Le Magazine 2.0 Inside & Actu

‘Little Trouble Girls’, ‘Zion’ parmi les gagnants de l’industrie des Arcs –

‘Little Trouble Girls’, ‘Zion’ parmi les gagnants de l’industrie des Arcs –

Le Festival du Film des Arcs a décerné une série de prix récompensant les projets et travaux en cours participant à son 15ème Village de l’Industrie, qui se déroule du 16 au 19 décembre.

Environ 700 professionnels du cinéma de toute l’Europe participent à la rencontre qui se déroule dans le cadre du festival, qui se déroule dans les Alpes françaises du 16 au 23 décembre.

La rencontre comprend le Village de la Coproduction et le Village des Talents, pour les projets en phase de développement, ainsi qu’une vitrine des Travaux en Cours et le Village de la Musique.

Le drame du réalisateur français François Robic Royaume des aveugles a remporté le Coproduction Village ArteKino International Award de 6 000 €.

Le drame faisait partie des 18 projets cinématographiques européens présentés au Village de la Coproduction, sélectionnés parmi 269 projets soumis.

Situé dans les montagnes des Pyrénées françaises, le film tourne autour d’une femme avec un sombre secret qui tente de commencer une nouvelle vie dans une autre vallée. Il s’agit d’un premier long métrage pour Robic, qui était cette année sur le circuit des festivals avec son court métrage Rien d’important.

Le jury ArteKino était composé de Rémi Burah, Président de la Fondation ArteKino et PDG d’Arte France Cinéma, et de Malo Jacquemin, d’ArteKino International.

« Nous sommes ravis de récompenser un réalisateur débutant avec une expérience déjà solide avec quelques courts métrages et qui a développé une histoire originale explorant le genre du thriller d’une manière très créative et sensible, en le gardant hors des sentiers battus », lit-on dans leur motivation. .

Trois prix ont été décernés pour la vitrine Work-in-Progress, mettant en vedette 13 projets de longs métrages en production et en post-production.

Le TitraFilm Award – doté de 10 000 € en services de post-production pour l’image et/ou le son – a été décerné au conte sur le passage à l’âge adulte de la réalisatrice slovène Urška Djukić Petites filles en difficulté.

Le film est produit par Spok Film (Slovénie), Staragara IT (Italie), Izazov 365 (Croatie), Nosorogi (Slovénie), Non-Aligned Films (Serbie) et Sister Productions (France).

Le jury était composé du nouveau directeur du Festival du film d’Édimbourg, Paul Ridd, qui termine actuellement son rôle de responsable des acquisitions chez le distributeur et exploitant britannique Picturehouse ; Le réalisateur belge Fien Troch (Houx) et la programmatrice du festival Annina Wettstein.

« Nous avons choisi un film qui démontrait, à partir d’un petit échantillon d’images saisissantes, un puissant magnétisme d’images et d’idées. Nous avons été impressionnés par une scène d’intimidation d’une intensité féroce, magnifiquement mise en scène et interprétée », ont-ils déclaré à propos de leur choix.

« Puis une juxtaposition audacieuse d’images – un nombril coupé en allumette sur une rose infiltrée par une abeille – a démontré l’ambition visuelle et l’audace du film. La combinaison impressionnante d’intrépidité et de poésie cinématographique du projet, la clarté de son thème et de sa forme nous ont interpellés et nous ont énormément émus. Nous avons hâte de voir le film terminé.

Ils ont également décerné une mention spéciale au projet profondément personnel du réalisateur serbe Stefan Djordjevic inspiré par sa mère Vent, parle-moipour son approche « audacieuse et personnelle » et son « langage cinématographique distinctif ».

Le long métrage est produit par Non-Aligned Films (Serbie), Katunga (Serbie), Restart (Croatie) et Spok Film (Slovénie).

Le Prix Alphapanda de l’engagement du public, d’une valeur de 6 000 €, a été attribué au drame guadeloupéen de Nelson Foix. Sionproduit par De L’autre Côté Du Périph (France) et Kissfilms (France).

Le prix est composé de 800 € pour des dépenses publicitaires et de 5 200 € en nature pour développer une stratégie de marketing numérique et mettre en œuvre une campagne sur les réseaux sociaux autour de la première du film récompensé au festival.

Les membres du jury seront le critique de cinéma français Frédéric Mercier, le fondateur d’Alphapanda et stratège en marketing cinématographique Mathias Noschis et Joanna Solecka, directrice du bureau de Varsovie de la société,

« Le film lauréat aborde avec intelligence et sensibilité le thème très actuel de la masculinité. Son format et son histoire puissants lui confèrent le potentiel d’avoir un impact majeur sur l’industrie, mais aussi d’atteindre un public bien au-delà des groupes cinéphiles », ont-ils déclaré à propos de leur choix.

« Le jury a été très impressionné par la façon dont le réalisateur met en scène une Guadeloupe qu’on n’a jamais vue, nous emmenant dans un paradis unique, un paradis qui s’appelle… Sion. »

Le 22D Music Award – offrant un prix de 10 000 € pour la composition musicale, à partager à parts égales entre la production d’une composition originale et le service de production exécutive – a été décerné à Frida Kempff. La torpille suédoise.

Le drame est inspiré de l’histoire de Sally Bauer, la première femme européenne à traverser la Manche à la nage en 1939.

Le drame est produit par Momento Film (Suède), Amrion (Estonie), Inland Film Company (Finlande) et Velvet Films (Belgique).

Le jury était composé de Carole Baraton, co-responsable de Charades, d’Emmanuel Delétang, PDG de 22D Music, et de la compositrice Delphine Malaussena.

« Nous avons été très impressionnés non seulement par la cinématographie des images, mais nous pouvions également imaginer un portrait de personnage féminin très singulier à travers des époques personnelles et historiques troublées, une quête qui est toujours d’actualité dans le monde contemporain. De plus, nous comprenons que les intentions musicales sont très ambitieuses et que le travail musical a déjà été bien pensé au stade de l’écriture, ce qui est assez rare.

Au Village des Talents, la plus haute récompense de 1 500 € pour soutenir le développement de l’un des premiers projets de longs métrages présentés en sélection est revenue au projet de la réalisatrice norvégienne Marlene Emilie Lyngstad Mignonproduit par Nordisk Film Production.

Le jury était composé du réalisateur italien Giacomo Abbruzzese (Garçon disco), la productrice allemande Roxana Richters de Chromosom Film et Susan Wendt, directrice générale de la centrale de ventes danoise TrustNordisk.

Ils ont loué le film pour sa « vision claire et impressionnante d’une narration complexe sur les relations humaines » ainsi que pour l’approche holistique de la réalisatrice en matière de réalisation cinématographique et la façon dont elle combine l’écriture du scénario avec les repérages et le casting.

Une mention spéciale a été attribuée au projet Docile de Joséphine Darcy Hopkins, produit par TBC Productions et Kazak Productions.

« Joséphine a une approche cinématographique unique d’un sujet sensible. S’appuyant sur ses œuvres précédentes, elle utilise des éléments de genre pour nous permettre de vivre l’histoire sous différentes couches. Les rats sont les instruments permettant de voir l’indicible », a déclaré le jury à propos du projet.

Parmi d’autres récompenses, Cannes Producers Network a également remis le Producers Network Award offrant des badges pour son édition 2024 à deux producteurs participant à l’Industry Village.

Ils sont allés chez Heather Millard de la société islandaise Compass Films (Islande), qui participait au projet. Des boules de merde d’Álfrún Örnólfsdóttir et Gijs Kerbosch de la maison de production néerlandaise Halal, qui participe au projet Angels d’Emma Westenberg.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...