...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une ville sud-coréenne s’apprête à lancer une plateforme d’actifs numériques

News Jobba.fr

Une ville sud-coréenne s’apprête à lancer une plateforme d’actifs numériques

Source : Dmitri Rukhlenko/Adobe

La ville sud-coréenne de Busan a annoncé qu’elle lancerait avant la fin de l’année une plateforme d’échange d’actifs numériques basée sur la blockchain.

Par Meil Kyungjaeles responsables de la ville de Busan ont déclaré aux journalistes cette semaine qu’ils souhaitaient créer un « échange alimenté par la blockchain de quatrième génération » qui « peut symboliser des actifs de valeur tels que des matières premières et des métaux précieux ».

Le maire de Busan, Park Hyeong-jun, et d’autres responsables ont déclaré que la bourse serait établie « entièrement » grâce à des capitaux privés.

Park a déclaré qu’une offre publique serait lancée à la mi-octobre et qu’un opérateur commercial serait sélectionné en novembre.

Les responsables de la ville ont déclaré que la bourse basée à Busan « utiliserait la technologie blockchain pour symboliser et vendre des actifs de valeur tels que des matières premières, des métaux précieux, des certificats de carbone et d’émissions et des droits de propriété intellectuelle ».

Des responsables lors d’une conférence de presse à Busan, en Corée du Sud, expliquent leur intention de lancer un échange d’actifs numériques. (Source : Hello TV News/YouTube/Capture d’écran)

La ville a fait part de son intention de lancer une plateforme qu’elle a appelée Busan Digital Asset Exchange (BDX) depuis plus d’un an.

La ville a déclaré que l’échange deviendra une « plate-forme mondiale intégrée pour les actifs numériques ».

L’année dernière, la ville s’est associée à un certain nombre d’échanges cryptographiques majeurs tels que Binance, ainsi que Crypto.com et Gate.io, dans le but d’accélérer son projet.

La ville a fait part de sa volonté de lancer l’échange avant fin 2023.

Mais la confusion entoure le type de jetons que la plateforme pourra répertorier.

Dans le passé, les responsables de la ville ont parlé de la capacité de la plateforme à « répertorier et échanger des monnaies virtuelles ».

En coréen, le terme « monnaies virtuelles » est généralement utilisé pour désigner des pièces telles que Bitcoin et Ethereum, plutôt que des matières premières et des titres numérisés.

Mais dans ses annonces les plus récentes sur le sujet, Busan a renoncé à utiliser des termes tels que « monnaie virtuelle » et a plutôt privilégié des expressions telles que « actifs numériques ».

Alors que la controverse sur les allégations de manipulation de pièces, l’effondrement de l’écosystème Terra et le scandale politique connu sous le nom de Coin Gate se poursuivent, les organes gouvernementaux sud-coréens ont minimisé le rôle de la crypto dans l’économie.

Cela va à l’encontre du programme électoral du président Yoon Suk-yeol, qui mettait en avant le rôle du secteur de la cryptographie.

Au lieu de cela, cela rappelle la politique de son prédécesseur – celle de séparer les secteurs de la blockchain et de la cryptographie.

Corée du Sud : Busan envisage de lancer une plateforme de trading d’actifs numériques

Même les offres de jetons de sécurité (STO) semblent être exclues pour le moment à Busan, malgré le fait que les acteurs sud-coréens avaient espéré lancer des offres liées aux STO cette année.

Les banques espéraient accélérer les plateformes STO, mais le gouvernement a récemment tempéré ses politiques liées à la cryptographie, peut-être en réponse aux controverses susmentionnées.

Parc a dit :

« Le gouvernement n’a pas encore émis de réglementations claires pour les STO (…) donc je pense que ce domaine sera un sujet sur lequel nous nous concentrerons à l’avenir. »

A la Une Technologie

L'Union Européenne lance une enquête sur Meta pour vérifier si Facebook et Instagram protègent efficacement les enfants. Les régulateurs craignent que les interfaces de ces ...
Netflix continue de décevoir ses abonnés avec une nouvelle décision radicale : la suppression du téléchargement sur PC. Apprenez-en plus sur cette mesure et ses ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail