Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Le rapport de la DGA sur la diversité et l’inclusion des longs métrages pour 2023 révèle un manque de progrès –

Le rapport de la DGA sur la diversité et l’inclusion des longs métrages pour 2023 révèle un manque de progrès –

La Guilde des réalisateurs américains a dévoilé jeudi un nouveau rapport sur la diversité et l’inclusion des longs métrages, qui met en lumière les progrès limités qui ont été réalisés dans le domaine du long métrage au cours des cinq dernières années, en ce qui concerne l’embauche de femmes et de personnes de couleur, dans un contexte frappant. contrairement à ce qui se passe à la télévision.

Sur les 1 026 longs métrages couverts par la DGA et sortis en salles entre 2018 et 2022, seulement 16 % ont été réalisés par des femmes, et 17 % par des réalisateurs de couleur. Les emplois de direction pour les femmes ont varié au cours de la période de cinq ans, allant d’un minimum de 12 % en 2018 à un maximum de 22 % en 2020. De même, les réalisatrices de couleur ont varié d’un minimum de 13 % en 2019 à un maximum de 25 % en 2021. .

En comparant les données de 2018-2022 à celles du dernier rapport de la DGA pour 2013-2017, il est évident que les femmes réalisatrices n’ont connu qu’une croissance progressive des opportunités, en hausse de 8 % par rapport à la période quinquennale précédente. La direction des emplois pour les personnes de couleur n’a augmenté que de 4 %.

En télévision, entre 2014 et 2021, révélait la DGA l’été dernier, l’évolution a été bien plus importante. Les épisodes réalisés par des femmes et des personnes de couleur ont plus que doublé au cours de cette période, passant de 16 % dans les deux cas en 2014 à respectivement 38 % et 34 % au cours de la saison 2020-2021 impactée par le Covid.

L’analyse mondiale des embauches à différents niveaux budgétaires a révélé que les femmes ont réalisé 13 % des sorties à haut budget et 18 % des sorties à petit budget de 2018 à 2022, les personnes de couleur dirigeant 17 % des deux. Au cours de la même période, les femmes blanches ont réalisé 11 % des longs métrages. Les hommes de couleur occupaient environ 14 % des postes de réalisateur de longs métrages, les femmes de couleur n’en occupant que 4 %.

Le seul point positif des données est peut-être le fait qu’au cours des cinq dernières années, il y a eu une augmentation du recrutement de femmes et de personnes de couleur pour diriger leur premier long métrage couvert par la DGA. Sur les 382 films novices entre 2018 et 2022, 27 % ont été réalisés par des femmes et 20 % par des personnes de couleur. Bien qu’il existe clairement des problèmes systémiques à résoudre, le rapport note également que les opportunités pour divers cinéastes n’ont pas été renforcées par une baisse globale de la production de longs métrages, de 292 sorties en salles couvertes par la DGA en 2018 à 162 en 2022. L’objectif est de : bien sûr, que la DGA constate la tendance à la hausse constante du recrutement de femmes et de directeurs de POC, ce qui serait le signe d’une croissance durable.

Dans une déclaration sur le rapport D&I, la présidente de la DGA, Lesli Linka Glatter, a reconnu que « la dernière analyse quinquennale de la DGA révèle la sous-représentation systémique persistante des femmes et des réalisatrices de couleur dans les longs métrages de réalisation. Bien qu’il y ait eu des progrès significatifs dans le recrutement d’émissions télévisées épisodiques, le recrutement pour les longs métrages continue d’être incohérent d’une année à l’autre avec peu ou pas de croissance au cours des cinq dernières années.

Glatter a ajouté que « la DGA reste unie dans notre engagement à continuer de faire pression pour que les producteurs prennent des mesures significatives qui augmenteront l’accès et la représentation qui correspondent à la diversité de nos membres ».

En élaborant son dernier rapport, la Guilde des réalisateurs a apporté de légères modifications à sa méthodologie, y compris tous les longs métrages couverts par la DGA avec une sortie en salles de 2018 à 2022, y compris les sorties le jour et la date et indépendamment des retours au box-office national. Le rapport pour 2013-2017 avait examiné tous les longs métrages cinématographiques couverts par la DGA et non-DGA pour les femmes, et uniquement les longs métrages cinématographiques couverts par la DGA pour les réalisateurs de couleur, car les données sur l’origine ethnique des projets non-DGA n’ont pas pu être vérifiées. Dans le cas des deux groupes, le dernier rapport n’a également examiné que les sorties en salles dont le box-office national était de 250 000 $ et plus.

Si le changement de méthodologie a élargi les données évaluées par la DGA, il n’a eu aucun impact sur les statistiques d’embauche des réalisateurs de couleur. Ce changement a progressivement augmenté le pourcentage de films réalisés par des femmes au cours de la période de cinq ans, passant de 12 % à 16 %, ce qui représente environ la moitié de l’augmentation totale du nombre de réalisatrices entre le rapport 2013-2017 et celui de 2018-2022. Les documentaires, les films d’animation et les rééditions n’ont pas été examinés dans le cadre du rapport.

À l’avenir, la DGA continuera de collecter des données sur d’autres genres et communautés sous-représentées où une analyse plus approfondie pourrait éclairer les tendances d’embauche.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...