...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le dernier travail brillant de Ryusuke Hamaguchi –

evil-does-not-exist-1.jpeg

Le dernier travail brillant de Ryusuke Hamaguchi –

Le Shinrin-yoku, qui signifie « bain de forêt », est une invention japonaise des années 1980 : une thérapie méditative qui relie les citadins épuisés au pouvoir de guérison de la nature. Le mal n’existe pasle dernier film du célèbre réalisateur de Conduire ma voitureRyusuke Hamaguchi – et candidat au Lion d’Or à la Mostra de Venise – s’ouvre sur une longue série de scènes d’arbres au rythme si serein et magnifiquement scénarisées qu’elles vous donnent l’impression de vous baigner dans la forêt pour de vrai.

Les pins se balancent au-dessus de nous, les ruisseaux ruissellent, le soleil tombe entre les branches sur la neige, les rochers blancs des montagnes s’élèvent au loin. La musique d’Eiko Ishibashi, menée par le rythme subtil d’un violon, tourbillonne en arrière-plan. Nous voyons Takumi (Hitoshi Omika) accroupi au-dessus d’une source remplissant des bouteilles d’eau ; montré au milieu du plan, entouré par la forêt murmurante, il fait partie de son paysage, versant méthodiquement de l’eau dans les récipients. Qui, à part Hamaguchi, pourrait faire en sorte qu’une activité aussi fonctionnelle ressemble à une méditation ? Hana, la petite fille de Takumi, partage sa communion et apprend les noms des arbres lorsqu’ils traversent la forêt. Lesquels vous ne pouvez pas toucher. Lesquels vous pouvez manger.

Ces plans étendus sont cruciaux pour notre compréhension des enjeux lorsque l’on apprend qu’une société tokyoïte, Playmode, a acquis un terrain près du village et se précipite dans la construction d’un site de glamping. Tokyo n’est pas loin, mais cela n’a jamais été une destination touristique ; leur restaurant de nouilles uniques, qui utilise l’eau douce collectée par Takumi, est un arrêt pour les locaux. Il y a le premier de plusieurs changements brusques de ton lorsque la communauté se réunit pour un soi-disant « briefing » de deux représentants de Playmode. Il s’agit d’une version japonaise d’un hôtel de ville. Tout le monde est extrêmement poli, mais la tension est palpable ; c’est comme si nous étions soudainement plongés dans un documentaire de Frederick Wiseman, où tout est éclairé par des bandes lumineuses et où la caméra traite tout le monde sur un pied d’égalité. Les représentants de l’entreprise, un homme et une femme, cherchent des explications à la bouche farfelue, mais les villageois voient clairement le problème : les eaux usées. Si le site de glamping continue, leur précieuse eau sera ruinée.

Apparemment, le décor est maintenant planté pour une histoire de victoire d’une communauté sur les gros chats – une histoire dont nous avons été témoins à de nombreuses reprises, à l’écran si ce n’est assez dans la vie – où tout s’arrange et où le public repart avec le sentiment que le monde va bien. tout va bien après tout. Lorsque les deux représentants de l’entreprise reviennent au village à contrecœur, après avoir reçu l’ordre de racheter les opposants les plus éloquents en leur proposant des emplois, il semble qu’ils pourraient eux-mêmes rejoindre la cause.

Hamaguchi a un don remarquable pour laisser les conversations se dérouler dans des coins inattendus, comme ils peuvent le faire lorsque deux personnes sont assises côte à côte dans une voiture ; sans avoir l’intention de changer la vie de l’autre, ces deux salariés s’affrontent mutuellement jusqu’à ce que leurs mécontentements soient exposés à l’air frais. Il admet qu’il est seul. Elle dit que ce qu’elle aime le plus dans son travail pour Playmode, c’est « c’est plein de salauds, comme je m’y attendais… il n’y a pas de blanchiment ». Ce n’est pas grand-chose à aimer. Pourquoi ne part-elle pas ? Au moment où ils atteignent Haragawa, ils ont tous deux décidé de ne pas rentrer chez eux.

C’est vraiment une pièce avec Conduire ma voiture, qui embrassait également les gens avec tous leurs défauts, leurs faiblesses et leur acceptation des pis-aller. Ces laquais d’entreprise sont présentés par Playmode – et par le récit David contre Goliath – comme des méchants, mais ils ne sont pas méchants ; ils ressentent le charme des arbres et la vitalité de la vie pratique des villageois. Il coupe du bois et dit qu’il ne s’est jamais senti aussi bien. Elle demande nerveusement si les cerfs sont dangereux ; elle veut être rassurée pour faire ce saut. Vous pourriez être bercé par l’idée qu’une fin heureuse – peut-être deux fins heureuses – se trouve au bout du chemin, là où ils seront tournés et où les villageois gagneront.

Mais ensuite – bien sûr – le ton change à nouveau, nous emmenant dans une histoire plus sombre à la tombée de la nuit. Hamaguchi n’est pas intéressé à emprunter la voie de la facilité pour parvenir à une résolution satisfaisante. Au contraire; son histoire se heurte à toute sorte de fin facile. La nature est nourrissante, mais profondément indifférente à ceux qui l’idéalisent ; les animaux calmes, y compris les humains, peuvent être féroces lorsqu’ils sont menacés ; Les bonnes personnes peuvent avoir de la fureur en elles. Dans ce cas, ils font des choses choquantes, mais le choc n’est pas une vaine provocation : c’est une invitation à réfléchir sur ce qui rend un acte mauvais, sur ce que signifie agir par instinct. La nature ne peut pas être mauvaise, seulement indifférente. Mais et nous ? Le film toujours surprenant et intellectuellement agile de Hamaguchi nous pose des questions auxquelles il faudrait peut-être toute une vie pour répondre. Conduire ma voiture était manifestement un chef-d’œuvre. Le mal n’existe pas est moins grandiose, moins déclaratif – ses significations s’effacent dès qu’on essaie de les saisir – mais c’est une œuvre brillante.

Titre: Le mal n’existe pas
Festival: Venise (Concours)
Réalisateur-scénariste : Ryûsuke Hamaguchi
Casting: Hitoshi Omika, Ryo Nishikawa, Ryuji Kosaka, Ayaka Shibutani, Hazuki Kikuchi, Hiroyuki Miura
Durée de fonctionnement : 1 h 46 min
Agent de ventes: Appel M

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail