...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Viggo Mortensen et Vicky Krieps dans une photo de Toronto –

MV5BYzYwYjQwY2MtNDRlYy00NDQyLTlmMzctYmI0NmJhMTYyNjUyXkEyXkFqcGdeQXVyNTMyMjU3MzI@._V1_FMjpg_UX1000_.jpg

Viggo Mortensen et Vicky Krieps dans une photo de Toronto –

Le genre western a été si omniprésent tout au long de l’histoire du cinéma, et il est difficile d’imaginer y faire quelque chose qui n’a pas déjà été fait. Viggo Mortensen, en écrivant, réalisant, produisant et co-vedette dans seulement son deuxième film derrière la caméra (après celui des années 2020 Chute) trouve une histoire d’amour émouvante, bien que tragique, à jouer dans le magnifique paysage de l’Ouest des années 1860, et d’une manière ou d’une autre, tout semble nouveau. John Ford et Howard Hawks adoreraient ce film.

Les morts ne font pas de mal est un titre qui promet autre chose, mais sans dévoiler de spoilers, il semble finalement juste pour cette histoire de Holder Olsen (Mortensen), un immigré danois qui tombe amoureux de Vivienne Le Coudy (une lumineuse Vicky Krieps), qu’il rencontre à San François. Voulant un peu de paix tranquille dans sa vie, ils déménagent ensemble à Elk Flats, dans le Nevada, et commencent ensemble ce qui semble être une vie idyllique. Autrement dit, jusqu’à ce que l’ex-soldat décide de rejoindre l’armée de l’Union pour combattre la guerre civile.

Les projecteurs se tournent ensuite vers Vivienne, qui obtient un emploi au saloon et apprend à se frayer un chemin dans ce qui s’avère être une ville hors-la-loi dirigée par le maire corrompu Rudolph Schiller (un Danny Huston glissant), qui est de mèche avec un tout aussi Le principal propriétaire foncier corrompu, Alfred Jeffries (Garrett Dillahunt). Des problèmes surgissent lorsque le mauvais fils de Jeffries, Weston (Solly McLeod), tente de courtiser Vivienne, qui ne veut pas faire partie de ce mauvais garçon. Les choses s’assombrissent à partir de là alors que Weston montre ses vraies couleurs et la viole. Cependant, elle n’est pas une victime mais une femme qui acquiert des compétences de survie rien que pour faire face à ces méchants. Lorsque Holder revient enfin après cinq longues années, leur relation est confrontée à de nouveaux défis qui menacent de les déchirer, et il n’est peut-être pas prêt à faire face à une découverte qui changera sa vie.

J’avais entendu dire que c’était un « western féministe », mais je ne peux pas dire que ce soit la bonne description. Mortensen, avec l’immense aide de son protagoniste féminine, a réalisé une histoire d’amour vraiment émouvante sur deux personnes qui n’utilisent pas beaucoup de mots pour la décrire mais qui sont clairement profondément amoureuses au moment même où la vie menace la vie qu’elles avaient planifiée ensemble. Les morts ne font peut-être pas de mal, mais pour ceux qui sont encore en vie, il peut y avoir tout un parcelle de blessure.

CONNEXES : Vicky Krieps, actrice de « The Dead Don’t Hurt », recevra le TIFF Tribute Performer Award

Mortensen a carrément placé son histoire dans le genre western, mais vous pouvez vraiment la sortir et la placer dans de nombreux contextes différents tout en conservant la même étude de personnage très humaine qui reste avec vous longtemps après le générique. Krieps, d’origine luxembourgeoise (Corsage) est si authentique dans le rôle principal qu’on dirait qu’elle vient d’une de ces vieilles photos décolorées prises à l’époque. C’est une actrice presque caméléon qui disparaît dans le rôle qu’elle joue, et ce n’est pas différent ici. Mortensen lui donne la vedette alors qu’il se retire du milieu de l’image, mais sa force tranquille est puissante à regarder chaque fois qu’il est à l’écran.

Parmi le casting de soutien qui comprend également des vétérans tels que Huston, Ray McKinnon et W. Earl Brown, ainsi que Colin Morgan et Atlas Green, c’est McLeod qui se démarque uniquement par sa pure méchanceté. Il n’atteindra peut-être pas les niveaux à vous glacer le sang d’Henry Fonda Bienvenue dans les temps difficilesC’est méchant, mais il est déjà assez mauvais et nous fait vraiment le détester.

CONNEXES : Viggo Mortensen, Guillermo del Toro, Spike Lee et bien d’autres s’exprimant lors des conférences industrielles du TIFF

Les valeurs de production sont superbes, avec une belle cinématographie de Marcel Zyskind (qui a également tourné Chute) tirant le meilleur parti de Durango, au Mexique, des endroits où de nombreux classiques ont roulé auparavant. Comme s’il n’avait déjà pas assez de travail, Mortensen, aux multiples talents, a également composé la belle partition musicale.

Les producteurs de Mortensen sont Regina Solorzano et Jeremy Thomas.

Titre: Les morts ne font pas de mal
Festival: Festival international du film de Toronto
Réalisateur-scénariste : Viggo Mortensen
Casting: Vicky Krieps, Viggo Mortensen, Solly McLeod, Garrett Dillahunt, Danny Huston, Ray McKinnon, Colin Morgan, W. Earl Brown, Atlas Green
Durée de fonctionnement : 2 h 9 min
Ventes: Hanway Films

A la Une People

La scène mondiale a vibré sous l’éclat des étoiles les plus brillantes lors de la première édition du King’s Trust Global Gala, un événement qui ...
Entrez dans le monde glamour et parfois tumultueux de Hollywood avec notre dernier scoop sur Pauly Shore et son projet de biopic sur Richard Simmons. ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail