...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Saeed Roustayi, cinéaste des « frères de Leila », emprisonné en Iran –

GettyImages-1399348749-e1692205079767.jpg

Saeed Roustayi, cinéaste des « frères de Leila », emprisonné en Iran –

Saeed Roustayi et Javad Noruzbegi, le duo réalisateur-producteur derrière le drame familial Les frères de Leïlaverra une peine de prison en Iran après la première du film au Festival de Cannes de l’année dernière sans l’approbation du gouvernement, selon les médias locaux.

Le duo a été reconnu mardi coupable par le tribunal révolutionnaire islamique de Téhéran de « contribution à la propagande de l’opposition contre le système islamique ». Ils ont été condamnés à six mois de prison, bien qu’ils ne purgeront qu' »environ neuf jours », le reste de la peine devant être « avec sursis pendant cinq ans », selon Etemad d’Iran. Le verdict pourrait faire l’objet d’un appel, bien que dans l’état actuel des choses, le duo sera mandaté pendant la période de suspension de s’abstenir d’activités liées au cinéma et de tout contact avec des associés de l’industrie. Dans un souci de « préserver les intérêts nationaux et éthiques », selon Etemad, ils devront également suivre un cours de cinéma à la Qom Sound and Vision Academy.

Le film de Roustayi Les frères de Leïla était en compétition pour la prestigieuse Palme d’Or de Cannes, remportant finalement le prix FIPRESCI à la place. Il a suscité la colère du gouvernement iranien non seulement en présentant le film au festival sans le feu vert du gouvernement, mais aussi en acceptant son prix, lorsqu’il a prononcé un discours entourant l’effondrement meurtrier d’une tour dans la ville d’Abadan. Pic a été officiellement interdit de diffusion en Iran en juin dernier.

L’arrestation du cinéaste a suscité ce matin une déclaration du Festival du film de Biarritz, qui comptait plus tôt cet été Roustayi dans son jury. « Nous, aux Nouvelles Vagues, le Festival international du film de Biarritz, avons été sous le choc en apprenant que le réalisateur Saeed Roustayi a été condamné à six mois de prison – et interdit de faire un autre film pendant cinq ans – pour diffusion de propagande anti-régime. Son seul crime est d’être un cinéaste à l’esprit libre », a déclaré un porte-parole.

Le représentant a poursuivi : « Le Festival Nouvelles Vagues s’engage sans compromis auprès des jeunes, en défendant la liberté d’expression et la liberté artistique, ainsi qu’envers les artistes et les personnes qui sont menacés parce qu’ils utilisent cette liberté – et demande l’annulation de la condamnation de Saeed Roustayi dès que possible. possible. »

Roustayi et Noruzbegi ne sont que deux cinéastes iraniens à avoir eu des démêlés avec le régime autoritaire du pays ces dernières années. Parmi les exemples récents les plus marquants, citons le lauréat du prix cannois Jafar Panahi, qui a été arrêté après avoir approché le bureau du procureur pour parler de la détention des cinéastes Mohammad Rasoulof et Mostafa Aleahmad. Panahi a été initialement condamné à six ans de prison, mais il a été libéré dans les deux jours après avoir lancé une grève de la faim qui a fait la une des journaux en février de cette année.

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail