...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une exploration profondément imparfaite mais bien intentionnée du handicap et de l’identité – Festival du film de Sundance –

y23h8jc3hA_Different_Man-Still1.jpeg

Une exploration profondément imparfaite mais bien intentionnée du handicap et de l’identité – Festival du film de Sundance –

Un homme différent aborde les thèmes importants du handicap, de l’identité et de la transformation. Réalisé et écrit par Aaron Schimberg et mettant en vedette Sebastian Stan, Renate Reinsve et Adam Pearson, ce qui en ressort est une représentation complexe des conflits entre les perceptions extérieures et les vérités intérieures et fait de vaillants efforts vers l’inclusion pour exprimer un message vital sur l’apparence et l’identité, mais l’exécution peut souvent sembler incohérente sur le plan tonal et trop longue.

Edward (Stan) est un acteur en herbe souffrant de déformations faciales (neurofibromatose, pour être exact), qui le soumettent au ridicule et à l’isolement. Bien que gêné et solitaire, Edward trouve de l’espoir lorsqu’il se lie d’amitié avec Ingrid (Reinsve), sa voisine empathique, dramaturge et voisine. Lorsqu’on lui présente la possibilité d’une normalité grâce à une procédure de reconstruction risquée, Edward poursuit la possibilité de mener une vie sans jugement et sans regards fixes.

La transformation douloureuse lui donne un nouveau visage, mais Edward se rend vite compte que l’apparence seule ne peut effacer son passé. Son monde est à nouveau bouleversé avec l’arrivée d’Oswald (Pearson), un homme affligé comme l’était autrefois Edward, maintenant sous un nouveau nom, suscitant en lui des sentiments complexes de culpabilité, de regret et d’envie. Il doit maintenant réconcilier son nouveau moi extérieur avec son moi intérieur blessé, et déterminer ce qui constitue sa véritable identité et qui la constitue.

La transformation physique d’Edward évoque le sentiment de se débarrasser d’une identité pour en incarner une autre. Pourtant, la véritable métamorphose réside dans la manière dont Edward doit reconceptualiser sa place dans la société. Un nouveau visage entraîne de nouvelles hypothèses, attentes et opportunités qui entrent en conflit avec sa perception intérieure de soi. Son évolution, semblable à celle d’un reptilien, soulève des questions difficiles d’adaptation : quelle part de soi doit-on sacrifier pour être accepté ? Alors qu’il navigue dans ce décalage entre l’apparence extérieure et l’authenticité, Edward doit déterminer ce qui constitue son moi essentiel.

Bien qu’Edward pense que normaliser son apparence lui donnera enfin accès au respect, à l’appartenance et à la dignité humaine, sa transformation ne fait qu’intensifier son aliénation. Oswald, cependant, embrasse sa différence visible avec une autorité confiante qu’Edward trouve à la fois envoûtante et révoltante. Sa nouvelle beauté ne lui confère aucun lien humain ni respect de soi, mettant en lumière la fausse équation entre apparence et identité. À travers les réponses différentes d’Edward et Oswald aux préjugés, le film suggère que notre essence devrait transcender le physique.

Stan aborde l’espace émotionnel et épineux d’Edward, à travers les éléments physiques du changement du personnage. Stan transmet ce traumatisme avec vulnérabilité et nuance. Pearson ancre le noyau émotionnel du film avec charme, confiance et simplicité. Oswald souligne la diversité des différences visibles tout en remettant en question les présomptions que les spectateurs peuvent avoir.

Après avoir entendu Toni Morrison L’oeil le plus bleu mentionné à plusieurs reprises, je me demandais si Schimberg utilisait cette histoire comme cadre pour le récit dans Un homme différent. C’est l’un des livres les plus interdits en Amérique, alors félicitations pour avoir mentionné le titre encore et encore tout au long du film. Cependant, la façon dont ces moments sont utilisés m’a laissé mal à l’aise. Plusieurs références sont faites en relation avec le thème, mais la mention de L’oeil le plus bleu est tellement étrange, car cela ne rentre pas dans cette histoire au-delà de le mentionner.

En dehors de ça, Un homme différent a toute une série d’autres problèmes. Un rythme inégal entraîne des scènes prolongées qui perdent leur élan, tandis que les changements de ton entre drame psychologique et thriller-e suspense sapent l’investissement émotionnel. Quelle que soit la substance que le film espère transmettre, elle est enfouie sous des couches de clichés indépendants, de prétentions artistiques et de narration qui manque de subtilité. Dans l’état actuel des choses, regarder ce film en long métrage est une punition.

Comme message et comme espace inclusif, Un homme différent dépasse, mais en tant que film et récit ? Je vais poser cette question : le risque vaut-il la récompense ? Pour moi, non. Cependant, ce sera enrichissant pour les autres personnes à qui le récit s’adresse. Et dans l’ensemble, je pense que c’est ce qui compte le plus.

Titre: Un homme différent
Section Fêtes) : Premières
Directeur(s): Aaron Schimberg
Scénariste(s) : Aaron Schimberg
Casting: Sebastian Stan, Renate Reinsve, Adam Pearson
Agent commercial (ou distributeur): A24
Durée de fonctionnement : 1 h 42 min

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail