...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

SFC met en garde l’échange cryptographique non enregistré JPEX contre une responsabilité pénale potentielle

News Jobba.fr

SFC met en garde l’échange cryptographique non enregistré JPEX contre une responsabilité pénale potentielle

Source : AdobeStock / f11photo

La Securities and Futures Commission (SFC) de Hong Kong a publié un solide avertissement à l’échange cryptographique non enregistré JPEX qu’il pourrait faire face à des accusations criminelles pour avoir activement promu ses services auprès du public de Hong Kong par l’intermédiaire d’influenceurs et de changeurs d’actifs virtuels de gré à gré.

La SFC a également exprimé ses inquiétudes concernant le produit d’épargne de JPEX, qui offre un rendement annuel en pourcentage de 21 % pour l’ETH, de 20 % pour le BTC et de 19 % pour l’USDT, le considérant comme un investissement à haut risque.

Dans son avertissement adressé à JPEX, la SFC de Hong Kong a souligné qu’aucune entité du groupe JPEX ne détient de licence de la SFC ou n’en a demandé une pour exploiter une plateforme de négociation d’actifs virtuels (VATP) à Hong Kong.

La SFC a soulevé plusieurs signaux d’alarme concernant les pratiques de JPEX et sa promotion auprès du public de Hong Kong, notamment de fausses allégations selon lesquelles il s’agirait d’une plateforme agréée pour le commerce d’actifs numériques, offrant des rendements exceptionnellement élevés sur certains produits, des informations faisant état d’investisseurs particuliers confrontés à des difficultés pour retirer des actifs virtuels, et l’offre de produits potentiellement en contradiction avec le cadre réglementaire de la SFC pour les VATP.

La SFC met en garde contre les déclarations trompeuses concernant les collaborations commerciales et les partenariats d’investissement, en particulier avec une société cotée à Hong Kong.

Ils notent également que les principaux leaders d’opinion (KOL) et les changeurs d’actifs virtuels de gré à gré (boutiques OTC) revendiquent faussement le statut de licence de JPEX sur les réseaux sociaux.

Les fausses déclarations frauduleuses peuvent entraîner des amendes allant jusqu’à 1 000 000 $ et sept ans de prison sur acte d’accusation, ou des amendes de niveau 6 et six mois d’emprisonnement sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire. Ces mesures strictes soulignent la gravité des pratiques trompeuses dans le secteur des actifs virtuels.

La SFC a contacté ces influenceurs et magasins OTC, leur exprimant leurs inquiétudes et les exhortant à cesser la promotion de JPEX et de ses services et produits associés.

Le SFC de Hong Kong émet un avertissement concernant les pratiques frauduleuses impliquant des actifs virtuels

La SFC de Hong Kong a clairement indiqué qu’elle avait le pouvoir de prendre le contrôle des entités se livrant à des pratiques frauduleuses ou trompeuses liées aux actifs virtuels, et qu’elle était tout à fait prête à appliquer des réglementations contre les individus et les entités qui ne respectent pas leurs règles.

Selon l’ordonnance sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (AMLO), se livrer à des activités frauduleuses ou trompeuses impliquant des actifs virtuels est considéré comme une infraction.

Cela inclut le recours à des stratagèmes dans l’intention de frauder ou de tromper, le recours à des pratiques trompeuses et la réalisation de fausses déclarations frauduleuses pour inciter à des transactions impliquant des actifs virtuels.

Les violations de l’AMLO entraînent des sanctions sévères, avec des amendes allant jusqu’à 10 000 000 $ et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans en cas de condamnation sur acte d’accusation.

Même sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire, les individus peuvent être passibles d’amendes allant jusqu’à 1 000 000 $ et d’un emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans.

L’AMLO habilite le SFC à prendre des mesures contre les individus impliqués, sciemment ou inconsciemment, dans une conduite liée à une contravention.

Ils soulignent leur engagement à faire respecter le régime des TVAV et avertissent les investisseurs de faire preuve de prudence lorsqu’ils rencontrent des opportunités d’investissement qui semblent trop belles pour être vraies, en particulier celles promues par des KOL qui ne sont peut-être pas des professionnels de l’investissement.

En outre, la SFC conseille aux investisseurs de se méfier des risques associés à la négociation d’actifs virtuels sur des plateformes non réglementées, car ils pourraient avoir du mal à obtenir un recours si ces plateformes rencontraient des problèmes.

Les investisseurs sont encouragés à se référer au Liste SFC des plateformes de négociation d’actifs virtuels sous licence pour vérifier le statut de licence de tout VATP.

A la Une Technologie

Imaginez un instant que vous consultez tranquillement votre portefeuille de cryptomonnaies et que, sans crier gare, une somme colossale de 69,3 millions de dollars en ...
Faille de sécurité massive sur Android : découvrez les applications à risque et les mesures pour se protéger !

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail