...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ode de Greg Kwedar à l’humanité derrière les barreaux – Crumpe

singsing_01.jpeg

Ode de Greg Kwedar à l’humanité derrière les barreaux – Crumpe

Dans une tournure inattendue, les barreaux de la prison se sont transformés en rideaux, se repliant pour révéler une histoire fascinante de rédemption, d’humanité et d’art. Chante chanteadapté du Chante, chante des folies de Clarence « Divine Eye » Maclin, et impeccablement réalisé par Greg Kwedar, est plus qu’un simple film sur la vie en prison. C’est une lettre d’amour au pouvoir transformateur des arts du spectacle, intelligemment écrite par les scénaristes Kwedar et Clint Bentley. Ce drame émotionnel met en vedette Colman Domingo, Paul Raci, John « Divine G » Whitfield, Sean San Jose, Jon-Adrian Velazquez, David J. Giraudy, Sean « Dino » Johnson et Sean « Divine Eye » Johson.

Le film s’ouvre avec Clarence Maclin (Domingo) sur scène récitant les dernières lignes du Songe d’une nuit d’été sous des applaudissements nourris avant de s’incliner avec le reste de la distribution. Après le spectacle, il retourne au centre correctionnel de Sing Sing où il est révélé qu’il est un membre respecté de la population dont il a écrit des livres et des pièces de théâtre. Il est également l’un des créateurs de la Rehabilitation Through the Arts (RTA), une troupe d’hommes qui montent des pièces de théâtre comme moyen de réadaptation. Le groupe est dirigé par Brent (Raci), qui dirige la pièce que le groupe décide de faire.

Alors qu’ils discutent du prochain spectacle, le nouveau membre Divine G (Whitfield) suggère de monter un spectacle comique parce que toutes les pièces ont été si sérieuses et traumatisantes. Brent se porte volontaire pour écrire quelque chose d’original présentant tout ce qu’ils ont demandé : voyage dans le temps, Cauchemar sur Elm Street, l’Égypte ancienne, une fusillade occidentale et un garçon voyageant dans le temps pour sa mère. Pour ce groupe, le voyage pour faire passer cette pièce de la page à la scène est rempli de triomphe, de chagrin et d’une expérience que personne n’oubliera.

Chante chante présente une tapisserie vibrante, mettant en valeur les moments les plus légers dans les limites autrement sombres de l’incarcération. Au cœur de ce projet se trouve le programme de réadaptation par les arts (RTA). Oasis dans le désert du système pénal, RTA éclaire le thème central du film : même derrière les barreaux, l’esprit peut s’envoler, sans entrave, dans les étendues de l’imagination et de la créativité.

Le film se déroule comme une ode à l’amour du théâtre. À travers les personnages, nous assistons au parcours transformateur des détenus – du statut de simple numéro de prison à l’incarnation de personnages sur scène. Ils bénéficient d’un sursis, d’une évasion momentanée, où ils peuvent exister au-delà de leur nombre, au-delà de leurs peines, et prendre plaisir à devenir quelqu’un d’autre.

Cependant, Kwedar veille à ce que le public ne perde jamais de vue la réalité globale. Le film souligne subtilement, mais puissamment, l’idée que même si la scène offre un bref répit, les limites de la prison sont toujours présentes. Cela nous rappelle de manière poignante que les mêmes individus qui donnent vie aux personnages avec tant de dynamisme sont toujours liés aux dures vérités de leur incarcération.

Colman Domingo et Paul Raci dirigent un casting qui insuffle au récit une émotion brute et une authenticité. Leurs performances résonnent avec une profonde compréhension de la double nature du système carcéral : des moments de réflexion mélancolique juxtaposés à des moments d’espoir radieux. À chaque scène qui passe, le public s’investit profondément dans la vie des détenus, et à mesure qu’ils deviennent plus à l’aise pour exprimer leurs sentiments, nous aussi, nous prenons soin de chaque membre. Leurs vulnérabilités, leurs rêves et leurs efforts artistiques vous feront pleurer lorsque vous commencerez à connecter des personnalités.

Alors que Chante chante est une exploration fascinante de la vie derrière les barreaux, mais son rythme faiblit parfois. On a le sentiment que quelque part au cours de sa durée, il existe un récit plus serré et plus concis de 85 minutes qui attend d’être dévoilé. Pourtant, même dans ses moments légèrement prolongés, le film ne perd jamais son essence ni la gravité de son message.

Chante chante est une lueur d’espoir, mettant en lumière une vérité cruciale : les prisons abritent des êtres humains, des individus avec des histoires et des aspirations. Il s’agit d’un appel à l’empathie et à la compréhension, soulignant le fait indéniable que de nombreux détenus méritent ardemment réadaptation et changement. Le film laisse à son public une pensée résonnante : que derrière chaque numéro de prison, il existe un humain, aspirant à l’acceptation, à la compréhension et à une chance de réécrire son histoire.

Titre: Chante chante
Festival: Festival du film de Toronto
Distributeur: N / A
Date de sortie: N / A
Directeur: Greg Kwedar
Scénaristes : Clint Bently et Greg Kwedar
Casting: Colman Domingo, Paul Raci, John Divine G Whitfield, Sean San Jose, Jon-Adrian Velazquez, David J. Giraudy, Sean « Dino » Johnson et Sean « Divine Eye » Johnson
Notation: N / A
Durée de fonctionnement : 1h40

A la Une People

Jennifer Lopez, la célèbre chanteuse et actrice, semble avoir des projets ambitieux pour l’été à venir. En effet, elle a exprimé le souhait d’avoir ses ...
Les stars brillent lors des after-parties du Met Gala Quand l’industrie de la mode fait la fête, c’est une occasion en or pour un second ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail