Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Un documentaire qui s’attaque à l’effacement culturel –

Un documentaire qui s’attaque à l’effacement culturel –

Les cinéastes Julian Brave NoiseCat et Emily Kassie présentent un film à plusieurs niveaux qui invite le public à se confronter à des questions sur la moralité et la justice, et à témoigner du traumatisme intergénérationnel durable des membres des Premières Nations de Williams Lake (Secwepemc ou Nation Shuswap) du système des pensionnats qui comprenaient la séparation forcée des familles, les abus physiques et sexuels et la destruction de la culture et de la langue des Premières Nations. S’appuyant sur leur expérience en matière d’activisme et de journalisme – ainsi que sur le lien personnel de NoiseCat avec l’histoire et la communauté – les cinéastes tissent habilement plusieurs brins pour former ce récit convaincant et déchirant.

Démontrant une humanité et une compassion sans précédent envers les communautés des Premières Nations touchées en Amérique du Nord, leur puissant documentaire opère à partir d’un lieu d’empathie pure et totale. Dans le même temps, NoiseCat et Kassie reconnaissent la résilience des survivants et de leurs descendants, ainsi que leur détermination à chercher des réponses à des secrets enfouis depuis longtemps. En fin de compte, la canne à sucre nous rappelle de respecter l’humanité en nous-mêmes et chez les autres.

Le pensionnat Saint Joseph Mission faisait partie des 139 pensionnats pour enfants autochtones en activité à Williams Lake, en Colombie-Britannique. Comme d’autres pensionnats au Canada, Saint Joseph visait à assimiler les jeunes des Premières Nations à la culture euro-canadienne en les retirant de leurs communautés et en supprimant leurs langues, pratiques culturelles et identités traditionnelles. Les étudiants ont enduré de mauvaises conditions de vie, un travail subalterne et de fréquents abus.

L’école laisse un héritage tragique, de nombreux anciens élèves signalant des abus physiques, émotionnels et sexuels, ainsi qu’une séparation permanente d’avec leur famille et une perte culturelle dévastatrice. La mission Saint-Joseph reflète le système plus large des pensionnats qui a causé un traumatisme générationnel. Bien que fermées pendant 30 ans seulement, les ruines de Saint-Joseph rappellent de manière obsédante une politique coloniale de division qui a privé les jeunes de leur enfance.

Les pratiques abusives et l’effacement culturel au pensionnat de la mission Saint Joseph reflètent le programme plus vaste des pensionnats du Canada, mais le Canada n’était pas le seul à perpétrer de tels systèmes. Aux États-Unis, entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle, les enfants autochtones ont également été emmenés de force des réserves vers des internats gérés par le gouvernement.

Reflétant l’objectif de Saint Joseph d’assimiler les jeunes autochtones dans une société eurocentrique, les internats amérindiens comme la Carlisle Indian School de Pennsylvanie lui infligeaient une discipline sévère et un travail manuel dans le but déclaré de « tuer l’Indien en lui et de sauver l’homme ». Les étudiants ont été dépouillés de leur culture, interdits de parler leur langue maternelle, fréquemment mal nourris et maltraités. Il y avait 408 écoles au total aux États-Unis, selon le documentaire.

Alors que son père fréquente cette école, NoiseCat donne une vision intime des préjudices collectifs persistants infligés par la séparation forcée des familles et les abus physiques et sexuels généralisés contre les enfants. Le film explique comment, lorsque la violence cible des populations entières, les réponses varient d’appels urgents à la justice à une auto-préservation douloureuse en passant par le secret et le déni. Nous voyons comment Charlene Belleau transforme son expérience des pensionnats en militantisme tandis que le père de NoiseCat cherche une guérison personnelle.

Pourtant, malgré toute la douleur, Canne à sucre fonctionne à travers l’humanité et l’empathie. La forme de narration visuelle de NoisecCat et Kassie exprime une profonde solidarité avec la Première Nation de Williams Lake qui continue de porter les cicatrices des écoles conçues pour éradiquer leurs cultures. Alors que les enquêtes sur les enfants disparus se poursuivent, le film témoigne de la nécessité de faire sortir ce chagrin de l’ombre. Aller de l’avant reste un exercice d’équilibre complexe entre une commémoration appropriée et la protection des survivants contre un nouveau traumatisme. En laissant place à des points de vue contradictoires au sein des bandes concernées, les cinéastes modélisent une réconciliation sensible et centrée sur la communauté.

NoiseCat et Kassie offrent un puissant témoignage de la résilience des communautés qui cherchent toujours des réparations pour les préjudices causés par les pensionnats et la Première Nation de Williams Lake a persisté malgré ces écoles conçues pour éradiquer leur existence. Poussée par l’empathie et la détermination de leurs peuples, nous espérons qu’une résolution indispensable interviendra rapidement.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...