Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Hédi Zardi, ancien co-responsable de Luxbox, en première année à la tête des ateliers Atlas – date limite

Hédi Zardi, ancien co-responsable de Luxbox, en première année à la tête des ateliers Atlas – date limite

Les sixièmes Ateliers Atlas du Festival du Film de Marrakech démarrent aujourd’hui sous la nouvelle direction de l’ancien agent de ventes de films indépendants et publiciste Hédi Zardi.

Organisé du 27 au 30 novembre dans un riad de la banlieue de Marrakech, l’incubateur de projets et de talents présente 25 projets originaires de la région MENA et d’Afrique, 16 en développement et neuf autres en production ou post-production.

Zardi est surtout connu sur le circuit des marchés et des festivals en tant qu’ancien co-fondateur de l’enseigne commerciale parisienne Luxbox, qu’il a créée en 2015 avec Fiorella Moretti, qui continue de diriger l’entreprise.

Ensemble, les deux hommes ont lancé une série de titres de festivals à la mode sur le marché, négociant des accords avec ARRAY d’Ava DuVernay pour le drame sur les migrants trans d’Isabel Sandoval. Lingua francaOscilloscope Laboratories pour la candidature du Costa Rica aux Oscars Clara Sola de Nathalie Alvarez Mesen et KimStim pour le premier long métrage de Suzanne Lindon sur le passage à l’âge adulte Fleur de printemps.

Après huit ans sur le circuit des ventes, avec la fin de cette période pendant la pandémie de Covid-19, Zardi n’est que trop conscient des défis auxquels sont confrontés les films indépendants non anglophones.

Il a mis ces connaissances à profit dans sa première sélection des Ateliers Atlas.

«Je cherchais des projets que nous pourrions améliorer et soutenir, qui soient artistiquement audacieux, mais qui aient également une chance réaliste de se connecter avec le marché et un public, que ce soit par le biais d’une sortie en salles classique ou des plateformes», explique Zardi.

« J’ai également essayé de faire venir différents invités qui représentent les nouvelles tendances du marché. Les premières éditions étaient très axées sur l’axe classique de production avec la France et les plus grands territoires européens. Je l’ai ouvert à davantage de producteurs de territoires comme l’Allemagne et les pays nordiques, par exemple, ainsi que des États-Unis », ajoute-t-il.

Parmi les professionnels américains présents cette année figurent des artistes nominés aux Oscars L’os de l’hiver la productrice Alix Madigan ainsi que Poney de guerre et Manodrome producteur Ryan Zacarias.

«Je souhaite ouvrir ces projets à d’autres types de financement comme le financement en fonds propres et pas seulement aux voies classiques comme les fonds européens, qui sont de plus en plus difficiles à obtenir. Sur le plan des ventes, nous avons invité des gens comme Charades, Kinology et A24, des acteurs très importants car je sentais qu’il y avait des projets avec un fort attrait sur le marché », a déclaré Zardi. « Nous ne sommes plus une niche. »

La première sélection de Zardi présente un grand nombre de films de genre, une évolution qui, selon lui, reflète la façon dont les cinéastes indépendants de la région MENA et africaine s’éloignent des drames sociaux classiques ou des œuvres d’observation.

« Il y a une ambiance différente. La jeune génération embrasse un large éventail de genres. On est loin du drame social classique. Même si le sujet reflète la réalité du territoire du cinéaste, la narration est différente, ils utilisent un autre code de genre.

Il cite des projets en développement comme le thriller du réalisateur tunisien Youssef Chebbi Peste; Le drame de la réalisatrice libanaise Sandra Tabet Rage, dans lequel des chiens enragés envahissent Beyrouth ; L’histoire d’un clan de trafiquants de drogue du cinéaste marocain Ismaël El Iraki Mère-loup et a frappé une photo d’action d’une femme Fumée tonitruantele deuxième long métrage du réalisateur finno-somalien Khadar Ayderus Ahmed après sa percée aux Oscars pour la Somalie La femme du fossoyeur.

« La nouvelle génération n’a pas peur d’essayer quelque chose de nouveau. L’ambition est plus forte. Ils comprennent que le marché est plus dur et que s’ils veulent exister, ils doivent être différents », explique Zardi.

Pour soutenir cette adoption de la narration de genre, le programme des conférences de l’atelier comprend une discussion avec Conspiration du Caire le réalisateur Tarik Saleh sur l’utilisation des codes de genre tels que le thriller et le drame d’enquête dans son travail, et une étude de cas sur le processus derrière les effets spéciaux dans le drame fantastique de la cinéaste franco-marocaine Sofia Alaoui Animaliequi a remporté le prix Creative Vision dans la section World Cinema Dramatic.

Alaoui et les professionnels des effets visuels Arnaud Fouquet, Faycel Azmi et Julien Fouré expliqueront comment ils ont trouvé des solutions abordables pour le film grâce à une collaboration pendant le développement et la pré-production.

« Animalie est une belle réussite visuellement au niveau de ses VFX. Sofia Alaoui a travaillé avec Arnaud Fouquet à Paris. Nous parlerons de la façon dont cette jeune réalisatrice de son premier long métrage a partagé sa vision et construit cette collaboration », explique Zardi.

« C’est un exemple de la façon dont un cinéaste peut établir une relation avec un laboratoire et ensuite contrôler les dépenses. Les cinéastes de la région ont l’impression que les effets visuels sont au-dessus de leurs moyens et qu’ils ne peuvent pas contrôler ce coût. Ce qui était fantastique dans cette collaboration, c’est qu’Arnaud suggérait parfois des choses que Sofia pouvait faire pendant le tournage pour créer un effet, plutôt que de le produire en post-production.

Outre les projets en développement, le rendez-vous présente également neuf films en production ou post-production.

Les titres phares de ce line-up comprennent deux longs métrages tunisiens : Maternité de Meryam Joobeur, nominée aux Oscars 2020 pour son court métrage fraternitéet Agorale troisième long métrage d’Ala Eddine Slim, lauréat du Prix Luigi de Laurentiis pour Le dernier d’entre nous à Venise en 2016.

Des représentants de la plupart des principaux festivals viennent assister aux projections en cours, notamment à Venise, Toronto et Locarno.

Ces projets sont éligibles à trois Prix Atlas pour la production et la post-production d’une valeur de 30 000 €, 20 000 € et 10 000 €. Le jury de cette année comprend Ava Cahen, directrice de la Semaine de la Critique à Cannes, et l’une des meilleures Égyptiennes indépendantes Choc et Plumes le producteur Mohamed Hefzy de la Film Clinic du Caire et la réalisatrice marocaine Meryem Benm’Barek (Sofia).

Il y a également quatre prix en espèces pour la sélection en développement, d’une valeur de 30 000 €, 20 000 € et deux fois 5 000 €.

Celles-ci seront décidées par le Danemark La pire personne au monde et Pays divin la productrice Katrin Pors chez Snowglobe, la productrice marocaine Fayçal Hassaïri et la vendeuse et distributrice française Sarah Chazelle chez Jour2Fête.

Coup dur pour cette édition : l’absence de son mentor invité Martin Scorsese qui a été contraint de se retirer la veille des ateliers pour des raisons personnelles.

S’adressant à Deadline peu de temps après avoir annoncé la nouvelle de l’absence de Scorsese, Zardi rapporte que les participants, qui devaient avoir des entretiens personnels avec le réalisateur, prenaient son annulation dans la foulée.

« Pour être honnête, ils sont tous très occupés à préparer leurs projets et leurs pitchs. C’est leur objectif principal. Ce qui est bien, c’est que même s’ils ont été déçus, la plupart ont immédiatement déclaré qu’ils espéraient que Scorsese allait bien et que tous lui souhaitaient bonne chance.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...