...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Josie Comer joue dans les débuts de Mahalia Belo –

The-End-We-Start-From.jpg

Josie Comer joue dans les débuts de Mahalia Belo –

Il existe une idée fausse selon laquelle les Britanniques sont un peuple stoïque qui se contente de pourrait soyez assez fâché en cas d’apocalypse zombie. Mais la vérité est bien différente, comme cela a été démontré en 2005, lorsque six personnes ont été hospitalisées et un homme poignardé lorsqu’un magasin Ikea du nord de Londres a mis en vente 500 canapés en cuir pour moins de 60 dollars pièce et qu’une émeute s’est ensuivie.

En ce sens, les débuts intrigants de Mahalia Belo La fin d’où nous commençons est en grande partie un film catastrophe britannique, spéculant sur la rapidité avec laquelle le vernis de respectabilité perçu du pays s’évaporerait en cas de crise. Mais plus encore, c’est une étude onirique de ce que signifie accoucher, de la façon dont cette expérience change la vie et de la tension qu’elle exerce sur les relations. Cela ferait une belle double affiche avec Enfants des hommes.

Lorsque nous rencontrons la femme pour la première fois (Jodie Comer), elle est très enceinte et fait couler un bain. Le bruit de cette eau courante se confond avec la pluie torrentielle du dehors, un déluge impitoyable qui semble tomber depuis des jours, voire des semaines. Son partenaire R (Joel Fry) s’enregistre par téléphone, mais elle est très seule, épongant désespérément les flaques d’eau qui entrent par les fentes de la porte. Lorsque ses eaux se brisent, la Tamise déborde également et la femme se réveille à l’hôpital, où elle a accouché. Ils appellent le bébé Zeb et, comme Londres se noie et qu’ils vivent au bord de la rivière, ils bravent les embouteillages et se dirigent vers le nord.

Ce voyage, comme tout le reste, est parcouru de clarté et de brièveté elliptique ; une dispute avec un policier lors d’une fermeture de route est un microcosme de ce qui se passe dans tout le pays alors que les communautés locales serrent les rangs. Néanmoins, grâce au bébé, ils parviennent à rejoindre la maison rurale et isolée du père et de la mère de R (Mark Strong et Nina Sosanya). Mais même cela ne semble pas bien, surtout quand ces trois autres partent chercher de la nourriture et laissent la Femme seule pendant ce qui semble être des jours. L’endroit où ils vont n’est jamais vraiment expliqué, même si l’arme qu’ils emportent avec eux parle un peu en leur nom. Quand on les revoit, ils sont moins nombreux. Il y a aussi beaucoup de sang.

En attendant, les refuges surgissent partout, alors R et la Femme se rendent dans l’un d’entre eux, pour constater qu’ils sont sursouscrits. R y laisse son partenaire et leur bébé et s’en va, faisant ostensiblement un noble sacrifice, mais la Femme n’en est pas si sûre. Au refuge, elle rencontre une autre nouvelle mère, O (Katherine Waterston), et ensemble, elles forment un lien très fort. Lorsque le refuge est attaqué – vraisemblablement par des pirates, ciblant les réserves de nourriture – le couple décolle, O ouvrant la voie à une commune insulaire quelque part au large des côtes de l’Écosse (apparemment le genre d’endroit où les riches vont « faire du levain »). ).

De telles références évoquent instantanément des souvenirs de la pandémie et de la vie pendant le confinement, mais le film de Belo est au-dessus de cela, se réduisant constamment à quelque chose de beaucoup plus spécifique. Vous pouvez en tirer ce que vous voulez, notamment en termes de responsabilité sociale et d’impacts potentiels du changement climatique, ou même ce que l’on pourrait penser avoir appris de toute la saga Covid. Mais La fin d’où nous commençons est vraiment très clair, et d’une simplicité dévastatrice, en ce qui concerne son sujet : le roman de Megan Hunter est assez clairsemé comme il l’est, mais le scénario d’Alice Birch se concentre vraiment sur les nuances de cette histoire parfois brutale d’une jeune femme qui se réconcilie. avec ce que signifie réellement ouvrir la boîte de Pandore qu’est la parentalité.

Inévitablement, le principe du genre sera considéré comme un appât et un changement à cet égard, puisque toute l’action se déroule pratiquement hors écran (nous ne découvrons qu’après que la belle-mère de la femme soit l’une des premières victimes). de la violence populaire qui s’installe lorsque les réserves alimentaires s’épuisent). Mais ce n’est pas un film de genre à tous égards. Le film de Belo est plutôt une tentative impressionnante de montrer comment banal l’apocalypse pourrait être (et, encore une fois, en termes de pluie, comment Britanique). Il montre également à quel point la plupart d’entre nous seraient de toute façon peu héroïques face à cette menace : La Femme est coiffeuse dans une émission de télévision ; R est quelqu’un qu’elle a rencontré dans un bar et avec qui elle a eu un enfant parce que ses parents sont décédés quand elle était jeune, et sa principale raison de vouloir tomber enceinte est « pour ne pas avoir si peur de mourir ». Comme presque nous tous, aucun des deux n’a de capacités de survie.

Au début de son voyage, la Femme rencontre un voyageur (Benedict Cumberbatch), qui la prévient que toutes les nouvelles communautés qui se forment tentent simplement d’effacer le passé en se comportant comme si la crise ne s’était jamais produite (« Je ne veux pas oublier avant, » il dit). La Femme le découvrira plus tard par elle-même, après un voyage de découverte qui ne sera payant que pour le public qui comprend que le chemin qu’elle emprunte est avant tout psychologique, et non une quête de héros au sens traditionnel du terme.

Ce n’est pas une idée particulièrement subtile, mais le changement sismique de l’accouchement est très rarement abordé aussi directement que ceci : la femme est hantée par les souvenirs de son ex (était-il vraiment altruiste, ou a-t-il simplement renoncé à elle ?) et leur La première rencontre fatidique est un sujet sur lequel le film de Belo revient avec une ambiguïté croissante. N’y a-t-il vraiment pas de retour vers la personne qu’elle était ? Est-ce que cette vie est finie ? Est-ce vrai lorsque F (Gina McKee), une femme de la commune, tente de la dissuader de rentrer chez elle, en lui disant que le passé « n’est plus réel ? Ce qui te manque n’existe pas » ?

L’ambiance générale est sombre, et elle est gnomique à presque chaque instant, mais La fin d’où nous commençons représente un aspect de la parentalité qu’on ne voit presque jamais dans les films : les choses abandonnées, l’idée que l’accouchement enlève une certaine part d’intimité et une sérieuse dose d’autonomie (comme le découvre la Femme lorsqu’elle se terre avec elle). beaux-parents). Roland Emmerich peut dormir tranquille, mais il y a peu de films catastrophe qui vous mettent sous la peau en étant aussi étranges, créatifs et imaginatifs que celui-ci.

Titre: La fin d’où nous commençons
Festival: Festival du film de Toronto (présentations de gala)
Directeur: Mahalia Belo
Scénariste : Alice Bouleau
Casting: Jodie Comer, Joel Fry, Mark Strong, Nina Sosanya, Gina McKee, Katherine Waterston, Benedict Cumberbatch
Distributeur: Divertissement exclusif
Durée de fonctionnement : 1 h 42 min

A la Une People

Le Festival de Cannes est sans aucun doute l’un des événements les plus prestigieux du monde du cinéma. Mais, au-delà du glamour et des paillettes, ...
Un adieu émouvant à Roger Corman, le célèbre « Roi des B » d’Hollywood La légende du cinéma, Roger Corman, surnommé le « Roi des B » pour sa ...
Nos autres articles
People
Zendaya refuses to wear these 5 fashion labels, according to stylist Law Roach
Celebrities

Titre: « Zendaya délaisse 5 grandes marques de mode, d’après son styliste Law Roach »

Introduction:
Une star au firmament de la mode, Zendaya est connue pour son style audacieux et avant-gardiste. Selon son styliste Law Roach, il y a cependant cinq marques de mode que la célébrité refuse catégoriquement de porter. Découvrons ensemble les dessous de ces choix vestimentaires qui font toute la différence !

Dans le monde glamour et étincelant de Hollywood, Zendaya est une comète véritablement unique. Grâce à ses choix audacieux et à sa volonté de repousser les limites, cette icône de la mode a réussi à se forger une identité sartoriale bien à elle. Mais ce que beaucoup ne savent pas, c’est qu’il y a certaines marques que l’actrice de ‘Euphoria’ refuse catégoriquement de porter.

Selon son styliste de longue date, Law Roach, qui est également à l’origine de certains des looks les plus emblématiques de la star, Zendaya a une liste précise de marques qu’elle évite. Ce sont principalement des maisons de haute couture et des griffes de prêt-à-porter bien connues qui semblent ne pas correspondre à l’identité vestimentaire de la jeune femme.

Il est important de noter que ces refus ne sont pas basés sur des considérations superficielles ou des caprices de stars. Au contraire, ils sont le reflet des convictions personnelles de Zendaya et de son désir de s’habiller de manière à être en harmonie avec elle-même. Cette volonté de rester fidèle à ses valeurs est l’une des raisons pour lesquelles Zendaya est devenue une véritable influenceuse dans le domaine de la mode.

Ces choix vestimentaires sont une déclaration puissante qui montre que Zendaya est une femme qui sait ce qu’elle veut et qui n’a pas peur de le montrer. En refusant de porter certaines marques, elle envoie un message fort sur l’importance de l’individualité et de la liberté d’expression dans la mode.

Alors, quelles sont ces cinq marques que Zendaya délaisse ? Notre enquête continue pour vous livrer tous les détails de cette affaire de mode qui fait déjà grand bruit dans l’univers des célébrités. Restez connectés pour tout savoir sur les secrets de style de Zendaya, cette étoile montante de Hollywood qui continue de nous éblouir par son authenticité et son audace.

Par Maxine Routhier
Titre: « Zendaya délaisse 5 grandes marques de mode, d’après son styliste Law Roach »<br /> <br /> Introduction: <br /> Une star au firmament de la mode, Zendaya est connue pour son style audacieux et avant-gardiste. Selon son styliste Law Roach, il y a cependant cinq marques de mode que la célébrité refuse catégoriquement de porter. Découvrons ensemble les dessous de ces choix vestimentaires qui font toute la différence !<br /> <br /> Dans le monde glamour et étincelant de Hollywood, Zendaya est une comète véritablement unique. Grâce à ses choix audacieux et à sa volonté de repousser les limites, cette icône de la mode a réussi à se forger une identité sartoriale bien à elle. Mais ce que beaucoup ne savent pas, c’est qu’il y a certaines marques que l’actrice de ‘Euphoria’ refuse catégoriquement de porter.<br /> <br /> Selon son styliste de longue date, Law Roach, qui est également à l’origine de certains des looks les plus emblématiques de la star, Zendaya a une liste précise de marques qu’elle évite. Ce sont principalement des maisons de haute couture et des griffes de prêt-à-porter bien connues qui semblent ne pas correspondre à l’identité vestimentaire de la jeune femme.<br /> <br /> Il est important de noter que ces refus ne sont pas basés sur des considérations superficielles ou des caprices de stars. Au contraire, ils sont le reflet des convictions personnelles de Zendaya et de son désir de s’habiller de manière à être en harmonie avec elle-même. Cette volonté de rester fidèle à ses valeurs est l’une des raisons pour lesquelles Zendaya est devenue une véritable influenceuse dans le domaine de la mode.<br /> <br /> Ces choix vestimentaires sont une déclaration puissante qui montre que Zendaya est une femme qui sait ce qu’elle veut et qui n’a pas peur de le montrer. En refusant de porter certaines marques, elle envoie un message fort sur l’importance de l’individualité et de la liberté d’expression dans la mode. <br /> <br /> Alors, quelles sont ces cinq marques que Zendaya délaisse ? Notre enquête continue pour vous livrer tous les détails de cette affaire de mode qui fait déjà grand bruit dans l’univers des célébrités. Restez connectés pour tout savoir sur les secrets de style de Zendaya, cette étoile montante de Hollywood qui continue de nous éblouir par son authenticité et son audace.

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail