Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Les organismes de production d’écrans s’unissent pour exiger une action sur la réglementation du streaming –

Les organismes de production d’écrans s’unissent pour exiger une action sur la réglementation du streaming –

Les organismes de diffusion du monde entier s’unissent dans une tentative sans précédent pour amener les gouvernements à prendre des mesures concernant la réglementation des streamers.

Vingt organisations influentes de production cinématographique ont publié une déclaration exigeant que les législateurs protègent les producteurs et le contenu local.

La déclaration commune (lire dans son intégralité ci-dessous) des organismes de production du Canada, d’Australasie, d’Europe et d’Amérique latine énonce plusieurs « principes directeurs », dont le plus important concerne les opportunités de croissance et la propriété indépendante de la propriété intellectuelle.

Il appelle également les gouvernements à réfléchir à la manière dont le contenu est pris en compte, à l’importance des histoires locales, aux arrangements financiers, au perfectionnement des compétences et aux approches face aux défaillances du marché.

La déclaration d’aujourd’hui appelle notamment les cadres gouvernementaux à garantir qu’une « majorité » des investissements dans les streamers se fasse « via des projets dans lesquels la propriété intellectuelle est sous le contrôle d’entreprises de diffusion indépendantes ». Cela garantirait que les sociétés indépendantes « restent fortes et durables » et capables d’investir, de développer et de produire de nouvelles propriétés intellectuelles qui exploitent « le patrimoine culturel unique d’une nation ».

Il ajoute également que « le gouvernement a un rôle à jouer pour remédier aux défaillances du marché et à tout déséquilibre du pouvoir de négociation commerciale ».

La réglementation du streaming devrait être l’un des principaux sujets de discussion de cette année, avec des lois à venir dans des pays comme l’Australie et le Canada, alors que le débat fait rage dans le monde entier. Les résidus de streaming et l’indemnisation ont été des sujets de discussion clés lors des grèves des écrivains et des acteurs américains l’année dernière.

D’un côté, les producteurs et les indépendants veulent s’assurer que les streamers mondiaux ont le devoir d’investir dans le contenu local, tandis que de l’autre, Netflix, Prime Video et Disney+ considèrent leurs stratégies actuelles comme bénéfiques aux marchés locaux et rejettent la nécessité d’une intervention de l’État. .

Plusieurs sources d’écriture et de producteurs de territoires où la législation gouvernementale est en vigueur ont expliqué que la mise en service était au point mort, alors que les streamers attendaient de voir ce qui leur était demandé par la loi.

Lorsque les streamers internationaux sont initialement entrés dans le jeu du contenu original, ils échangeaient les droits mondiaux contre des frais de production élevés, et cela peut toujours être le cas. Cependant, alors que de nombreux streamers se concentrent désormais sur la rentabilité plutôt que sur l’achat d’abonnements, les dépenses ont été réduites dans de nombreuses circonstances et les producteurs sont de plus en plus préoccupés par la manière dont les services fonctionnent dans leur pays.

Des sources au Canada et en Australie ont déclaré à Deadline ces dernières semaines qu’elles craignaient que les programmes de réduction d’impôts favorables et les initiatives de financement de la production de certains pays soient utilisés pour filmer des projets américains sans aucun avantage majeur pour le secteur créatif local.

Les streamers affirment qu’ils ont ouvert une nouvelle ligne d’investissement dans plusieurs territoires et dépensé des millions en originaux et en acquisitions, et qu’ils n’ont pas besoin de réglementation. Par exemple, l’acquisition par Netflix de CBC et Pop’s Ruisseau Schitt a aidé la comédie canadienne à devenir un succès mondial.

Dans des pays comme le Danemark, l’Espagne et la France, les streamers sont déjà tenus de verser des taxes d’environ 5 % de leurs revenus totaux pour financer le contenu local. En Australie, des quotas de contenu devraient être introduits pour attirer les streamers dans le cadre de la politique culturelle du gouvernement Revive, le Sydney Morning Herald rapportant en novembre que des systèmes basés sur les dépenses et les revenus sont envisagés pour la proposition finale.

« En Australie et dans de nombreux pays à travers le monde, les entreprises de cinéma indépendantes sont confrontées à une nouvelle dynamique de marché difficile provoquée par le déplacement du public mondial vers les plateformes de streaming numérique », a déclaré Matthew Deaner, PDG de Screen Producers Australia, qui est l’un des signataires. une déclaration aujourd’hui.

« Nos membres nous disent depuis un certain temps que sans intervention, leur viabilité financière et leur existence future ne peuvent être tenues pour acquises. Comme le montre cette déclaration mondiale, les producteurs australiens ne sont pas seuls dans cette lutte pour la survie. Nous saluons cette expression de solidarité venant du monde entier.

Plus tard dans sa déclaration, Deaner a abordé la propriété des droits en déclarant : « Notre propriété intellectuelle créative est ce que produit l’industrie du cinéma. La propriété de celui-ci constitue la « valeur ajoutée » à notre industrie en créant des histoires pour le cinéma. Il est important que la propriété intellectuelle de l’écran créée par les Australiens reste entre les mains des entreprises australiennes et ne soit pas perdue au profit des plateformes de streaming, principalement mondiales.

« Il suffit de regarder le phénomène mondial du Barbie film, qui repose entièrement sur l’exploitation réussie de la propriété intellectuelle dans un personnage créé, pour voir l’énorme valeur de la propriété intellectuelle.

« Il s’agit de garantir que les histoires locales soient découvertes, développées et racontées à l’écran, et ne soient pas perdues au profit d’une industrie mondiale de contenu massive et unique », a déclaré Reynolds Mastin, président et chef de la direction de la CMPA.

« Le nombre d’organisations du monde entier qui ont adhéré à cette initiative est une démonstration éclatante que les problèmes auxquels sont confrontés les producteurs indépendants ici au Canada sont également auxquels sont confrontés les producteurs nationaux de nombreux autres pays.

« D’une part, cela souligne l’ampleur des défis auxquels sont confrontés les secteurs de production nationaux à travers le monde, mais d’autre part, cela ouvre la voie à l’espoir ; une voie pour travailler en collaboration au-delà des frontières pour développer des solutions communes qui renforceront les secteurs nationaux individuels, tout en créant une industrie mondiale plus dynamique.

La déclaration a été signée par la SPA, plusieurs organismes de production paneuropéens, l’Associazione Produttori Audiovisivi d’Italie, l’Association Québécoise de la Production Médiatique et l’Association canadienne des producteurs de médias au Canada, la Fédération ibéro-américaine des producteurs de films et d’audiovisuels d’Amérique latine, l’Association allemande des producteurs de films et d’audiovisuels d’Amérique latine. Produzentenverband, The Screen Production and Development Association in New Zealand et Screen Producers Ireland (voir la liste complète ci-dessous).

Les organismes de producteurs de plusieurs pays où il n’existe actuellement aucun cadre législatif, comme le Royaume-Uni, n’ont pas signé la déclaration.

Lisez la déclaration complète ici

Ensemble, nous représentons des milliers d’entreprises de l’industrie de l’écran et partageons un engagement à obtenir une réglementation de nos gouvernements respectifs qui garantira que notre industrie continue d’être durable et de maintenir la souveraineté culturelle de notre nation.

Pour y parvenir, la réglementation gouvernementale des plateformes de streaming numérique devrait être guidée par les principes suivants :

  • Le contenu local a à la fois importance culturelle et économique importante et constitue un atout stratégique national.
  • Le public local devrait avoir accès à un large gamme de nouvelles histoires locales sur toutes les plateformes qu’ils utilisent.
  • Toutes les plateformes qui tirent un avantage financier de leurs activités sur le marché local devraient contribuer financièrementproportionnellement, au création de nouveaux contenus locaux au profit des publics locaux.
  • Pour répondre aux attentes du public, il est nécessaire de maintenir et de soutenir un secteur de l’écran sain (développement, production (y compris post-production), distribution) qui offre emploi, activité économique, perfectionnement des compétences industrielles, exportations et opportunités de croissance.
  • Le gouvernement a un rôle à jouer pour remédier aux défaillances du marché et à tout déséquilibre du pouvoir de négociation commerciale. dans la création et la diffusion de nouveaux contenus d’écran locaux de qualité.
  • Les entreprises de cinéma indépendantes (PME) sont essentielles à atteindre cet objectif culturel et économique.
  • Il y a un potentiel de croissance important dans les niveaux existants de production, d’investissement, d’emploi, d’heures de contenu commandé et d’exportations, à condition qu’une réglementation adaptée, qui protège les biens culturels locaux, soit en place.
  • Les entreprises d’écran indépendantes doivent posséder et/ou conserver le contrôle de la propriété intellectuelle (PI), et leurs droits dans leur travail, y compris le droit de participer financièrement au succès généré par leur travail sur une plateforme, créée dans le cadre du patrimoine culturel unique d’une nation.
  • Tout cadre d’investissement réglementé par le gouvernement devrait préciser que la majorité de cet investissement doit être réalisée à travers des projets où La propriété intellectuelle est sous le contrôle d’entreprises d’écran indépendantes. Ce principe aidera les entreprises à rester solide et durablerenforçant ainsi leur capacité à investir dans le développement et la production de nouvelle propriété intellectuelle.

Cette affirmation est appuyée par :

  • ÉCINE – Association de producteurs de cinéma indépendant (Espagne)
  • L’animation en Europe (L’Europe )
  • AnimFrance (France)
  • APP – Associazione Produttori Audiovisivi (Italie)
  • APCA – Associação Producteurs Cinéma Audiovisuel (Portugal)
  • APFC – Alliance des producteurs francophones du Canada (Canada)
  • UNE FOSSE – Association des producteurs indépendants de télévision (Portugal)
  • AQPM – Association québécoise de la production médiatique (Canada)
  • CEPI – Association européenne de production audiovisuelle (UE)
  • ACPM – Association canadienne des producteurs de médias (Canada)
  • CPE – Le Club des Producteurs Européens (UE)
  • FIPCA – Fédération ibéro-américaine des producteurs de cinéma et d’audiovisuel (LatAM)
  • FPS – Association des producteurs de films slovènes (Slovénie)
  • CRÂNE – Asociación de Productores Audiovisual Independientes (Espagne)
  • Produzentenverband (Allemagne)
  • SPA – Screen Producers Australie (AU)
  • SPADA – La Screen Production and Development Association (NZ)
  • IPS – Screen Producers Ireland (Irlande)
  • UPFF+ – Union des Producteurs Francophones de Films & Séries (Belgique)
  • USPA – Union Syndicale de la Production Audiovisuelle (UE)

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...