...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La comédie d’époque de Thea Sharrock est un tour de force de quatre lettres – date limite

WickedLittleLetters_hero.jpg

La comédie d’époque de Thea Sharrock est un tour de force de quatre lettres – date limite

Tu as vu Femmes qui parlentBienvenue à Femmes Jurer: Méchantes petites lettres, le long métrage incroyablement drôle de Thea Sharrock réunit Jessie Buckley et Olivia Colman dans le duo le plus sale depuis que Derek a rencontré Clive à la fin des années 1970. Se déroulant en 1920, il est basé sur une histoire qui, selon le générique, est « plus vraie qu’on ne le pense », ce qui, quand on arrive à la fin, est toute une affirmation. Pensez à quel point branché, moderne et vraiment drôle Porter Sur parodie de Appelez la sage-femme pourrait ressembler, scénarisé par les frères Coen, tourné avec un petit clin d’œil visuel à Wes Anderson et dicté par un scénariste atteint du syndrome de Tourette.

Ajoutez un peu de Saint-Trinien l’anarchie morale (version Launder et Gilliatt uniquement) et vous avez la comédie britannique en fuite de l’année, une bagarre de quatre lettres parfois hilarante qui pourrait bien bénéficier de l’enveloppe de la saison des récompenses actuellement poussée par le film primé à Venise de Yorgos Lanthimos. Pauvres choses.

Le décor est Littlehampton, dans le Sussex, où Edith Swan (Colman) vit à côté de la marque irlandaise Rose Gooding (Buckley) sur Western Road. Le film s’ouvre en résolution multimédiaavec l’arrivée du 19ème lettre à la maison Swan. Adressé à Edith, il est, comme le précédent 18, impertinent, incroyablement grossier et perversement hilarant, même si ses parents strictement religieux ne sont pas prêts d’y voir le côté drôle. Edith s’élève au-dessus (« Il y a des avantages à souffrir », minaude-t-elle stoïquement), mais son père Edward est furieux et l’emmène au commissariat de police, tout à fait prêt à provoquer « un tohu-bohu ».

Edward pense que le coupable est évident : sa voisine irlandaise Rose, qui doit sûrement avoir tort car elle est une mère célibataire qui boit trop et, peut-être le pire crime de tous, a des « cheveux épars ». La police le pense aussi et, après que sa fille a été placée en garde à vue par les services sociaux, Rose est arrêtée et condamnée à deux mois et demi dans une prison de Portsmouth (« Putain de connards ! ») crie-t-elle. alors que sa photo est prise). Mais quelque chose ne semble pas bien aux habitants de Littlehampton, en particulier au groupe de whist féminin, qui s’arrange pour payer la caution de Rose. Dans le même temps, la « policière » Gladys Moss (Anjana Vasan) est de plus en plus convaincue de l’innocence de Rose, au grand dam de ses supérieurs masculins, qui pensent, comme tout le monde, qu’il s’agit d’une affaire ouverte et fermée. cas. Mais après la libération de Rose, de plus en plus de lettres apparaissent, allant très loin, suggérant que Rose est réellement la coupable et attirant l’attention du gouvernement britannique, ce qui chatouille Edith sans fin.

À l’époque, la culpabilité de Rose devait être une évidence, mais ce qui semble évident pour le public aujourd’hui, c’est que Rose n’a tout simplement aucun filtre – comme elle le dira plus tard lors de son procès : « Pourquoi devrais-je envoyer une lettre alors que je pourrais simplement dire il? » Mais même si ce qui se passe réellement n’est pas un mystère, Méchantes petites lettres devient bientôt une intrigue très britannique, avec l’officier Moss dans le rôle d’une Miss Marple renégat essayant de rassembler les dames locales pour blanchir le nom de Rose : imaginez l’héroïne d’Agatha Christie. Meurtre, dit-elle fouiner dans les émissions de la BBC Petite Bretagne.

Mais l’intrigue n’est pas la solution ici ; la meilleure chose à propos du film de Sharrock n’est pas seulement le scénario délicieusement profane de Jonny Sweet, c’est le plaisir que les acteurs y trouvent. Il y a tellement de joie dans la langue anglaise que ces lettres de plus en plus bizarres deviennent des personnages à part entière. Les insultes artisanales sont tout simplement merveilleuses : « Appelez ça un menton ? Il n’y a rien là-bas », « Dieu merci, ton père s’est fait tirer dessus, espèce de salope puante » et (un favori personnel) « Ton putain de cul est plus gros que la lune ! »

Évidemment, nous pouvons tous convenir qu’il n’y a rien d’intelligent à jurer, nous devons donc attribuer le mérite du film de Sharrock à son merveilleux casting, majoritairement féminin. Le couple central de Buckley et Colman est clairement le serment du siècle, comme un grondement de comtés d’origine dans la jungle, mais Méchantes petites lettres a tout autant d’autres choses à recommander, en soutenant les performances de Lolly Adefope, Joanna Scanlan et Eileen Atkins. Une mention spéciale doit cependant être accordée à la fantastique Anjana Vasan, star de Channel 4 sous-estimée. Nous sommes des pièces de dame et qui donne au film son cœur et son âme. Pour paraphraser Madonna, lorsqu’elle compare kd lang à Elvis, Buster Keaton est vivant – et elle est belle.

Titre: Méchantes petites lettres
Festival: Festival international du film de Toronto
Distributeur: StudioCanal
Directeur: Théa Sharrock
Scénariste : Jonny Doux
Casting: Olivia Colman, Jessie Buckley, Anjana Vasan
Durée de fonctionnement : 1 h 42 min

A la Une People

Plongez-vous dans l’effervescence des tapis rouges, les tenues glamour des stars et l’excitation qui entoure l’un des événements de gala les plus attendus de cette ...
Des secrets cachés dans le nouveau morceau de Kendrick Lamar à l’encontre de Drake ? C’est le buzz du moment : Kendrick Lamar, connu pour ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail