...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le PDG de Disney, Bob Iger, déclare « Je ne veux pas m’excuser d’avoir fait des suites » – Crumpe

bob-iger.jpg

Le PDG de Disney, Bob Iger, déclare « Je ne veux pas m’excuser d’avoir fait des suites » – Crumpe

Bob Iger a fait un autre mea culpa pour le box-office tiède de Disney ces derniers temps, mais a déclaré que la société avait eu d’excellentes sorties en salles sans égal par d’autres studios et « je pense que je ne veux pas m’excuser d’avoir fait des suites. »

« Certains d’entre eux ont extraordinairement bien réussi. Et ce sont aussi de bons films. Je pense qu’il doit y avoir une raison pour le faire, au-delà du commerce. Il faut avoir une bonne histoire. Et nous en avons fait trop. Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas continuer à les fabriquer », a-t-il déclaré lors d’une séance de questions-réponses à la conférence DealBook du New York Times.

L’intervieweur Andrew Ross Sorkin a lu à haute voix une lettre aux actionnaires écrite par Walt Disney en 1966, dans laquelle il condamnait les suites. « Je suis un expérimentateur né. À ce jour, je ne crois pas aux suites. Je n’arrive pas à suivre les cycles populaires, je dois passer à des choses nouvelles. Il existe de nombreux nouveaux mondes à conquérir. En fait, les gens nous demandent de faire des suites depuis que Mickey Mouse est devenu une star », indique la lettre.

« Pour l’instant, nous n’envisageons pas de faire une autre Mary Poppins, nous ne le ferons jamais. Peut-être y aura-t-il d’autres projets avec le même succès critique et financier. Mais nous savons que nous ne pouvons pas frapper un circuit avec les buts chargés à chaque fois que nous entrons en jeu. Nous savons également que la seule façon d’atteindre le premier but est de revenir constamment en arrière et de continuer à swinguer.

Iger a déclaré qu’il se promenait parfois dans le bureau de Walt, qui a été préservé tel quel. «Je vais dans son bureau, juste pour ressentir la présence. Je sais que cela semble un peu bizarre, mais c’est une bonne façon de se détendre et d’apprécier l’héritage de l’entreprise. Et la première chose que l’on réalise vraiment quand on étudie Walt, c’est que Walt était incroyablement capable de s’adapter au changement. Premièrement, il aimait la technologie, il aimait utiliser la technologie. Et il savait aussi que le monde n’était pas un endroit statique.

Il a reconnu que les choses avaient changé et a promis, comme il l’a fait, que Disney mettrait l’accent sur la qualité plutôt que sur la quantité après. Les merveillesle dernier Indiana Jones et une poignée d’autres films déçus. Mais il a aussi défendu le palmarès du studio. « Je ne suis pas sûr qu’un autre studio parvienne un jour à atteindre certains des chiffres que nous avons atteints. Je veux dire, nous sommes arrivés au point où si un film ne rapportait pas un milliard de dollars au box-office mondial, nous étions déçus. C’est un niveau incroyablement élevé.

« J’en ai parlé très publiquement et je dirais qu’en ce moment, ma priorité numéro un est d’aider le studio à se redresser de manière créative. »

A la Une People

Bienvenue sur Jobba, votre blog dédié à l’actualité des peoples ! Aujourd’hui, nous avons une histoire intrigante à partager avec vous. Amber Portwood, une personnalité ...
Plongez dans l’affaire d’Alexander Morris! En effet, ce chanteur des Four Tops a donné plus de détails sur sa prétendue expérience traumatisante à l’hôpital, quelques ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail