...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Prix ​​du Festival international du film de Camden pour la 19e édition – date limite

CIFF-e1632253102623.jpg

Prix ​​du Festival international du film de Camden pour la 19e édition – date limite

Un cinéaste débutant a remporté le premier prix au 19ème Festival annuel du film de Camden dans le Maine, l’un des plus grands festivals entièrement documentaires du pays.

Le réalisateur Yousef Srouji a reçu le prix Harrell pour Trois promesses, un film se déroulant dans les Territoires occupés. « Au début des années 2000, l’armée israélienne a riposté à la deuxième Intifada en Cisjordanie », note une description du documentaire. « Pendant ce temps, Suha, mère de deux jeunes enfants, décide qu’il est temps de commencer un journal cinématographique. Des années plus tard, son plus jeune fils Yousef récupère les archives et découvre les choix difficiles auxquels elle était alors confrontée. Les trois promesses, faites et non tenues, témoignent du profond amour d’une mère envers ses enfants, envers sa terre et envers elle-même. Le résultat est un acte d’amour réflexif dans une capsule temporelle.

« Trois promesses »

Avec l’aimable autorisation du Festival international du film de Camden

Le jury du prix Harrell a déclaré dans un communiqué : « Pour le prix principal, nous avons décidé de récompenser un film dans lequel le réalisateur parvient à attirer le public et à partager le sentiment d’être piégé avec la famille à l’écran, ne sachant pas quoi faire. viens. Un film qui témoigne de l’amour d’une mère pour sa famille et sa terre, et des décisions impossibles qu’elle doit prendre. Un film sur le souvenir.

Trois promesses marque les débuts de Srouji en tant que réalisateur, mais il est décrit dans le programme de Camden comme un « conteur de longue date. Son travail se concentre sur la compréhension de la dynamique de l’occupation en Palestine et de la résilience des communautés dans les zones de conflit.

« Or de Vie/Une vie dorée »

Avec l’aimable autorisation du Festival international du film de Camden

Une mention spéciale a été décernée à Or de Vie/Une vie dorée, réalisé par Boubacar Sangaré, un film que le jury a qualifié de « documentaire hautement cinématographique qui nous fait découvrir un grand personnage, que l’on suit dans ses journées et le voit converser avec ses collègues sur la vie et les rêves. Le réalisateur parvient à se rapprocher des protagonistes avec un regard qui ne semble jamais voyeuriste.

Le Prix du Public a été décerné à Reine, réalisé par Agniia Galdanova, l’histoire de Gena, une artiste de performance drag de la lointaine Sibérie qui défie courageusement les lois russes de plus en plus hostiles dirigées contre la communauté LGBTQ. En mars dernier, Deadline a partagé avec vous le premier extrait du documentaire lors du SXSW Film Festival, où Reine créé.

L’artiste de performance queer Gena Marvin dans « Queendom »

Galdanova Films

« Dans le processus de devenir qui vous êtes, il est parfois impossible de trouver le bon langage », a déclaré Camden en annonçant le lauréat du Prix du Public. « Dans ce portrait d’une artiste en devenir, Gena utilise sa créativité pour trouver le langage – verbal, visuel et émotionnel – pour lutter pour la libération. Grâce à un mélange harmonieux de techniques cinématographiques d’observation et performatives, la réalisatrice Agniia Galdanova partage son point de vue sur ce processus d’auto-articulation.

Le prix de la vision cinématographique du CIFF a été remporté par L’île du tricotréalisé par Ekiem Barbier, Guilhem Causse et Quentin L’helgoualc’h.

« L’île du tricot »

Avec l’aimable autorisation du Festival international du film de Camden

« Non seulement L’île du tricot repousse les limites de ce que nous entendons par cinéma, il propose également une profonde méditation sur l’éthique de l’ethnographie et le témoignage de la violence », a déclaré le jury de Cinematic Vision. « Si le film joue avec la forme, il garde également un œil attentif sur l’histoire qu’il se propose de raconter et raconte une histoire serrée et complète. »

Le jury Cinematic Vision a décerné une Mention Spéciale à Dans l’ombre de la lumièreréalisé par Isabel Reyes et Ignacia Merino, « pour son utilisation visionnaire des éléments fondamentaux du cinéma et de la vie – la lumière et le son – pour mettre en lumière leur répartition inégale dans la société ».

La partie en personne du Festival international du film de Camden s’est déroulée du 14 au 18 septembre. La partie en ligne se poursuit la semaine prochaine.

A la Une People

Accrochez-vous! Le monde de la mode a encore une fois été secoué par l’imperturbable Chanel. Cette année, la célèbre marque de luxe a décidé de ...
Vous êtes un grand fan de Taylor Swift et vous avez adoré ses sandales de pêcheur à 1090 $ ? Nous avons de bonnes nouvelles ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail