Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Une performance captivante de Franz Rogowski ancre le film épique –

Une performance captivante de Franz Rogowski ancre le film épique –

La Suisse propre et verte, pays du chocolat, des coucous et de la démocratie directe, se révèle avoir une histoire d’abus raciaux aussi odieuse que n’importe quelle autre dans l’épopée tumultueuse de Giorgio Diritti. Lubo, en compétition à la Mostra de Venise. L’acteur allemand Franz Rogowski incarne le personnage principal, un artiste de rue et père de famille qui fait partie de la communauté suisse des Jenisch, un peuple nomade originaire d’Allemagne. L’histoire de Lubo est dramatiquement terrible – sa femme est tuée dans une dispute avec la police brutale et ses enfants sont emmenés, alors qu’il est emmené servir dans l’armée – mais elle témoigne de la vérité.

Personne ne sait exactement combien d’enfants Jenisch ont été retirés à leurs familles par les autorités suisses, mais l’estimation actuelle est de 2000. Lubo ouvre ses portes pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre les années 1930 et 1973, lorsque cette pratique a été officiellement abandonnée, ces enfants – classés comme vivant dans la rue – ont été placés en institution ou adoptés, souvent par des agriculteurs qui les ont exploités comme main-d’œuvre bon marché. Le but, ouvertement reconnu, était le déracination. Les nomades ont perturbé l’ordre de la société suisse. La seule façon de s’en débarrasser était de briser leurs structures familiales.

Il est encore difficile de concevoir qu’une telle cruauté puisse être effectivement enfouie dans des dossiers comme ceux que Lubo fouille chaque fois qu’il en a l’occasion, au cours des décennies qui suivent son apocalypse personnelle. À ce moment-là, il a pris une nouvelle identité : il s’agit de Bruno Reiter, un marchand autrichien de bijoux et de tissus précieux, une identité qu’il a volée – avec les bijoux – au fond des montagnes en aidant le premier Bruno Reiter dans une contrebande. courir. À cette époque, Lubo était devenu un meurtrier.

Selon les notes de presse du film, Diritti a tourné dans 100 lieux, avec 100 acteurs dans des petits rôles et 1 300 figurants sélectionnés dans les zones appropriées : bref, c’était une entreprise géante. Dès le début, lorsque Lubo se produit avec d’autres membres de sa famille sur une place de village bordée de maisons Hansel et Gretel, Diritti et son directeur de la photographie Benjamin Maier ont d’innombrables possibilités d’exploiter la beauté des boîtes de chocolat du paysage suisse. : sommets glacés, bois murmurants, lacs saphir. Même les scènes sombres, comme la crête gelée où Lubo sert de sentinelle pendant sa brève période de conscrit dans l’armée, laissent une impression moins de privation dure que le brouillard flottant et l’envolée des peintures nazaréennes allemandes.

Nous avons besoin de ce régal pour les yeux en plein air pendant plus de trois heures que Diritti prend pour son épopée, car il s’agit par ailleurs en grande partie d’un voyage entre des intérieurs d’époque somptueux mais sombres. Ayant pris l’identité de Reiter, Lubo voyage entre les meilleurs hôtels, son statut de gentleman annoncé par la voiture volée qu’il conduit, les cols de fourrure de ses manteaux et les manières suaves qu’il a maîtrisées presque du jour au lendemain ; il séduit les femmes riches et vole leurs maris. L’un de ces maris, le banquier de Lubo/Reiter, dit à sa femme secrètement amoureuse que son nouvel ami a suffisamment d’argent sur son nouveau compte pour bien vivre pour le reste de sa vie.

Pendant ce temps, il fouille les écoles et les orphelinats au fur et à mesure que les années défilent sur l’écran. Cela semble désespéré. Ses enfants, qui n’étaient même pas en âge d’aller à l’école lorsqu’ils ont été confisqués, vieillissent ailleurs, deviennent méconnaissables, introuvables. Il y a une certaine perspective d’une nouvelle vie de famille lorsqu’il rencontre Margharita (Valentina Belle), une femme de chambre italienne dans l’un de ses hôtels chics ; elle est pauvre et égarée comme lui, avec son propre garçon à élever. Le destin semble lui offrir une chance de bonheur, mais le destin a toujours été contre lui.

Les manières féeriques et timides de Rogowski donnent une tournure nouvelle et convaincante au grand prétendant qui peut faire fondre le cœur de n’importe quelle femme, tandis que son agilité légère – il a commencé sa carrière comme clown de rue – devient celle de Lubo. Travaillant à partir d’un scénario qu’il a écrit avec Fredo Valla, Diritti semble parfois pressé – comme lors du dernier déroulement d’une enquête policière, où les documents que Lubo cherchait depuis des années se matérialisent soudainement et où un prédateur pédophile est ajouté au mélange, afin de résumer le tout – et en ralentissant presque jusqu’à l’arrêt dans les scènes, il veut probablement donner un poids particulier.

Il s’agit d’une étape rapide, rapide et lente qui rendrait le film lourd sans la performance contraignante de Rogowski ; il est au centre de chaque scène, mais l’ondulation de sentiments – et de prétendus sentiments – sur son visage ne s’émousse jamais. Les autres acteurs, tous bien interprétés, tournent autour de lui comme des planètes en orbite, mais le récit suit une seule direction : ce que Lubo fera ensuite. Nous continuons à poser cette question jusqu’à la fin mais, comme c’est souvent le cas, c’est l’histoire derrière l’histoire qui est la plus convaincante.

A la Une People

Le conseil d’administration de l’Association nationale des propriétaires de théâtres (OTAN) a élu Bob Bagby, président-directeur général de B&B Theatres, au poste de nouveau président ...
Le nouveau film d’Augustus Meleo Bernstein Aux portes reçoit une sortie en salles à New York et Los Angeles le 3 novembre de Picturehouse. La ...