...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les agents de vente de films français débattent de faire des affaires avec la Russie –

GettyImages-1585998759.jpg

Les agents de vente de films français débattent de faire des affaires avec la Russie –

Le rapport annuel 2023 du box-office international de l’agence exportatrice de cinéma Unifrance révèle mardi que la Russie a été le premier marché en termes d’entrées du cinéma français l’année dernière.

Étant donné que les relations de la Russie avec l’Europe sont à leur plus bas niveau depuis la fin de la guerre froide en 1991, alors que la guerre en cours contre l’Ukraine se poursuit, ce constat est une surprise.

Selon les données, la Russie a représenté 7,09 millions d’entrées internationales totales pour le cinéma français, mais a généré un montant brut inférieur à celui de l’Allemagne.

Les chiffres russes ont été tirés par les longs métrages d’animation Miraculous : Ladybug et Chat Noir, le filmsorti sur un record de 1 877 copies pour un film français et vendu 3,53 millions d’entrées.

Chez Maïwenn Jeanne du Barryavec Johnny Depp, a également connu de bons résultats en Russie, vendant un peu plus d’un million de billets.

Alors que les studios américains boycottent la Russie, les sanctions de l’Union européenne n’incluent pas les ventes de films sur le territoire.

Les agents commerciaux français ont abordé la position de leader de la Russie lors d’un panel après la présentation du rapport dans le cadre des Rendez-vous annuels d’Unifrance à Paris.

Miraculeux Le producteur Anton Soumache, dont la société On Entertainment fait partie du groupe Mediawan Kids and Family, a soutenu la sortie du film en Russie.

Il a déclaré que l’accord avec le distributeur Exponenta Film, basé à Moscou, et la principale chaîne de télévision du pays, Rossiya 1, avait été conclu avant le déclenchement de la guerre en 2022.

« L’animation est un long processus… Aurions-nous conclu l’affaire aujourd’hui ? Je ne peux pas le dire », a-t-il déclaré au panel.

« Nous essayons de parler aux enfants du monde entier et nous ne voulons pas les politiser dans les débats », a-t-il poursuivi.

« Lorsque nous réalisons de l’animation, notre travail consiste à présenter quelque chose d’une manière intelligente qui stimule les enfants et les aide à rêver et à imaginer. »

« Miraculeux existait déjà sous forme de série dans le monde entier, y compris en Russie. Nous n’avons pas vu l’intérêt de pénaliser les enfants là-bas et de leur refuser le film.»

Soumache s’est dit surpris du succès du film sur le territoire.

« S’il avait fait 100 000 entrées, nous aurions été heureux », a-t-il déclaré, reconnaissant ouvertement que le manque de titres des studios américains a sans aucun doute contribué au succès du film.

S’adressant à Deadline après le débat, Soumache a déclaré que la société adopterait une approche différente avec le Miraculeux suite qui est actuellement en préparation.

« Nous ne ferons pas de prévente russe sur celui-là… Je ne sais vraiment pas comment cela va se passer », a-t-il déclaré, expliquant que la disponibilité du film sur le territoire dépendrait des futurs développements géopolitiques.

« L’animation prend du temps, nous avons donc le temps de décider plus tard », a-t-il déclaré.

Alice Lesort, directrice des ventes des Films du Losange, basée à Paris, a déclaré que la société laissait les réalisateurs et les producteurs des films qu’elle gère décider s’ils souhaitaient vendre leurs films en Russie.

« Nous adoptons une approche individualisée », a-t-elle déclaré. « Nous demandons systématiquement l’avis de nos réalisateurs et producteurs sur l’opportunité d’accepter ou non une offre venant de Russie. »

Elle a ajouté que lorsque le conflit a éclaté, il y avait eu de nombreux débats entre agents commerciaux français et européens dans le cadre d’Unifrance ou d’autres organismes comme l’association française des agents commerciaux ADEF et l’organisation paneuropéenne Europa International.

«C’était très compliqué. Il y a eu des disputes qui allaient dans tous les sens. Vendre un film en Russie, même s’il ne génère pas beaucoup d’entrées parce qu’il s’agit d’un film d’art et d’essai, contribue néanmoins d’une manière ou d’une autre à l’économie russe », a-t-elle déclaré.

«Nous pouvons aussi vendre à des distributeurs avec lesquels nous partageons les mêmes valeurs ou positions, que nous savons anti-Poutine, mais nous ne savons pas ce qui se passera après la sortie en salles lorsque le film sera ensuite vendu à une chaîne de télévision. Nous ne pouvons pas empêcher sa diffusion avant ou après une publicité de propagande.»

Elle a cité d’autres arguments, comme celui selon lequel la vente du cinéma français et européen à la Russie constituait une alternative à la propagande gouvernementale, ou encore le fait que les boycotts culturels fonctionnaient rarement.

Lesort a expliqué que Les Films du Losange travaillaient au cas par cas et essayaient également de rester en contact avec des distributeurs russes qui n’étaient ni impliqués ni favorables à la guerre en Ukraine.

« Nous voulons garder ce contact le plus longtemps possible », a-t-elle déclaré.

Lesort a expliqué que les clients français avaient tendance à prendre leur temps pour réfléchir à une offre russe, mais que jusqu’à présent, tous avaient refusé que leurs films soient projetés dans le pays.

Cela contrastait avec les producteurs et réalisateurs hors de France, dans des territoires comme l’Allemagne et le Danemark, où le « non » était généralement immédiat et catégorique, certains contacts étant même irrités par la question.

S’exprimant également en tant que co-présidente d’Europa International, Lesort a déclaré qu’il existait différentes approches à travers l’Europe.

« Il existe certains pays où des règles strictes mises en place par leurs ministères de la Culture interdisent les ventes, comme en Pologne. Il y a aussi des pays où cela n’est tout simplement pas acceptable. Tout le monde est impacté par son origine », a-t-elle déclaré.

Le producteur Bertrand Faivre, qui opère sous les bannières Le Bureau à Paris et The Bureau à Londres et est également le fondateur de The Bureau Sales, a plaisanté en disant que certains types de films que ses sociétés réalisent et vendent ne correspondent pas vraiment à la Russie de Vladimir Poutine. .

« Avec la Russie, étant donné la nature des films que nous produisons… des films sur les violences policières (Le monopole de la violence), évasion fiscale (Taxez-moi si vous le pouvez) et les lanceurs d’alerte (Le Syndicaliste), je serais aux anges », a-t-il déclaré.

Faivre a raconté comment une tentative de vente Le Syndicaliste en Russie, où sa star Isabelle Huppert a des adeptes, s’est retourné contre lui en raison de son scénario sur une femme qui tente de dénoncer les pouvoirs en place à propos d’un plan de destruction d’emplois.

« Nous avons envoyé le film à un distributeur avec lequel nous travaillons régulièrement. Ils ont renvoyé un e-mail totalement surréaliste disant : « Le peuple russe n’aime pas trop les lanceurs d’alerte et ne comprendrait pas ses motivations. » J’ai failli l’encadrer », a-t-il déclaré.

Faivre ajoute que, par principe, il n’aime pas l’idée de « frontières » et d’empêcher les films de voyager sur certains territoires, quelle qu’en soit la raison.

« J’aime Renoir qui disait : « Ma patrie, c’est le cinéma ». Les frontières m’ennuient. La culture est un moyen de faire tomber les barrières entre les gens. Par principe, plus nous pouvons diffuser largement ce que nous faisons, mieux c’est.

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail