Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Les producteurs de « Madame Luna » poursuivis par le cinéaste pour vol de projet –

Les producteurs de « Madame Luna » poursuivis par le cinéaste pour vol de projet –

EXCLUSIF : MISE À JOUR 9h30, 27/01 PT Les producteurs du drame sur l’immigration de Daniel Espinosa qui se déroule en Italie Madame Lune ont exprimé leur « consternation » face au procès intenté contre eux par le cinéaste Binyam Berhane, qui affirme avoir détourné une histoire originale et du matériel qu’il avait créé pour le film.

Le procès déposé la semaine dernière devant la Cour supérieure du comté de Los Angeles vise David Herdies de la société Momento Film, basée à Stockholm, ainsi que Rhea Films, basée à Los Angeles, et le Hercules Film Fund, basé au Luxembourg.

« C’est avec une grande consternation que nous lisons la version des événements de M. Berhane, qui diffère radicalement de la nôtre. Une plainte ayant été déposée, nous ne pouvons pas entrer dans les détails de nos défenses pour le moment. C’est avec tristesse que le message universel de Madame Lune est injustement ternie par ces litiges inutiles », a déclaré Herdies dans une réponse par courrier électronique.

Hercules Film Fund et Rhea Films ont publié une déclaration commune distincte.

« Hercules Film Fund et Rhea Films ont pour politique de ne pas commenter les litiges en cours et, en tout état de cause, n’ont pas été signifiés de ce procès. Bien qu’Hercules, une entité luxembourgeoise, ait fourni un financement de distribution partiel à Madame Luneune production européenne, ni Hercules ni Rhea n’ont de relation contractuelle avec le plaignant, M. Berhane », peut-on lire.

« Compte tenu de l’importance du message universel de ce film, nous espérons que cette question sera résolue dans les meilleurs délais sans détourner davantage les efforts créatifs des cinéastes. »

ORIGINAL 11h28 HP 1/26 Le cinéaste suédo-érythréen Binyam Berhane a intenté une action en justice de 2 millions de dollars contre les producteurs du drame sur l’immigration de Daniel Espinosa qui se déroule en Italie. Madame Lune avant sa première mondiale au Festival du film de Rotterdam ce week-end.

Berhane dit que le film, inspiré par un véritable réfugié érythréen devenu un trafiquant d’êtres humains notoire opérant entre la Libye et l’Italie, est basé sur une histoire originale et des recherches qu’il a apportées au producteur principal David Herdies dans sa société Momento Film basée à Stockholm en 2013. .

Déposée cette semaine devant la Cour supérieure du comté de Los Angeles, la poursuite pour vol de projet (lire ici) vise également le Hercules Film Fund basé au Luxembourg et la société de production Rhea Films basée à Los Angeles, qui a rejoint Momento Film dans la production.

L’avocat de Berhane, Scott Humphrey, a déclaré à Deadline que Momento avait conclu des accords d’option avec Berhane pour que le Madame Lune projet mais n’a jamais exercé les options, préférant réaliser le long métrage avec d’autres partenaires.

« Je ne sais pas si c’était intentionnel ou non de leur part de ne pas avoir correctement garanti les droits de M. Berhane sur le film avant la production finale du film, mais cela viole clairement les droits légaux de M. Berhane dans le projet », a déclaré Humphrey. dit. « Les accusés distribuent désormais le film en pleine connaissance des droits de M. Berhane en tant qu’initiateur incontesté du projet. D’où le procès.

Humphrey demande au nom de Berhane des dommages-intérêts de plus de 2 millions de dollars pour cinq causes d’action allant du vol du projet, à la rupture de contrat, à l’utilisation du nom et de l’image de Berhane sans sa permission, à la violation du droit d’auteur et à la fraude.

Selon la plainte déposée au palais de justice de Santa Monica : « En plus d’être l’unique créateur initial du projet, Berhane a développé un matériel de fond important pour le projet, y compris, mais sans s’y limiter, un traitement et un aperçu du projet ainsi que la rédaction/ co-auteur des premières ébauches du scénario sur lequel le film actuel est basé.

La plainte détaille comment Momento a initialement conclu un accord d’option en vigueur le 12 novembre 2013, en vertu duquel Momento pourrait acquérir les droits sur un documentaire.

Pendant la période d’option documentaire, Berhane a repensé l’histoire comme un long métrage narratif, et lui et Momento ont signé un accord d’option ultérieur pour le long métrage narratif le 15 novembre 2014, indique la poursuite.

La plainte indique que Berhane avait conclu les accords d’option dans la conviction qu’ils développeraient le projet sur une base collaborative.

Les options respectives ont expiré le 13 décembre 2015 et le 28 février 2017, sans que Momento les exerce.

« Il est incontestable que Momento n’a jamais exercé l’option d’acquérir les droits des films documentaires ou narratifs ou d’acquérir les droits du projet », peut-on lire dans la poursuite.

« À la connaissance de Berhane, le projet n’avançait pas, étant donné que les délais d’exercice des options avaient tous deux expiré en mars 2017. … Berhane a donc été extrêmement surpris de recevoir un appel de David Herdies de Momento le 8 août. 2022 informant pour la première fois Berhane que le projet avait avancé avec Daniel Espinosa comme réalisateur, et que Berhane apprendrait plus tard que les producteurs avaient un scénario écrit par Maurizio Braucci », lit-on dans la plainte.

La plainte indique que le scénario de Braucci a « révisé » et « remplacé » le « scénario dérivé » écrit par Berhane avec la cinéaste et scénariste palestinienne Suha Arraf.

« Lors de l’appel du 8 août 2022, M. Herdies a demandé à Berhane de céder tous ses droits sur l’histoire et le projet. Parmi les conditions proposées… figurait une invitation pour Berhane à venir en Italie pour visiter le plateau.

Le procès continue que Berhane a découvert par la suite par lui-même que le projet n’était pas en développement, comme Herdies l’avait déduit lors de l’appel du 8 août, mais plutôt en voie d’achèvement.

« Les producteurs accusés avaient presque terminé le film – un projet qui aurait dû être le premier long métrage de Berhane », peut-on lire.

La plainte indique que le producteur a continué à utiliser le nom et l’image du cinéaste pour soutenir la production, citant un pitch au marché MIA Coproduction en 2017 et un article de 2022 annonçant qu’Espinosa avait rejoint le projet.

Il a également été nommé directeur du projet lors d’un événement de coproduction au Festival du film de Trieste début 2017, un mois avant l’expiration de l’option narrative.

« L’exploitation du nom et de l’image de Berhane, compte tenu de son ascendance érythréenne directe, a conféré au projet la crédibilité dont il avait besoin dans l’environnement actuel », peut-on lire dans le procès.

Il ajoute que « le vol du projet de Berhane et l’utilisation de son nom et de son image étaient particulièrement ironiques, étant donné que le sujet du film porte sur l’exploitation des individus d’ascendance africaine ».

Après sa première mondiale à Rotterdam dans la section Limelight ce week-end, Madame Lune se rendra au Festival du film de Göteborg la semaine prochaine.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...