...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le film curieux et intelligent de Fien Troch sur une fille mystérieuse – Crumpe

Screen-Shot-2023-09-09-at-2.26.19-PM.png

Le film curieux et intelligent de Fien Troch sur une fille mystérieuse – Crumpe

Holly appelle son école pour leur dire qu’elle reste à la maison. Elle n’est pas malade. Elle ne peut tout simplement pas se résoudre à y aller. « De mauvaises choses vont se produire aujourd’hui », dit-elle à voix basse, la voix brisée.

Mais de mauvaises choses arrivent à Holly la plupart du temps ; elle est constamment victime d’intimidation, de petites moqueries de la part de filles qui disent qu’elle sent mauvais ou de camarades de classe qui font des efforts élaborés pour ne pas toucher « la sorcière », comme ils l’appellent. Il est difficile de comprendre pourquoi. Le personnage central de houx (la nouvelle venue Cathalina Geeraerts, qui impressionne même par son silence) n’est que la victime désignée, car elle deviendra bientôt une sauveuse désignée. Deux bouts d’une même paille, chacun tourmentant à sa manière.

Elle a raison à propos de cette mauvaise journée. Un incendie se déclare dans l’école. Dix personnes meurent. Face à un tel chagrin, on ne parle pas beaucoup de l’étrange appel téléphonique de la giroflée de l’école, mais au moins un enseignant s’interroge à ce sujet.

Anna (Greet Verstraete) est une personne du genre bougies et huiles essentielles. Elle a ses propres raisons de vouloir trouver une source d’espoir et d’aide, mais elle ne se considère pas comme égoïste. Lorsqu’elle engage Holly pour qu’elle aide à organiser un pique-nique pour les parents endeuillés plusieurs mois après l’incendie, elle croit qu’elle fait venir cette fille ostracisée du froid.

Elle voit des sourires s’étaler sur les visages tirés de ces adultes tristes lorsqu’elle s’approche avec des plateaux de sandwichs. Elle leur tient la main. Beaucoup la serrent dans leurs bras. Il y a là quelque chose de spécial, dit Anna à son partenaire.

Le film du réalisateur belge Fien Troch, projeté en compétition à la Mostra de Venise, partage un postulat initial avec de nombreux films sur les pouvoirs mystérieux qui se cachent chez les adolescentes : Carrie ce n’est que le plus évident – ​​mais il n’a rien de leur ADN. Tourné avec un réalisme plat d’une pièce avec les intérieurs d’école ternes et les centres commerciaux où elle se déroule, houx est tout aussi pessimiste sur son sujet.

Lorsque la nouvelle des pouvoirs d’aide de Holly se répand, on lui demande tout au plus de mettre la main sur les enfants malades. Il n’y a pas de mouvements magiques d’objets, pas de possession démoniaque. Si elle a une sorte de seconde vue, comme en témoigne le terrible jour de l’incendie, elle ne peut pas l’invoquer à volonté. Quand les gens qui pensent qu’elle est connectée à l’au-delà lui demandent ce qui se passe quand des gens meurent, elle détourne vaguement le regard. «Ils vont au paradis, je pense», dit-elle. Son seul pouvoir démontrable est l’empathie. Cela pourrait sans doute être vrai pour n’importe qui.

Ce qui est sans aucun doute vrai, c’est que Holly vient de rien. Dans une première scène, elle est montrée dans la cuisine de sa famille, cherchant quelque chose à manger dans le réfrigérateur. Il n’y a pas grand-chose à part quelques bananes noircies. Sa mère (Els Deceukelier) est allongée sur le canapé, dans un désordre de couvertures, engourdie par la télévision. Comme elle le dit au conseiller scolaire, les seuls amis de Holly sont sa sœur Dawn (Maya Louisa Sterkendries), dont la ténacité sans fioritures tient les intimidateurs à distance – du moins quand elle est là – et Bart (Felix Heremans), un garçon neuro-divergent. dont l’interprétation littérale du monde n’inclut pas la sorcellerie.

Mais dans un sens, il est son premier initié. Bart est enclin à crier et à donner des coups de pied aux murs, mais il passera des heures tranquilles avec Holly, allongé sur son lit, la tête sur ses genoux, ou ramassant des étagères de bijoux poubelles avec elle lors de leurs promenades de l’après-midi en ville. C’est bon marché, mais pas assez bon marché pour qu’ils puissent l’acheter.

Certaines personnes la paient pour l’aide qu’elle apporte. Dans un premier temps, elle refuse. Lorsqu’elle commence à prendre de l’argent – ​​elle peut acheter de nouvelles chaussures, une doudoune cool qu’elle porte par tous les temps – le film s’aventure dans un nouveau territoire, posant des questions sur ce qu’est une véritable aide. Peut-il seulement être pur, à l’abri de tout lucre crasseux ? Dans quelle mesure le désir d’un coup de main surnaturel est-il pur en premier lieu ?

Holly n’est qu’une jeune fille. Elle partage clairement leurs croyances, car tous les chamanes doivent croire en leurs propres sorts. Cela lui donne un but, mais ceux qui veulent dépendre d’elle veulent aussi lui en vouloir. Troch laisse ces nuances d’expérience remonter lentement à la surface. Très lentement, en fait. Ces couleurs ne sont jamais autorisées à former une image définie de ce qui se passe exactement ; Le cadeau de Holly, comme la jeune fille elle-même, reste insaisissable jusqu’à la fin.

Un film curieux et intelligent, houx est Carrie vue de l’autre côté du miroir, ces mains magiques à ses côtés, regardant sa propre image et se demandant qui elle est.

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail