Le Magazine 2.0 Inside & Actu

SAG-AFTRA ratifie le contrat de télévision et de cinéma avec les studios après une grève – date limite

SAG-AFTRA ratifie le contrat de télévision et de cinéma avec les studios après une grève – date limite

Les acteurs ont officiellement donné leur accord pour leur dernier accord avec les studios.

La SAG-AFTRA, qui a ouvert le vote de ratification le 14 novembre, a révélé que 78,33% des votes étaient en faveur de l’accord de principe du 8 novembre avec l’AMPTP. Ce chiffre est bien plus élevé que ce à quoi beaucoup s’attendaient, compte tenu du bruit sur les réseaux sociaux, en particulier autour de l’IA.

Le vote des membres de la SAG-AFTRA sur le nouveau contrat avec l’Alliance des producteurs de cinéma et de télévision, mardi, met officiellement un terme au syndicat qui a vu la Guilde en grève pendant 118 jours – bien que de nombreuses productions aient déjà repris le travail comme le permet la loi. SAG-AFTRA le mois dernier.

Les règles de la Guilde, forte de 160 000 membres, exigeaient un vote majoritaire de 50 % + 1 des bulletins de vote pour ratifier le nouvel accord. En 2020, au plus fort de la pandémie, le dernier contrat a été approuvé par 74 % des membres votants. En 2017, 76 % des membres votants ont répondu « oui » à un nouveau contrat de trois ans.

La guilde a également noté que 38,15 % des membres ont voté cette fois-ci. En 2020, 27,2 % des membres ont voté et en 2017, ils étaient 15,3 %. L’accord expire le 30 juin 2026.

La décision de mardi était largement attendue, bien que ce contrat ait été beaucoup plus controversé parmi les membres que celui de la WGA, et que la direction de la SAG-AFTRA ait eu du mal à rallier certains membres. Semblable au contrat des écrivains, l’accord SAG-AFTRA s’aventure en territoire inconnu avec plusieurs dispositions, notamment les garde-fous autour de l’utilisation de l’intelligence artificielle ainsi que le nouveau bonus de réussite du streaming. Même si le comité de négociation de la WGA a été massivement félicité pour les progrès accomplis dans ce contrat, tous les membres du syndicat des acteurs n’ont pas accueilli ce nouveau contrat à bras ouverts.

La présidente de la SAG-AFTRA, Fran Drescher, a déclaré : « Je suis fière de notre adhésion à la SAG-AFTRA. Ils ont fait grève pendant 118 jours pour accorder au comité de négociation TV/Théâtre le levier nécessaire pour obtenir plus d’un milliard de dollars de gains, ainsi que les toutes premières protections du syndicat autour de la technologie de l’IA. Ils ont désormais verrouillé leurs gains en ratifiant le contrat. Les membres du SAG-AFTRA sont restés incroyablement engagés tout au long de ce processus, et je sais qu’ils poursuivront leur plaidoyer tout au long de notre prochain cycle de négociation. C’est un âge d’or pour la SAG-AFTRA, et notre syndicat n’a jamais été aussi puissant.

Le directeur exécutif national et négociateur en chef de la SAG-AFTRA, Duncan Crabtree-Irlande, a déclaré : « Les membres de la SAG-AFTRA ont exigé un changement fondamental dans la façon dont cette industrie les traite : une rémunération équitable pour leur travail, une protection contre l’utilisation abusive de la technologie de l’IA, des régimes d’avantages sociaux renforcés. , et un traitement équitable et respectueux pour tous les membres, entre autres. Ce nouveau contrat atteint ces objectifs et réalise des progrès substantiels pour faire avancer l’industrie dans la bonne direction. En ratifiant ce contrat, les membres ont clairement indiqué qu’ils étaient désireux d’utiliser leur unité pour jeter les bases d’une meilleure industrie, améliorant ainsi la vie de ceux qui travaillent dans leur profession. Dans toute institution démocratique, il y aura parfois des désaccords. Mais personne ne devrait confondre le débat animé et la démocratie au sein de la SAG-AFTRA avec un manque d’unité dans notre objectif ou notre mission : protéger et faire avancer la cause des membres de la SAG-AFTRA, maintenant et pour toujours.

Le chemin vers un accord n’a pas été facile pour la SAG-AFTRA, qui a rejoint les scénaristes sur les piquets de grève en juillet après que les négociations avec les studios se soient détériorées. L’impasse entre l’AMPTP et les guildes a mené Hollywood pendant la majeure partie de l’été, avant que la WGA ne conclue un accord vers la fin du mois de septembre. Les deux parties semblaient espérer que la bonne volonté résultant de cet accord permettrait également de mettre fin rapidement à la grève des acteurs.

Il a fallu environ 80 jours pour que les négociations reprennent officiellement entre la guilde des acteurs et les studios, même si les négociations ont rapidement repris le 11 octobre lorsque l’AMPTP a abandonné les négociations plus tôt après que la guilde ait proposé une alternative à sa proposition controversée de partage des revenus, demandant à la place des frais d’abonnement de 57 ¢. Quelques heures plus tard, les studios ont informé les dirigeants de la guilde que les discussions étaient « suspendues ».

Après une offre appréciée mais DOA de George Clooney et d’autres vedettes pour intervenir dans la reprise des négociations et un appel du PDG de Disney, Bob Iger, au directeur exécutif national Duncan Crabtree-Irlande, SAG-AFTRA et l’AMPTP ont annoncé le 100e jour de la grève qu’ils reviendraient à la table le 24 octobre. Les parties ont connu un nouveau début difficile, mais ont continué à se rapprocher d’un accord avec l’IA apparaissant comme le dernier point de friction, qui ne sera résolu qu’à la onzième heure.

Après la publication d’un résumé de l’ABC le 12 novembre, un chœur de plus en plus nombreux de dissidents s’est élevé parmi les membres qui estimaient que le contrat n’allait pas assez loin dans ses dispositions sur l’IA. Parmi ces dissidents figuraient Justine Bateman et Matthew Modine, membre du Conseil national.

En fait, les dissensions sont devenues évidentes au début du processus d’approbation lorsque le conseil d’administration national de la guilde s’est réuni le 10 novembre. Cette réunion a duré beaucoup plus longtemps que prévu et a finalement vu neuf membres du conseil d’administration, dont Modine, voter contre l’accord. Cela s’est traduit par une approbation totale de 86 % de la part du large conseil d’administration, soumettant l’accord à l’ensemble des membres pour ratification. Depuis lors, Modine a clairement indiqué qu’il voterait à nouveau contre l’accord en tant que membre.

Crabtree-Ireland et la présidente Fran Drescher ont travaillé dur pour contrer la négativité entourant le contrat, en organisant plusieurs séances d’information en personne et virtuelles au cours desquelles les membres ont été encouragés à poser des questions de clarification à leurs dirigeants avant la date limite du vote. Le 24 novembre, la guilde a finalement publié un résumé complet du contrat provisoire de 128 pages que les membres peuvent également lire.

La direction reste largement convaincue que des gains plus importants seraient réalisés dans le prochain contrat, et que les éventuelles faiblesses de la CBA 2023 n’étaient pas suffisamment importantes pour risquer un défaut de paiement sur le contrat 2020 pendant que la direction retournait à la table des négociations avec les studios.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...