Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Une mère iranienne se bat pour l’avenir de sa fille –

Une mère iranienne se bat pour l’avenir de sa fille –

Le danger n’est jamais très loin dans ce premier album confiant de Noora Niasari, un hommage profondément personnel à une génération tiraillée entre tradition et modernité. En se concentrant sur le personnage principal, Shayda repose sur une performance vulnérable mais puissante de Sainte AraignéeZar Amir Ebrahimi dans le rôle d’une Iranienne divorcée se cachant de son ex violent, qui envisage peut-être ou non de ramener clandestinement leur fille Mona (Selina Zahednia) en Iran.

Cette peur se manifeste dans la séquence d’ouverture nerveuse, qui se déroule en 1995, lorsque Shayda et Vi (Jillian Nguyen), une sorte d’assistante sociale, explorent un aéroport avec Mona à la remorque. Les deux femmes expliquent à Mona ce qu’elle doit faire si elle devait s’y retrouver contre sa volonté, notant à plusieurs reprises que les uniformes bleus sont synonymes de sécurité. De retour au refuge pour femmes, une auberge partagée située dans un lieu de banlieue extrêmement secret, Shayda se demande comment elle en est arrivée là : dans une exposition très subtile, son album photo révèle qu’elle a obtenu son diplôme en 1984 et qu’elle s’est mariée l’année suivante. S’installer en Australie en 1991 semble être l’année où les plaques tectoniques de son mariage ont commencé à s’écarter.

Comme nous le savons déjà grâce aux classiques du cinéma iranien comme celui d’Asghar Farhadi Une séparation (2011), le divorce est une question très sérieuse au sein de la culture – à tel point que Shayda se heurte même aux réticences de sa propre mère, qui lui dit : « La vie de personne n’est parfaite », ajoutant : « Au moins, c’est un bon père. » Mais ce qui est intéressant dans le récit de Niasari, c’est qu’il ne s’agit pas de la fuite d’une femme vers la laïcité ; Shayda est fière de son héritage persan, et ce n’est pas un hasard si son histoire se déroule dans le contexte de Norouz, le Nouvel An iranien. Mona apprend des mots iraniens tous les jours et Shayda cite même des écritures apaisantes à une femme du refuge qui craint que son fils ne lui soit enlevé.

Pendant un court moment, on ne sait pas si l’ex apparaîtra ou restera une présence hors écran, et quand Hossein (Osamah Sami) arrive enfin, il est en pleine déception, emmenant sa fille, sans surveillance, dans un fast-food. déjeuner après que le juge ait accordé un accès temporaire d’une demi-journée. Quand Hossein ne revient pas à l’heure, Shayda craint le pire, mais sa réplique passive-agressive – « Je ne serais pas en retard si j’avais plus de temps avec elle » – est révélatrice. L’attitude d’Hossein envers Shayda, et envers les femmes en général, est condescendante. En effet, un livre « éducatif » sur un père et sa fille qu’il montre à Mona l’amène à se demander : « Et maman ? «Non», dit-il, «il s’agit uniquement de papa.»

Cet aspect de choc culturel du film est son filon le plus riche. « Oh, alors tu es une fille occidentale maintenant », ricane Hossein, même si l’Australie n’est pas tout à fait l’ouest, en termes de géographie scolaire, et Shayda a développé son propre look de friperie qui semble se reposer entre les modes. Les amis « progressistes » que Hossein méprise sont des étudiants, et il est intéressant de noter que les études de Shayda à l’étranger ont pris fin lorsque le régime de Téhéran a annulé sa bourse. Comme le régime, Hossein considère la pensée indépendante comme une rébellion, la prévenant : « Vous pouvez changer votre apparence, mais cela ne change pas qui vous êtes vraiment. » En fait, il veut dire quoi elle l’est vraiment : pour lui, elle est sa femme, sa propriété.

Les choses s’échauffent lorsque Hossein la suit et prend des photos compromettantes qui, selon lui, prouveront qu’elle est infidèle. Chez nous, de telles preuves seraient incendiaires – « Ils vont vous tuer », dit-il, sans avoir à préciser qui « ils » sont – et d’ici Shayda devient un peu plus schématique dans sa narration, atteignant un point culminant qui transforme son thème de la violence psychologique intangible en quelque chose d’immédiat et de réel.

Cependant, même dans sa forme la plus conventionnelle, le film de Niasari est toujours respectueux de la réalité derrière sa fiction, faisant allusion à tout le spectre de la violence domestique dans les histoires obliquement aperçues des femmes qui traversent le refuge de Shayda, leurs vies brisées maintenues ensemble par le calme héroïque Vi. Il y a de l’espoir ici aussi, chez Mona, ingénieuse et réfléchie, et les pousses vertes du renouveau sont toujours présentes, la seule véritable mesure du temps qui passe dans le film étant un bol de lentilles germées que Shayda garde près de l’évier de la cuisine.

Titre: Shayda
Distributeur: Les classiques de Sony Pictures
Date de sortie: 1 décembre 2023
Réalisateur/scénariste : Noora Niasari
Casting: Zar Amir Ebrahimi, Selina Zahednia, Osamah Sami, Jillian Nguyen
Durée de fonctionnement : 1 h 57 min

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...