...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lily James dans la première de Saverio Costanzo à Venise – date limite

Finalmente-LAlba-Lily-James-Photo-by-Eduardo-Castaldo.jpg

Lily James dans la première de Saverio Costanzo à Venise – date limite

Les jours de gloire de Cinecitta sont évoqués dans Enfin l’aube (Finalement l’Alba), une histoire tentaculaire au ton incertain – parfois ravie, parfois consternée et parfois aussi généralement déconcertée que l’ingénue nerveuse Mimosa (Rebecca Antonaci), une jeune femme ordinaire de Rome qui se retrouve à ouvrir la voie à travers ce dédale de pays des merveilles. Cinecitta a récemment renoué avec sa fortune après une longue crise, avec une lente construction de rénovation et d’expansion, mais le réalisateur Saverio Costanzo s’appuie fortement sur la nostalgie du passé, plaçant son histoire dans les années 50, quand des légions de centurions marchaient encore autour du studio. beaucoup et des animaux vivants attendant leurs gros plans. Un lion apparaît ici, rugissant sur les passants. Il s’agit peut-être du personnage le plus sympathique du film.

Le mimosa n’est pas du tout léonine. Elle n’est à Cinecitta que parce que sa sœur Iris (Sofia Panizzi) a été approchée au cinéma local par quelqu’un du studio qui lui a dit qu’il cherchait des figurants et qu’elle devrait venir le lendemain pour faire une audition rapide. Riccardo (Andrea Ottavi) s’avère être le premier d’une longue série d’hommes peu fiables qui tentent de dépenser leur poids négligeable dans Enfin l’aube, ce qui est probablement assez vrai dans la vie ; leur mère insiste sur le fait que si l’un d’entre eux s’en va, ils s’en vont tous. Cependant, ils sont bientôt séparés ; Iris obtient une journée de travail en tant que figurante égyptienne dans une épopée d’épées et de sandales, tandis que Mimosa est rejetée parce qu’elle ne veut pas – ne peut pas – enlever son chemisier pour que les réalisateurs puissent la voir.

Il s’agit du premier d’une série de moments MeToo, consciencieusement enregistrés mais qui semblent souvent périphériques aux affaires – comme c’est le cas dans la vie – et qui font allusion à un sombre courant sous-jacent aux merveilles du monde du cinéma. Une autre ombre se profile : un reportage sur une jeune femme retrouvée morte sur la plage près d’un manoir à l’extérieur de Rome où les stars de cinéma et leurs acolytes se réunissent pour des fêtes fascinantes et décadentes. Costanzo dessine ici directement sur le vif ; Wilma Montesi était une starlette pleine d’espoir dont le meurtre en 1953 n’a jamais été résolu. Mimosa passera beaucoup de temps à trébucher dans les ombres, mais son manque de mondanité la fait paraître intouchable ; on a le sentiment qu’elle tremble toujours à l’approche d’une autre aventure. La mort de Wilma, souvent évoquée, est une preuve solide que, comme tant d’autres choses dans le monde du cinéma, ce n’est qu’une illusion.

Le mimosa trouve sa place dans les films. Essayant de retourner là où elle pense que se trouve sa mère, elle est ramassée dans le couloir par la star de l’épopée Joséphine Esperanto (Lily James) qui décide qu’elle veut cette jeune femme hibou dans ses yeux alors qu’elle prononce son discours le plus important. Esperanto incarne la seule femme pharaon égyptienne, une harpie intrigante dont le personnage a apparemment été écrit pour correspondre à la malveillance réelle de l’espéranto. Son personnage principal dans le film est un guerrier honorable joué par un acteur appelé Sean Lockwood (Joe Keery, aimablement caddish) que Mimosa adore. Elle les adore tous les deux. Les adore tous. Elle n’arrive pas à y croire quand elle se retrouve à dîner avec eux. Maman va s’inquiéter, mais il n’y a pas de téléphone à la maison et en plus, Mimosa ne sait pas exactement où elle est.

Tous les chemins mènent bien sûr au manoir des fêtes, qui est l’envers du luxe artificiel de Cinecitta : une sorte de bunga bunga version années 50, avec de la cocaïne à la pression et des hommes plus âgés qui font leur choix parmi les étudiants de première année de l’industrie. Mimosa n’a encore aucune idée de l’endroit où elle se trouve : comme le studio, la maison est un labyrinthe, semblant engloutir les gens en entier – mais les salles où les foules ont l’excitation des scènes où tout le monde se produit. Sean lui apprend le jitterbug. Joséphine chante devant les paillettes assemblées – Lily James fait monter le glamour à la Gilda jusqu’à 11 ici, livrant un spectacle alors qu’elle fait tourner ses fourrures autour de ses épaules – et se divertit en faisant passer sa nouvelle ingénue de compagnie pour un fascinant poète suédois appelé Sablonneux.

C’est un jeu qui tourne mal lorsque Joséphine devient irritée par le jitterbugging et se venge en exigeant que « Sandy » livre un de ses poèmes aux invités rassemblés. Contre toute attente, Mimosa triomphe avec une performance à laquelle personne ne s’attendait – Costanzo pousse ici la crédibilité jusqu’à la limite, mais parvient au moins à suggérer qu’il y a plus dans Mimosa qu’un acquiescement laiteux. La veille seulement, lors d’une discussion sur son prochain mariage quasi arrangé avec Angelo, fiable mais peu appétissant, elle avait découvert qu’avec sa nature souple, elle pouvait s’entendre avec n’importe qui. Lorsqu’elle rentre enfin de la fête – quand l’aube se lève enfin – on a le fort sentiment qu’elle ne sera peut-être plus aussi docile à l’avenir.

On ne peut qu’espérer. Deux heures, c’est long à passer avec quelqu’un qui comprend peu ce qu’on lui dit, étant donné que Joséphine et Sean ne parlent que anglais et peuvent donc rarement répondre grand-chose. Costanzo compte sur ses grands yeux lumineux et souvent débordants pour raconter son histoire, sauf lorsqu’elle demande poliment à Rufus (Willem Dafoe), marchand d’art américain et ami indulgent de la vipère Joséphine, de la ramener chez elle. Il dit toujours oui, mais il y a de nombreuses fausses aubes avant qu’elle ne se dirige par là, en descendant la place d’Espagne. Aux premières lueurs du jour, ils ressemblent moins à des escaliers qu’à une sculpture. C’est le pouvoir des films pour vous, je suppose. On a le sentiment que Costanzo est plus épris de ce pouvoir mythique qu’il ne voudrait l’admettre.

Titre: Enfin l’aube (Finalmente l’Alba)
Festival: Festival du Film de Venise
Directeur: Saverio Costanzo
Scénaristes : Saverio Costanzo
Casting: Lily James, Rebecca Antonaci, Joe Keery, Rachel Sennott, Alba Rohrwacher, Willem Dafoe
Ventes: FilmNation
Durée de fonctionnement : 2 h 20 min

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail