...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les investisseurs d’HelbizCoin remportent une décision de justice dans le cadre d’un recours collectif

News Jobba.fr

Les investisseurs d’HelbizCoin remportent une décision de justice dans le cadre d’un recours collectif

Source : iStock

Un tribunal fédéral des États-Unis a franchi une étape importante en autorisant un recours collectif de près de trois ans contre les créateurs de HelbizCoin.

L’affaire était initialement déposé en 2020 contre Helbiz, son PDG Salvatore Palella et ses partenaires, avec une plainte modifiée déposée en mars 2022.

L’affaire concerne une société italienne de partage de scooters électriques appelée HelBiz, qui a mené une ICO en 2018, levant 38,6 millions de dollars et émettant un jeton ERC-20 en partenariat avec Anthony Di Iorio, l’un des fondateurs d’Ethereum, comme le prétend la plainte.

Le recours collectif implique un groupe d’investisseurs, potentiellement au nombre de 20 000, qui affirment que HelbizCoin était engagé dans un stratagème trompeur de « tirage de tapis » et de « pompage et vidage » frauduleux.

Les investisseurs affirment que Helbiz a fait de fausses déclarations et a promis d’inciter les particuliers à acheter les jetons, la majorité des fonds de l’ICO étant prétendument conservés par la société.

« Entre autres choses, l’affaire a révélé que le jeton ERC-20 est une sécurité en vertu de la loi fédérale », a déclaré l’avocat de l’investisseur, Michael Kanovitz.

L’affirmation selon laquelle HelbizCoin devrait être classé comme titre en vertu de la loi fédérale ajoute une couche importante de complexité à ce procès.

Un tribunal américain déclare HelbizCoin une sécurité, ce qui a un impact sur la réglementation de la cryptographie

Initialement, l’affaire a été confrontée à des difficultés lorsqu’elle a été rejetée par un juge d’une juridiction inférieure en janvier 2021, citant un précédent de la Cour suprême de 2010 qui limitait la portée des lois fédérales sur les valeurs mobilières au-delà des frontières américaines.

Cependant, l’affaire a pris un nouveau souffle en octobre 2021 lorsque la 2e Cour d’appel des États-Unis a jugé la décision du juge du tribunal inférieur incorrecte. Une plainte modifiée a été déposée en mars 2022.

La cour d’appel contesté l’affirmation du tribunal inférieur selon laquelle il n’avait pas compétence pour examiner l’offre initiale de pièces de monnaie de 38,6 millions de dollars d’Helbiz Inc.

La base de cette contestation était l’argument selon lequel les pièces n’étaient pas cotées sur une bourse américaine ni achetées dans le pays.

Il convient de noter que cette décision n’aborde pas le bien-fondé du procès, mais pourrait avoir un impact sur les sociétés de cryptomonnaie qui tentent d’échapper à leur responsabilité devant les tribunaux américains en revendiquant leurs opérations et leurs collectes de fonds à l’étranger.

Le juge de district américain Louis Stanton à Manhattan a initialement rejeté le procès en janvier, citant le précédent de la Cour suprême de 2010.

Cependant, la cour d’appel de Manhattan a suggéré qu’une approche plus « sur mesure » aurait dû être utilisée, compte tenu des réclamations des investisseurs en vertu de la loi de l’État de New York et de son application extraterritoriale.

Le tribunal a également autorisé les investisseurs à modifier leur plainte, montrant un plaignant comme un citoyen du Texas ayant acquis HelbizCoin au niveau national, soutenant ainsi leurs réclamations en vertu de la loi fédérale sur les valeurs mobilières.

Le 1er septembre 2023, le tribunal de district américain du district sud de New York s’est prononcé sur l’affaire HelbizCoin. Dans cette décision, le tribunal a rendu plusieurs décisions critiques. Il a partiellement favorisé les investisseurs en accordant certaines requêtes en rejet et en refusant d’autres.

Plus précisément, les réclamations contre certains défendeurs, notamment Paysafe, Skrill, Decentral et Alphabit, ont été rejetées en raison d’un manque de compétence personnelle sur ces entités.

Certaines réclamations contre les autres défendeurs, notamment pour rupture de contrat, ingérence délictuelle et réclamations spécifiques en matière de valeurs mobilières, ont également été rejetées pour défaut de présenter une réclamation valable.

Cependant, la décision du juge Louis Stanton a validé certaines affirmations des investisseurs. Le tribunal a estimé que les plaignants avaient suffisamment allégué des allégations liées à la fraude, à la manipulation des prix, aux violations des lois sur les valeurs mobilières, aux lois sur les matières premières, à la loi RICO (Racketeer Influenced and Corrupt Organizations) et à l’enrichissement sans cause contre des défendeurs spécifiques.

A la Une Technologie

L'Union Européenne lance une enquête sur Meta pour vérifier si Facebook et Instagram protègent efficacement les enfants. Les régulateurs craignent que les interfaces de ces ...
Netflix continue de décevoir ses abonnés avec une nouvelle décision radicale : la suppression du téléchargement sur PC. Apprenez-en plus sur cette mesure et ses ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail