Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Le thriller College Reunion est un culte en devenir –

Le thriller College Reunion est un culte en devenir –

Pour une raison quelconque, les films du volet Minuit du Festival du film de Sundance de cette année n’ont pas été projetés à minuit. C’est probablement une bonne nouvelle pour l’ingénieux thriller d’horreur de Greg Jardin, qui, bien que parfait pour une foule de fin de soirée, contient peut-être trop de viande pour être digéré après l’heure des sorcières. Mais sa complexité est aussi son attrait, et il se passe tellement de choses sous ses nombreuses surfaces qu’il pourrait éventuellement devenir un véritable succès culte. Un lancement à Sundance est une bénédiction mitigée à cet égard, il est donc difficile de dire pour le moment si C’est ce qu’il y a à l’intérieur a l’immédiateté croisée d’un Projet Blair Witch ou la combustion lente à long terme d’un Donnie Darko. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un film de genre de premier ordre et d’une carte de visite impressionnante pour toutes les personnes impliquées.

Cela commence par ce qui semble à première vue être une erreur, se concentrant sur la relation en difficulté entre deux amoureux d’université, Shelby (Brittany O’Grady) et Cyrus (James Morosini). L’étincelle s’est éteinte, mais Shelby essaie vaillamment de faire redémarrer les choses en surprenant Cyrus avec un petit jeu de rôle léger et une longue perruque blonde alléchante. Surpris en train de parcourir furieusement du porno hardcore sur son ordinateur portable, Cyrus tente de bluffer pour se sortir de la situation, mais le mal est fait.

La gravité de la situation est quelque peu désamorcée par les noces imminentes d’un vieil ami d’université, Reuben (Devon Terrell), qui épouse sa fiancée, Sophia. En prévision de cette union – appelée « Reuphia » dans le style de « Bennifer » et « Brangelina » – Reuben a invité six de ses anciens copains d’université à le rejoindre pour son enterrement de vie de garçon. En route vers la fête, organisée dans une pile gothique appartenant à la mère artiste bohème de Reuben, Shelby feuillette le compte Instagram appartenant à une autre ancienne élève, Nikki (Alycia Debnam-Carey), qui s’est depuis réinventée en tant qu’influenceuse, tâtant du bien-être et de la politique. , et des conseils relationnels. Nikki semble tout avoir, et le dédain de Shelby à son égard est le premier signe que les retrouvailles ne se dérouleront pas tout à fait comme Reuben l’espère.

Les invités sont complétés par Dennis (Gavin Leatherwood), Brooke (Reina Hardesty) et Maya (Nina Bloomgarden), plus en prime une apparition surprise de l’énigmatique Forbes (David W. Thompson), le mouton noir du groupe. Fidèle à son habitude, Forbes n’a pas répondu à l’invitation et, plus frappant encore, ne semble pas être le bienvenu de toute façon. Cependant, Forbes a quelque chose de spécial en sa possession qui garantira que cette soirée sera inoubliable : une valise. Qu’est-ce qu’il y a à l’intérieur? L’équipe publicitaire préférerait cette critique pour préserver le mystère, alors voyons comment que ça marche. Disons simplement qu’il contient un jeu de société, qui implique une imitation et un jeu de rôle d’une manière qui, d’ici peu, nous ramènera au tout début et jettera un nouvel éclairage sur ce qui se passe. vraiment ce qui s’est passé avec Cyrus et Shelby. Pendant ce temps, les anciennes allégeances sont remises en question et, dans un sens très réel, il s’avère que les gens ne sont pas ceux qu’ils prétendent être.

Bien qu’il y ait un côté science-fiction dans l’histoire, la valise est en réalité un McGuffin ; C’est ce qu’il y a à l’intérieur est un thriller d’horreur sur la condition humaine, le genre de film que l’on pourrait avoir envie de faire après avoir laissé tomber de l’acide et regardé une double affiche de Le retour du Secaucus 7 et Suspirie (ce qui d’ailleurs est vraiment un compliment). Jardin est très présent en tant que réalisateur, un peu exagéré dans ses mouvements de caméra peut-être mais branché dans ses choix musicaux (In My Room des Walker Brothers et le thème de Bruno Nicolai de La Reine Rouge tue sept fois pour n’en citer que deux). C’est une aventure assez passionnante, et parfois son ambition va un peu trop loin (en supposant que cette copie du festival soit le montage final de Jardin), mais le public averti l’acceptera et peut-être même y reviendra pour en savoir plus.

Une mention spéciale doit être accordée ici au casting polyvalent, qui fait un travail trompeusement léger d’un film qui aurait si facilement pu être incompréhensible. Il y aura bien sûr ceux qui le diront absolument est la définition du dictionnaire d’incompréhensible, mais si vous aimez que votre cerveau soit fouetté, jeté et brouillé plutôt que légèrement poêlé, ignorez-le : ce film est fait pour vous.

Titre: C’est ce qu’il y a à l’intérieur
Section: Danse du Soleil (minuit)
Agent de ventes: CAA
Réalisateur/Scénariste : Greg Jardin
Casting: Brittany O’Grady, James Morosini, Alycia Debnam-Carey, Devon Terrell, Gavin Leatherwood, Nina Bloomgarden, Reina Hardesty, David W. Thompson
Durée de fonctionnement : 1 h 43 min

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...