Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Liste des films –

Liste des films –

Les meilleurs films de Damon Wise en 2023

Crédit image : Netflix

Cela n’a pas été une année vintage pour les favoris en fuite, mais elle a été une excellente année pour les films qui déroutent, provoquent et mettent au défi. Chaque film de cette liste mérite une seconde vision et, je l’espère, en récompensera très probablement une…

mai décembre

Le dernier drame de Todd Haynes s’inspire d’une histoire scandaleuse des années 90 et expose lentement la réalité sordide qui se cache derrière une relation entre mai et décembre. Natalie Portman est à son meilleur en tant qu’actrice sournoise documentant la vie de Gracie, une femme d’âge moyen dont l’implication avec un mineur a fait la une des journaux des tabloïds à deux reprises : d’abord à l’époque, puis de nouveau lorsqu’elle l’a épousé. L’excellente Julianne Moore fait de Gracie une œuvre fascinante, mais c’est le nouveau venu Charles Melton qui se montre à la hauteur en incarnant le jeune homme pris dans la ligne de mire de deux femmes sournoises et obsédées par elles-mêmes. La partition époustouflante de Michel Legrand pour L’intermédiaire joue également un rôle crucial.

Anatomie d’une chute

Dans une compétition cannoise remplie de gagnants récurrents, le thriller serpentin de Justine Triet a certainement dépassé son poids pour remporter la Palme d’Or cette année. La clé de son succès réside dans la performance centrale époustouflante de Sandra Hüller, qui fait passer à toute allure l’incroyable durée de 152 minutes. Mais le mérite revient également au scénario, écrit par Triet et son mari Arthur Harari, qui prend un simple meurtre-mystère et le transforme en une dissection éblouissante et addictive d’un mariage, dans laquelle une romancière allemande se retrouve accusée de meurtre à la suite d’une mort inexpliquée. de son mari français. L’affaire est portée devant les tribunaux, mais des questions subsistent longtemps après le verdict apparemment décisif.

La zone d’intérêt

Dix ans après Sous la peau, Jonathan Glazer a récidivé : il a pris un livre, en a supprimé le contenu et a en quelque sorte réalisé un chef-d’œuvre expérientiel avec les éléments qui restent. (Malheureusement, l’auteur Martin Amis est décédé la semaine de la première à Cannes, mais il est probable qu’il aurait approuvé.) À l’aide de caméras télécommandées impartiales, de style Big Brother, La zone d’intérêt montre la vie quotidienne de la famille Höss, qui vit à l’ombre d’Auschwitz. Les images nous racontent l’histoire d’une idylle rurale et bourgeoise, mais la bande sonore – des cris et des coups de feu déchirants, ainsi que les sons infernaux de la partition macabre de Mica – nous rappelle ce qui se passe de l’autre côté du mur du jardin.

Les restes

Frost, Nixon et le funk des salles de classe moisies menacent Les restes, dans lequel Paul Giamatti et Alexander Payne se réunissent pour une autre de leurs superbes pièces de caractère. Le décor se déroule en 1970 et le professeur Paul Hunham se voit confier la tâche de veiller sur les élèves de son internat qui n’ont pas de foyer pour les vacances de Noël. Il n’est pas difficile de voir où tout cela va, mais l’alchimie entre les acteurs clés – notamment Da’Vine Joy Randolph dans le rôle du cuisinier récemment endeuillé – crée une véritable chaleur qui l’emporte sur le ridicule. De même, Payne recrée l’ère pré-Internet avec une perfection analogique et un souci du détail qui est même apparent dans la bande-annonce.

Vies antérieures

Comme celui de Barry Jenkins Clair de lunele premier long métrage de Céline Song s’est épanoui au cours d’une année qui a vu le discours cinématographique dominé par deux films beaucoup plus médiatisés (en Clair de lunec’est le cas, c’était La La Terre et Manchester au bord de la mer). Il est probable, en fait, que le bruit et la fureur du débat sur Barbenheimer ont en fait poussé le public à regarder ce drame calme et doucement approfondi, une sorte d’inverse. Portes coulissantes dans lequel une jeune coréenne américanisée nommée Nora (Greta Lee) a la chance d’inverser les effets du hasard et du temps lorsque son amour d’enfance la contacte sur Facebook. La scène finale, dans laquelle Nora décide enfin de la manière dont tout cela va se dérouler, est tout simplement parfaite.

Fiction américaine

Après un avant-goût de son génie comique dans Ville d’astéroïdes (Le discours pince-sans-rire du général Gibson « C’était la vie »), Jeffrey Wright obtient un film entier pour nous rappeler exactement ce qu’il peut faire. Adapté du roman de 2001 Effacement de Percival Everett, ce film met en vedette Wright dans le rôle de Thelonious « Monk » Ellison, un auteur afro-américain de la classe moyenne qui, dégoûté par l’édification des mémoires de misère, écrit un roman de gangsters trash sous un pseudonyme et se fait passer pour un escroc en fuite. À son grand désarroi, le livre est un succès, et il y a beaucoup de comédie dans la situation dans laquelle il se retrouve alors. Mais le premier long métrage de Cord Jefferson est discrètement radical à bien d’autres égards, principalement en racontant, en parallèle, une histoire parfaitement relatable de une famille aux prises avec des problèmes personnels comme les autres.

Scénario de rêve

La nuit, quand vous dormez, il se glisse dans votre lit… Pas le cheikh d’Arabie, mais Paul Matthews, un biologiste ordinaire qui devient « une chose » lorsqu’il commence à apparaître dans les rêves des gens. , d’abord comme une présence passive. Paul est déconcerté par sa soudaine notoriété et l’accepte à contrecœur, pour découvrir que son statut de culte est de courte durée lorsque ces rêves commencent à se transformer en cauchemars et que ses étudiants veulent qu’il parte. Avec Nicolas Cage, Scénario de rêve capture avec humour l’air du temps de l’ère d’Internet, qui réduit les problèmes complexes à un mème et se réserve le droit d’annuler à tout moment.

Tueurs de la Lune des Fleurs

Le « premier western » de Martin Scorsese a fait l’objet de débats sans fin depuis sa seule et unique projection à Cannes, principalement pour sa sensibilité à la cause amérindienne et pour la performance exceptionnelle de Lily Gladstone. Pour moi, cependant, le film appartient à Robert De Niro dans sa meilleure performance depuis sa dernière relation avec Scorsese, canalisant l’esprit amoral de Roger Stone pour son portrait de William King Hale, l’architecte des meurtres d’Osage. De même, Thelma Schoonmaker continue d’être la puissance derrière le trône, tranchant avec une vitalité, une énergie et une touche si légère que le film danse presque jusqu’à la ligne d’arrivée.

Pauvres choses

En ce qui concerne la construction du monde, Yorgos Lanthimos est dans une catégorie à part, non seulement en termes de design, mais aussi en ce qui concerne la façon dont il soumet des acteurs bien connus à sa volonté et réduit en miettes leur personnage familier à l’écran. Emma Stone en est le parfait exemple ici, faisant exploser son passé coquet de comédie romantique en incarnant la femme-enfant sexuellement agressive Bella, une expérience moralement contraire à l’éthique créée par un scientifique marqué émotionnellement et physiquement (Willem Dafoe). Les aventures de Bella ne conviennent pas à tout le monde, pas plus que la durée de tournage trop ambitieuse, mais Lanthimos possède une maîtrise vaudevillienne du macabre qui rivalise avec celle de David Lynch. L’homme éléphant pour la grue éclairée au gaz et les intrigues.

Priscille

La version des Ramones de « Baby, I Love You » des Ronettes est l’intro surprise du récit libre de Sofia Coppola sur le mariage d’Elvis Presley, vu du point de vue moins remarqué de sa jeune épouse Priscilla. Le jury ne sait toujours pas si Jacob Elordi possède le charisme du roi, mais Cailee Spaeny s’est avérée une révélation dans le rôle titre, passant avec élégance dans un rôle qui pose de plus en plus de questions au fil des années. Coppola choisit de ne pas s’attarder sur le toilettage, montrant plutôt le parcours de quelqu’un qui s’est héroïquement sorti d’une mauvaise relation sous les projecteurs des médias. Inutile de dire que la bande originale est formidable, et peut-être la meilleure de Coppola à ce jour.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...