Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Lina Soualem et Hiam Abbass font équipe pour « Bye Bye Tiberias » –

Lina Soualem et Hiam Abbass font équipe pour « Bye Bye Tiberias » –

Suite à son film, Leur Algérie, la documentariste Lina Soualem revient une fois de plus dans sa famille pour un regard approfondi sur sa riche histoire. Avec Au revoir TibériadeSoualem s’intéresse à plusieurs générations de femmes de sa famille, à commencer par sa mère, Succession Hiam Abbass, qui, jeune femme, a quitté son pays natal, la Palestine, pour la France, où elle vit encore aujourd’hui. Alors que Leur Algérie a suivi l’histoire des grands-parents de Soualem qui ont décidé de divorcer après 62 ans, Au revoir Tibériade se penche sur ce que signifie laisser sa famille et sa culture derrière soi et sur le fil générationnel entre les femmes.

DATE LIMITE : Hiam, qu’avez-vous ressenti lorsque Lina a lancé pour la première fois l’idée que vous soyez le sujet de son film ?

HIAM ABBASS: Certainement pas! Mais au début, bien sûr, Lina n’était pas très claire sur ce qu’elle voulait elle-même. Elle savait qu’elle voulait faire un film, elle savait qu’elle voulait parler des femmes de ma famille, des quatre générations, des transmissions entre elles, de la manière dont elles avaient chacune survécu, des difficultés qu’elle avait dû vivre pour réaliser sa vie. en tant que femme et en tant que mère, en tant que transmettrice en quelque sorte.

Mais cela n’a pas suffi à me convaincre d’entrer dans ma vie personnelle d’une certaine manière et de m’ouvrir vraiment à la caméra. C’était le fait que j’avais confiance en sa vision cinématographique et son engagement, son engagement politique, son engagement social, le la façon dont elle voulait vraiment raconter cette histoire, cela m’a amené à dire « oui », à voir enfin la caméra comme les yeux de Lina, et comme si je parlais à Lina d’une manière ou d’une autre. Je parlais à quelqu’un qui vient de mon corps et de mon sang. Une fois ouvert, j’ai eu l’impression de faire partie de cette narration, de cette importance de raconter cette histoire.

Soualem sur les genoux de sa mère avec sa grand-mère Au revoir Tibériade.

TIFF

DATE LIMITE : Y avait-il en vous une douleur non découverte, liée au fait que vous ayez quitté la maison, et qui était difficile à regarder ?

ABBASS: Ouais je pense que oui. Je pense que vous avez raison de poser cette question. Je pense qu’une fois que des choses vous arrivent et que votre passé est votre passé et quoi qu’il soit, douloureux, joyeux, peu importe, c’est juste toujours… même l’effort de retourner visiter le passé n’est pas vraiment une chose naturelle, parce que pour continuer dans la vie et pour arriver là où vous voulez aller, il suffit d’attendre avec impatience.

Je suis parti parce que c’était trop douloureux. Ainsi, le simple fait de penser à son départ est déjà une chose à laquelle il n’est pas facile de penser. Nous sommes faits pour être en famille et en communauté et pour avoir cette appartenance. Donc, se déplacer à partir de là, que ce soit un choix personnel ou un choix forcé de votre part, est vraiment une chose très compliquée à vivre.

DATE LIMITE : Lina, vous aviez comme source des vidéos personnelles que votre père avait réalisées lorsque votre mère vous ramenait dans son pays natal ?

LINA SOUALEM: Quand j’ai pensé au film pour la première fois, je suis allé revenir sur les films amateurs que j’avais à la maison et que nous regardions toujours quand j’étais plus jeune, mais vraiment comme souvenirs de moments heureux, de vacances. Et c’était la première fois que je les voyais en tant qu’adulte. Et je voyais des choses que je n’avais jamais vues auparavant. Tout d’abord, la présence des femmes, c’était vraiment frappant. Le fait qu’ils s’occupaient et administraient tout. Le fait que j’ai réalisé à quel point ils m’ont influencé, moi, mon enfance et la façon dont j’ai grandi. Je voyais tout cela et j’ai découvert que sur certaines images, ma mère ne se sentait pas tellement à l’aise dans ces endroits alors qu’elle était aussi censée être à la maison. Alors, j’ai recommencé à remettre en question le fait qu’elle était partie, et qu’elle ne m’avait jamais vraiment parlé de son passé, ni des raisons pour lesquelles elle était partie. J’essayais de comprendre ce que signifiait pour elle son exil. Et qu’a-t-elle emporté des montagnes de Galilée jusqu’en France ?

Comment une femme trouve-t-elle sa place dans le monde, surtout lorsqu’elle est prise entre deux mondes ? Comment toutes les femmes de ma famille que je voyais étaient en réalité des femmes exilées, qui ont souffert de déplacements forcés, qui n’ont pas toujours eu la liberté et l’indépendance de choisir leur propre chemin, mais qui ont réussi, d’après ce que j’ai compris. savaient, élever leurs enfants pour transmettre des valeurs d’amour et de pardon. Et ils avaient réussi à prendre leur destin en main.

DATE LIMITE : Hiam, comment le fait de regarder le film a-t-il affecté votre vision de vous-même ? Cela doit être très différent de se regarder agir.

ABBASS: Je dois vraiment admettre que chaque fois que je joue un rôle, je ne me vois jamais, mais je vois vraiment le rôle, je vois le personnage que je joue. Et j’appelle cette personne « elle » et je ne m’aime jamais d’une certaine manière. Cette fois, je ne me suis pas considéré comme moi-même, mais j’ai considéré l’ensemble des femmes comme faisant partie de la narration, comme faisant partie de ce que Lina voulait dire à propos de l’histoire. Et la première fois que j’ai regardé ce film, je me suis senti très à l’aise, contrairement à chaque fois que je me voyais jouer un rôle.

DATE LIMITE : Lina, vos co-scénaristes sont des femmes, tout comme votre directrice de la photographie et votre monteuse. S’agissait-il en partie d’aller dans des espaces où il serait plus approprié d’avoir des femmes derrière la caméra ?

SOUALEM: Je pense que c’était un choix naturel car je racontais l’histoire de toutes les femmes de la famille avec qui je travaillais. Non seulement les femmes, mais aussi les femmes d’origine arabe, du Moyen-Orient, qui comprendraient la langue, comprendraient la culture et comprendraient le sous-texte, car les silences signifient quelque chose. Certaines expressions veulent dire quelque chose. Et j’avais besoin de travailler avec des gens qui comprendraient les choses et à qui je n’aurais pas à expliquer les choses. De plus, j’avais besoin d’être entouré de gens qui me sont proches car c’était un film très dur à faire émotionnellement, et c’est encore très dur quand on voit le contexte politique qui entoure la réalité de nos histoires.

Lisez l’édition numérique du numéro Oscar Preview de Deadline ici.

DATE LIMITE : Compte tenu de la situation politique actuelle, cela a-t-il changé ce que vous espérez que les gens retiendront du film ?

SOUALEM: Ce qui est important pour moi, c’est que ces histoires puissent exister dans l’espace public, que ces femmes soient visibles et reconnues dans leur pleine humanité. J’ai toujours parlé de déshumanisation – les femmes doivent tout recommencer encore et encore, doivent tout laisser derrière elles. Et ce à quoi nous assistons aujourd’hui, c’est la même chose : la peur de perdre votre maison, votre terre, votre famille, votre histoire. Le risque et la peur d’être effacé ou de ne plus être connecté à votre historique parce qu’il n’est pas reconnu. Et je pense que c’est quelque chose qui m’a toujours accompagné lorsque j’étudiais l’histoire et les sciences politiques, et je me suis toujours beaucoup soucié de ce que signifie pour un être humain de vivre dans des sociétés dans lesquelles on n’est pas pleinement reconnu dans son histoire.

ABBASS: Avec toute la violence qui existe et qui malheureusement continue, je pense que ce film est pour moi comme une tendre caresse. Une façon positive et pleine d’espoir de voir les choses. Et c’est contagieux. Et j’espère que cela contaminera réellement l’humanité entière d’une certaine manière, car c’est ce dont nous avons besoin. Nous avons besoin de cette tendresse, nous avons besoin de cet espoir, nous avons besoin de cette positivité dans la vie en ce moment. Et c’est vraiment beau de savoir que cela fait partie de mon passé et de ma vie.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...