Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rupert Everett attache ses bottes pour jouer à Nemesis de Napoléon – Crumpe

Rupert Everett attache ses bottes pour jouer à Nemesis de Napoléon – Crumpe

Après avoir stratégiquement retenu Napoléon issu du circuit des festivals, Ridley Scott s’est plutôt lancé dans la guérilla, lançant son épopée militaire controversée dans les cinémas comme une grenade à main soigneusement lancée. La tactique a fonctionné, ignorant les critiques critiques qui ont déchiré son histoire, son scénario et même sa star, Joaquin Phoenix, pour donner à Scott un montant brut mondial de 200 millions de dollars. La formidable performance de Rupert Everett dans le rôle du duc de Wellington, le Britannique à la lèvre supérieure raide qui s’avère être l’ennemi juré de Napoléon à la bataille de Waterloo, a été négligée dans les retombées. Ici, l’acteur britannique laconique réfléchit aux influences qui ont nourri son portrait du Duc de Fer.

DATE LIMITE : Comment êtes-vous devenu impliqué dans le Napoléon projet?

RUPERT EVERETT: C’est sorti de nulle part. J’adore Ridley Scott, donc j’étais vraiment ravi de participer. Je suis aussi fan du duc de Wellington, donc c’était excitant.

DATE LIMITE : Quelle était votre opinion sur Wellington ?

EVERETT: Eh bien, c’est un vieux duc coriace et salé. « Le Duc de Fer », comme on l’appelait. Dur, ironique et juste un bon caractère, vraiment. Il est plutôt humoristique. Il y avait une certaine part de cela dans le scénario, mais nous avons aussi fait une certaine part d’improvisation. Je pense que c’est essentiellement un personnage drôle.

DATE LIMITE : De quel genre de tournage s’agissait-il ?

EVERETT: C’était énorme. La production était gigantesque et c’était comme faire partie de… je ne sais pas, d’une guerre, ou d’un hôpital, ou quelque chose du genre. C’était énorme. Tout se passe très vite car il filme tous les angles de la scène en un seul, ce qui vous tient en haleine.

DATE LIMITE : Vous jouiez l’ennemi juré de Napoléon. Avez-vous eu des interactions avec Joaquin ?

EVERETT: Non, pas vraiment. Seulement le jour où nous avons fait notre scène ensemble.

DATE LIMITE : Était-ce parce que Ridley voulait vous séparer ? Mais ce n’est pas vraiment ce genre de réalisateur, n’est-ce pas ?

EVERETT: Non, il ne l’est pas vraiment, non, c’est juste la façon dont le cookie s’est effondré. Nous ne nous sommes rencontrés que pour la scène dans laquelle nous étions. Je n’ai jamais vraiment connu personne, pour être honnête. Une scène que je faisais, j’avais Covid, alors j’ai fait (les répliques) depuis mon lit, puis j’ai fait ma part sur un écran vert plus tard, quand nous étions à Malte.

Everett et Joaquin Phoenix dans le rôle de Napoléon Bonaparte.

Aidan Monaghan/Sony Pictures Divertissement

DATE LIMITE : Ridley menace toujours les versions longues de ses films et, apparemment, il y a une coupe de quatre heures de ce film. Y a-t-il d’autres personnages du duc de Wellington que nous n’avons pas vu ?

EVERETT: Je ne pense pas qu’il y en ait. Non, à moins que nous procédions à de nouveaux tournages.

DATE LIMITE : Est-il vrai que vous vous intéressez à l’histoire britannique ?

EVERETT: Ben ouais. Oui, j’aime l’histoire. Je pense que cela fait vraiment partie intégrante du fait d’être acteur, de s’intéresser à l’histoire, aurais-je pensé.

DATE LIMITE : Qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir acteur ?

EVERETT: Je ne sais pas. Je suis allé à l’école d’art dramatique. J’ai toujours voulu être acteur et c’était la première chose que je voulais vraiment faire. Cela a toujours été quelque chose qui me fascine. Je l’apprécie toujours; En fait, je l’apprécie plus maintenant qu’avant. Alors vraiment, quand j’étais enfant, je voulais être acteur.

DATE LIMITE : Y a-t-il un acteur en particulier qui vous a impressionné ou influencé ?

EVERETT: Oh, beaucoup. Ouais, tous. Quand j’étais enfant, les gens avaient une formation en cinéma qu’ils n’ont plus autant aujourd’hui. Je veux dire, nous connaissions les films des années 1920 jusqu’à l’époque où nous étions à l’école d’art dramatique, dans les années 80. Donc, de toute façon, je connaissais très bien l’histoire du cinéma, quand j’étais jeune. Beaucoup d’acteurs préférés. J’aime beaucoup Claude Rains, par exemple. Alastair Sim, beaucoup d’acteurs.

DATE LIMITE : Cela se voit dans la performance, car, pour Napoléonil faut un fort caractère pour lui tenir tête, sinon il ne fait que sillonner l’Europe…

EVERETT: C’est un grand rôle. Je pense qu’il sera toujours un bon rôle parce que, dans l’histoire de Napoléon, il est, comme vous l’avez dit, l’ennemi juré. C’est donc toujours un bon point de départ.

DATE LIMITE : Êtes-vous attiré par les films de genre ?

EVERETT: Non, pas particulièrement. Je pense que vous avez tendance à être choisi comme vous l’êtes, et vous en tirez le meilleur parti. J’ai fait beaucoup de films d’époque, mais c’est la nature d’être un acteur anglais à une certaine époque. C’est un peu la moitié de ce que j’ai fait, et j’ai vraiment apprécié ça, en fait. C’est vraiment comme ça que j’ai commencé à m’intéresser à l’histoire, grâce à mes recherches sur les personnages, les époques, les périodes et des trucs comme ça. C’est vraiment comme ça que je m’y suis intéressé. Mais non, tous les genres m’intéressent. Je pense qu’un acteur ne peut pas vraiment se permettre d’aimer uniquement certains types de choses.

Everett en tant que duc de Wellington à la bataille de Waterloo.

Sony Pictures Divertissement

DATE LIMITE : Lequel de vos films a été le plus satisfaisant pour vous à cet égard ?

EVERETT: Je ne sais pas. Il est difficile. Je ne pense plus vraiment à aucun d’entre eux. L’aventure de tout travail, je pense, est passionnante. Partir, commencer une nouvelle vie quelque part et faire quelque chose. J’ai trouvé l’aventure de presque tout ce que j’ai fait vraiment très excitante. Même les choses que je n’ai pas appréciées, avec le recul, ont été vraiment excitantes. Si vous pouvez trouver un emploi, c’est une vie formidable de travailler dans le cinéma.

DATE LIMITE : Pensez-vous que cela a été facile ou avez-vous dû vous battre pour obtenir ce que vous vouliez ?

EVERETT: Je pense qu’il est difficile d’avoir le genre d’aperçu que vous espérez. Dans l’ensemble, on bute sur des choses dans une carrière dans le show-business. Je pense. Au moins dans ma carrière, tout est vraiment arrivé par hasard. Vous allez là où se trouve le travail.

DATE LIMITE : Vous avez également eu une belle ligne secondaire dans vos mémoires. Comment ça marche? Est-ce une chose dangereuse à faire ? Cela a-t-il nui à votre carrière ?

EVERETT: Je ne pense pas. Je pense que c’est formidable d’avoir autant de cordes à votre arc que possible, je suppose. Je pense qu’écrire pour moi a été une bonne chose sur laquelle travailler au cours des 15 dernières années. J’ai écrit pas mal de choses et je suis vraiment ravi d’avoir eu ce genre de chose supplémentaire à faire.

DATE LIMITE : Combien de romans avez-vous publiés maintenant ?

EVERETT: Deux et je publie un livre d’histoires l’année prochaine. Un nouveau livre d’histoires.

DATE LIMITE : Que pouvons-nous espérer ? De quel genre d’histoires s’agiront-elles ?

EVERETT: Ce sont toutes les histoires des idées que j’ai présentées et rejetées pendant des années en tant que films, toutes mes différentes propositions.

DATE LIMITE : Pouvez-vous donner un exemple ?

EVERETT: Ben non, je vais attendre que tu voies le livre !

DATE LIMITE : Que recherchez-vous dans les films ces jours-ci ?

EVERETT: Vraiment n’importe quoi, juste du bon travail, de bonnes personnes. Le meilleur que vous puissiez en faire. Continuer, continuer à faire les choses. J’aime vraiment travailler, donc je suis heureux de faire tout ce que je peux vraiment.

DATE LIMITE : Y a-t-il des réalisateurs en particulier avec lesquels vous avez une alchimie particulière ?

EVERETT: Droite. J’aime travailler avec beaucoup de réalisateurs. J’aime beaucoup travailler avec PJ Hogan. J’adore travailler pour Ridley. J’ai vraiment apprécié tout ce que j’ai fait récemment.

DATE LIMITE : Êtes-vous un acteur très technique ? Qu’aimez-vous dans un décor et qu’avez-vous tendance à apprécier des circonstances environnantes ?

EVERETT: Eh bien, juste pour être capable d’avoir une bonne emprise sur un personnage et de le rendre vivant, réel et, espérons-le, drôle, avec de la profondeur et autant de recherche qu’il faut pour avoir une bonne vision du personnage que vous avez. Je pense que (l’astuce est) d’essayer de faire le meilleur travail possible, vraiment.

DATE LIMITE : Comment le théâtre s’intègre-t-il dans vos projets ? Est-ce toujours le cas ?

EVERETT: Eh bien, de la même manière. C’est juste qu’il y a autre chose que vous pouvez faire, n’est-ce pas ? Théâtre. C’est une autre bonne chose à faire. (Pause) Je ne sais pas comment répondre à vos questions. C’est ce que je fais. C’est ce que tout le monde fait. Je suis acteur – je joue quand je peux dans des films et je joue quand je peux au théâtre. J’essaie d’avoir des idées de choses, et c’est vraiment tout.

DATE LIMITE : Quelle est la prochaine étape pour vous ?

EVERETT: Bien, Napoléon c’était l’année dernière, et je ne sais même pas ce que je fais le mois prochain. Je viens de terminer un autre travail en tant que sorcière, et j’attends juste de voir ce qui se passera l’année prochaine, vraiment. C’est appelé Terre de légende et c’est une sorte d’histoire de sorcière médiévale.

DATE LIMITE : Qui a dirigé cela ?

EVERETT: Un gars appelé Niall Johnson. Nous venons de le terminer et c’est sympa.

DATE LIMITE : Êtes-vous toujours basé au Royaume-Uni ou êtes-vous à Los Angeles maintenant ?

EVERETT: Non. Je vis ici (au Royaume-Uni), dans le West Country.

DATE LIMITE : Pourquoi là ?

EVERETT: C’est là que j’habite.

Lisez l’édition numérique du numéro Oscar Preview de Deadline ici.

DATE LIMITE : Les gens imagineraient probablement que vous vivez dans un endroit très urbain, ou plutôt urbain.

EVERETT: Eh bien, je vis à Londres aussi, mais je vis surtout dans le West Country maintenant. Je vis dans le pays; J’ai un chien. Je passe la plupart de mon temps ici.

DATE LIMITE : Avez-vous un régime d’écriture ou n’écrivez-vous que lorsque l’envie vous en prend ?

EVERETT: En fait ça dépend. Vous recevez des contrats à rédiger, j’ai donc normalement une . Vous savez ce que c’est. Je n’écris rien pour le moment. Je viens de terminer l’édition de mon livre. Je ne l’ai remis que la semaine dernière à mon éditeur.

DATE LIMITE : Êtes-vous le genre de personne qui a une liste de choses à faire ?

EVERETT: Non. Ce n’est pas si facile de continuer, surtout dans le monde d’aujourd’hui. C’est assez dur pour les personnes âgées. Je pense que chaque jour où l’on parvient à tenir le coup est une sorte de victoire. Donc, je pense que survivre est vraiment ce que j’aimerais réaliser.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...