des technologies financières, qui espère résoudre la question.

La nouvelle proposition de réglementation pour l’industrie fintech

Bien qu’il y ait beaucoup de nouveautés dans le projet de loi Lummis-Gillibrand Responsible Financial Innovation Act, son principal élément est une mesure qui classerait la plupart des cryptomonnaies comme des matières premières, les plaçant sous la juridiction de la CFTC. C’est une réponse claire à la SEC, que Lummis et d’autres accusent d’étouffer l’innovation dans les technologies financières. « Les industries nationales essaient vraiment de se conformer, pour la plupart, et elles sont simplement ignorées », déclare Lummis. « Ce n’est pas ainsi que nous réglementons dans ce pays. »

Les objectifs de la législation

Le contenu de la législation vise à éviter de reproduire les échecs apparents de l’industrie crypto, qui ont conduit à une série d’effondrements médiatisés au cours des deux dernières années et ont laissé de nombreux investisseurs avec des pertes. Selon une personne informée du projet de loi, la législation, si elle est adoptée, obligerait les plateformes d’échange de cryptomonnaies à conserver les actifs de leurs clients dans des fiducies de tiers et les empêcherait de pratiquer le « trading propriétaire » – essentiellement, de négocier avec leurs propres fonds sur leur propre plateforme. Elle donnerait également à la CFTC le pouvoir de superviser les « filiales importantes » des plateformes d’échange, telles qu’Alameda Research, la société sœur de la plateforme FTX en faillite, dont le fondateur, Sam Bankman-Fried, est en attente de procès pour fraude. FTX aurait prêté de grosses sommes d’argent à Alameda pour couvrir ses pertes d’investissement, avant une crise de liquidité sur la plateforme qui a conduit à sa chute.

La loi limitera également la « réhypothécation » des actifs crypto, interdisant essentiellement certains services crypto rentables mais risqués, tels que le « staking », et imposera des normes aux nouveaux jetons avant leur inscription sur les plateformes d’échange, selon la même personne.

La SEC et d’autres agences ont été consultées sur le contenu de la législation, selon Lummis, qui craint néanmoins qu’elles essaient de tuer la mesure. « Elles l’ont vu. Nous leur avons demandé de le modifier et nous avons incorporé certains de leurs changements », dit-elle. « Après tous nos efforts pour les contacter et travailler avec eux, je ne veux pas qu’ils viennent à la dernière minute pour mettre leur veto à cela. »

A la Une Technologie

L'Union Européenne lance une enquête sur Meta pour vérifier si Facebook et Instagram protègent efficacement les enfants. Les régulateurs craignent que les interfaces de ces ...
Netflix continue de décevoir ses abonnés avec une nouvelle décision radicale : la suppression du téléchargement sur PC. Apprenez-en plus sur cette mesure et ses ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail