...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Bérénice Bejo et Daniel Bruhl font leurs débuts à Toronto –

themovieteller_01.jpg

Bérénice Bejo et Daniel Bruhl font leurs débuts à Toronto –

Quand j’étais en cours de cinéma à l’université, j’ai réalisé un film Super 8 intitulé Fille de cinéma. Il s’agissait d’une lettre d’amour hollywoodienne aux films centrée sur une serveuse de Musso & Franks qui s’inscrivait de manière rêveuse dans les intrigues des films classiques. Il y a remporté un prix mais a été le point culminant d’une carrière de réalisateur que je n’ai jamais eue. Cependant, j’ai toujours eu un faible pour les cinéastes qui mettent désormais leur propre expérience et leur passion du cinéma dans leur carrière. Tu as dû entendre parler d’eux. Kenneth Branagh a remporté un Oscar pour avoir fait exactement cela Belfast. Steven Spielberg a obtenu plusieurs nominations l’année dernière pour son film très personnel Les Fabelman. Woody Allen avait sa propre vision charmante La Rose Pourpre Du Caire. Peter Bogdanovich a fait une impression durable avec les années 1971 La dernière séance d’images, tout comme Giuseppe Tornatore avec son lauréat d’un Oscar, Cinéma Paradiso. C’est une combinaison des deux derniers qui pourrait décrire l’ambiance du dernier film sur le amour de films, Le conteur de films (La Contadora de Peliculas) qui a eu sa première mondiale ce soir au Festival du film de Toronto. Et rien qu’en termes de nombre d’extraits de films classiques incorporés dans sa durée de près de deux heures, celui-ci établit un record dans le petit sous-genre. Pour les cinéphiles du monde entier Le conteur de cinéma est un incontournable.

Basé sur le livre à succès mondial de l’auteur chilien Hernan Rivera Letelier, le réalisateur Lone Scherfig’s Le conteur de cinéma se déroule dans une ville minière chilienne pauvre et pauvre de salpêtre, dans le désert d’Atacama des années 1960, où une seule salle de cinéma représentait l’élément vital et les rêves des habitants de la ville, en particulier d’une famille sur laquelle le film se concentre. Il est raconté et vu à travers les yeux de la jeune Maria Margarita jouée enfant par Alondra Valenzuela et plus tard en tant que jeune adulte par Sara Becker. Elle décrit sa dynamique familiale, y compris une mère, Maria Magnolia (Berenice Bejo), toujours la plus belle femme de la ville, un parent aimant, mais aussi une rêveuse qui n’a jamais perdu son propre désir de devenir une star des arts, mais tristement observée. cela lui échappe, quelque chose qu’elle avertit sa fille unique de ne pas imiter. Il y a aussi son père Medardo (Antonio De La Torre), mari aîné de Maria Magnolia et père des quatre enfants dont les trois frères de Maria. Il travaille dans les mines, emmène la famille voir des films de John Wayne et cite surtout Charlton Heston dans Les dix Commandements, mais qui devient plus tard handicapé et en fauteuil roulant à cause d’un accident de travail dans les mines.

La première moitié de ce film voit ces vies et d’autres colorées par les films (pour la plupart) hollywoodiens de leur époque qu’ils se ruent pour voir au théâtre en plein essor, mais pour lesquels la famille ne peut collectivement se permettre qu’un seul billet, d’où leur habitude d’avoir chacun un billet. Le député joue chez lui le film qu’il a vu. Certains sont meilleurs que d’autres lorsqu’il s’agit de décrire des événements comme ceux des années 1962. L’homme qui tua Liberty Valance (un film de John Ford qui figurait également dans des extraits de Belfast et Les Fabelman); Certains l’aiment chaud, l’appartement, d’ici à l’éternité, les chemins de la gloire, le petit-déjeuner chez Tiffany‘s, Les parapluies de Cherbourg et plus encore, chacun généreusement extrait de clips. Mais c’est dans son récapitulatif émotionnel et son interprétation dramatique du sens des années 1960 Spartacus que Maria Margarita montre le talent brut, peut-être hérité de sa mère, qui fait d’elle la star du cinéma de la famille, mais aussi qui fait parler de lui, car les gens se ruent pour la voir raconter des histoires de films qu’ils ne pourraient pas se permettre d’acheter autrement à.

Au fur et à mesure que le film avance, il devient de plus en plus dramatique et pointu, en particulier lorsque la mère Maria Magnolia saute dans un bus et abandonne son mari invalide et ses enfants pour poursuivre le chemin non emprunté. Contrairement à sa mère, Maria Margarita reste derrière et devient une force d’amour et d’espoir, même si les temps changeants auront des conséquences néfastes non seulement sur les membres de la famille et la ville, mais aussi sur le Chili lui-même, car les événements politiques changent tout.

Le conteur de cinéma tire sa puissance des films de l’époque, oui, mais ce que le cinéma et l’histoire signifient pour nous et nos souvenirs. Il s’agit d’un sujet véritablement universel, ce qui explique peut-être pourquoi cette production internationale est reconnue comme pays ayant collaboré à son financement, mais aussi avec des artisans sportifs du monde entier. Scherfig (Italien pour débutants, une éducation, un jour) est danois et a rejoint l’équipe pour réaliser le réalisateur/scénariste brésilien Walter Salles (Gare Centrale, Les Carnets de Moto) a passé des années à développer son scénario. Le scénario a été peaufiné par l’Espagnol Rafa Russo et par Isabel Coixet (elle-même une cinéaste de renom). Le casting comprend Bejo (né en Argentine), nominé aux Oscars (L’artiste) qui travaille beaucoup dans les films français et qui est ici très bien dans le rôle de la mère perdue dans ses propres regrets. La star allemande Daniel Bruhl (Rush, tout est calme sur le front occidental) incarne un homme venant en ville qui devient une influence clé dans leur vie, et De La Torre, une star espagnole lauréate d’un Goya, est touchant dans le rôle du père dont la vie prend une tournure tragique. Le meilleur de tous, ce sont les enfants, en particulier l’adorable Valenzuela et l’adorable Becker qui partagent le rôle de Maria Margarita, tous deux se fondant parfaitement dans un portrait poignant de la fille cinéphile qui apprend à survivre à un certain nombre de moments sombres de la vie. Le travail de casting pour créer la dynamique familiale à travers deux périodes distinctes et des ensembles d’acteurs pour les enfants est parfait. Merci également au montage expert de Bernat Aragones et Jordi Azategui, en particulier pour l’incorporation astucieuse de tous ces clips, et pour la partition chantante du compositeur chevronné Fernando Velazquez.

Avec le film principalement en espagnol (à l’exception de tous ces extraits de films en anglais), cela semble un effort colossal de rassembler cette distribution et cette équipe internationales, mais Scherfig l’a fait admirablement et je pense qu’elle a livré son meilleur film depuis 2008. Une éducation. Et bien que le film soit absorbé par notre obsession du cinéma, il n’a pas peur, comme beaucoup d’autres films internationaux, de montrer le prix politique que beaucoup paient, en particulier dans les films aux thèmes chiliens cette année seulement qui traitent de front l’effet du dictateur Pinochet, y compris non seulement Conteur de cinéma mais aussi celui de Pablo Larrain El Condé et le documentaire, La mémoire éternelle.

Les producteurs sont Vincent Juillerat, Adolfo Blanco et Manuel Monzon.

Titre: Le conteur de films (La Contadora de Peliculas)

Festival: Festival du film de Toronto

Agent de ventes: Films de remblai

Directeur: Scherfig solitaire

Scénario: Walter Salles, Rafa Russo, Isabel Coixet

Casting: Bérénice Bejo, Antonio De La Torre, Daniel Bruhl, Sara Becker, Alondra Valenzuela, Pablo Schwarz, Joaquin Guzman, Francisco Diaz, Alfred Borner, Max Salgado, Santiago Urbina, Elian Ponce, Beltran Izquierdo, Simon Beltran

Durée : 1 heure et 56 minutes

A la Une People

Êtes-vous suffisamment courageux pour briser les stéréotypes de genre ? C’est ce que fait le fils de Megan Fox, et elle ne pourrait pas être ...
Le coup de gueule de Logan Roy contre la religion Le célèbre acteur Brian Cox, qui incarne Logan Roy dans la série à succès « Succession », ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail