Le Magazine 2.0 Inside & Actu

La 3e édition du Red Sea Film Festival démarre avec un mélange de stars de premier plan et de talents locaux – date limite

La 3e édition du Red Sea Film Festival démarre avec un mélange de stars de premier plan et de talents locaux – date limite

Le Red Sea Film Festival d’Arabie Saoudite a lancé jeudi sa troisième édition avec un tapis rouge typiquement étoilé mettant en vedette Michelle Williams, Johnny Depp, Sharon Stone et Will Smith.

Le coup d’envoi avait cependant une dimension plus locale que les deux premières éditions, avec cependant un film en langue arabe, l’aventure fantastique HWJNouvrant le festival pour la première fois.

Avec pour toile de fond Djeddah, ville natale du festival, le drame met en vedette l’acteur saoudien montant Baraa Alem, dans le rôle d’un jeune djinn attachant qui tombe amoureux d’une jeune femme, interprété par l’actrice émergente Nour Alkhadra.

Sa sélection comme titre d’ouverture est considérée comme un signe de la force croissante du secteur du cinéma et de la télévision en Arabie Saoudite, six ans seulement après la levée de l’interdiction de cinéma imposée depuis 35 ans dans le pays dans le cadre de sa stratégie 2030 visant à faire bouger l’économie. loin du pétrole.

Réalisé par le cinéaste irakien Yasir Al Yasiri, basé à DubaïHWJN est l’un des films les plus ambitieux issus de l’accord de production entre la société cinématographique basée aux Émirats arabes unis Image Nation, le géant de l’exploitation des cinémas VOX et le géant mondial des médias, le groupe MBC.

« Cela me semble surréaliste », a déclaré Al Yasiri à Deadline sur le tapis rouge. « Nous sommes dans la ville où se déroule l’histoire… on se croirait dans un conte de fées. »

Le film est projeté hors compétition dans la section latérale du Spectacle arabe, tandis que 17 autres films originaires de la région MENA et d’Afrique sont en compétition dans la compétition principale. Elvis et Moulin Rouge! Le réalisateur Baz Luhrmann préside le jury composé de Frieda Pinto, Joel Kinnaman et Amina Khalil.

Luhrmann a déclaré à Deadline qu’il avait passé du temps en Arabie Saoudite avant d’assumer le rôle de président du jury pour voir le pays par lui-même.

« Je suis venu tranquillement faire ma propre enquête… Pendant 30 ans il n’y avait pas de cinéma et puis, tout d’un coup, on voit des films. J’ai appris à connaître les studios, mais ce qui m’a vraiment frappé, ce sont les jeunes cinéastes émergents et leur soif de raconter leur histoire », a-t-il déclaré.

« C’est pourquoi je suis ici. À une époque où la politique nous fait défaut, les conteurs doivent être entendus et c’est ce que nous sommes là pour soutenir.»

L’édition de cette année du Festival du film de la mer Rouge s’est déroulée dans le contexte des tensions géopolitiques mondiales du conflit Israël-Hamas et de la fin de la grève des acteurs hollywoodiens.

Ces défis ont amené le festival à annoncer sa liste d’invités de premier plan plus tard que d’habitude, tandis que d’autres invités de prestige devraient être annoncés à mesure que l’événement se poursuit.

Malgré les défis logistiques du festival en toile de fond, les participants de l’industrie ont le sentiment que les efforts déployés par l’Arabie saoudite pour relancer une industrie cinématographique à partir de zéro au cours des six dernières années se concrétisent rapidement.

Le franco-tunisien Tarak Ben Ammar, qui tourne actuellement le film d’action mettant en vedette Denzel Washington d’Antoine Fuqua L’égaliseur 3 jeDans les cinémas du monde entier, en partenariat avec Sony Pictures Entertainment, l’Arabie saoudite était « l’endroit idéal » pour le cinéma et la télévision dans la région.

« Je ne peux pas ne pas être là. Quand tu vois mon dernier film Égaliseur avec Denzel qui a rapporté six millions d’euros (6,5 millions de dollars) ici et seulement deux et demi (2,7 millions de dollars) en Espagne ou en Italie, cela montre que ce marché est exponentiel », a-t-il déclaré.

« C’est fascinant et voici la différence. Autrefois, les cinéastes arabes devaient se rendre dans les festivals pour réaliser des coproductions, je ne dirais pas mendier mais solliciter des financements. (En Arabie Saoudite) Ils comptent 38 millions d’habitants, dont 70 % ont moins de 30 ans. C’est le lieu où les cinéastes arabes, saoudiens bien sûr, et d’autres peuvent s’exprimer.

Il a suggéré que la situation du cinéma et de la télévision en Arabie saoudite était similaire à celle de la Corée. « C’est le modèle. Ils ont les moyens, ils ont leur faim, ils ont leur passion », a-t-il déclaré.

Le Festival international du film de la Mer Rouge se déroule du 30 novembre au 9 décembre.

A la Une People

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un ...
La voix de Luther Vandross était la bande originale de nombreuses enfances noires du millénaire. Personnellement, je me réveillais tous les dimanches avec de la ...