...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Histoire touchante d’une famille haïtienne au TIFF –

full_MOUNTAINS-01-Clean-16x9-1.png

Histoire touchante d’une famille haïtienne au TIFF –

En train de regarder Montagnes, qui vient de faire ses débuts internationaux dans le cadre du programme Centerpiece du Festival du film de Toronto, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à deux autres films marquants dont il semble rappeler à sa manière. L’un était celui de 2019 Le dernier homme noir de San Francisco, une histoire remarquable de gentrification et de ses effets sur ceux qui sont chassés de chez eux, mettant en vedette Jimmie Falls et lançant la carrière de Jonathan Majors. L’autre était la version cinématographique de 1960 du film souvent joué de Lorraine Hansberry. Un raisin au soleil dans lequel Sidney Poitier dans le rôle de Walter Lee Younger incarne un mari, un fils et un père en difficulté qui rêve d’une nouvelle maison et d’une vie meilleure pour sa famille.

Rassemblez-les et vous obtenez les éléments de ce qui rend le premier long métrage émouvant et méditatif de la réalisatrice et co-scénariste (avec le producteur Robert Colom) Monica Sorelle si puissant. Le film avait été présenté en première sous le radar au Tribeca Film Festival en juin, où il a remporté une mention spéciale du jury pour Narrative Films, mais son placement au TIFF lui confère à juste titre un public plus large et une distribution. Sorelle a travaillé sur le casting du film oscarisé de Barry Jenkins Clair de lune, se déroulant à Miami comme ce film, et l’influence évidente de ce film sur Montagnes est une très bonne chose.

Situé dans le quartier Little Haiti de Miami, un foyer en constante évolution pour tant de familles d’immigrants haïtiens, c’est clairement une période de perturbations majeures. Le personnage principal, Xavier (Atibon Nazaire), travaille dans une équipe de construction qui démolit des maisons de longue date dans le quartier où il vit également.

C’est une maison modeste mais colorée qu’il partage avec sa femme Espérance (Sheila Anozier), couturière et brigadière. Leur fils adulte, le très américanisé Junior (Chris Renois), travaille comme voiturier mais est en réalité un aspirant comique de stand up. Il est également un décrocheur universitaire et une déception pour son père, qui veut mieux pour son fils que jamais.

Le travail quotidien consistant à démolir des maisons et sa propre dynamique familiale se déroulent dans des scènes qui ressemblent à des instantanés de cette vie quotidienne, mais dans tout cela se trouve le rêve et l’intention de Xavier de trouver un moyen de convaincre Espérance qu’il est temps de passer à un plus grand. lieu. Il a les yeux rivés sur une belle maison blanche plus spacieuse dans la région.

Bien sûr, elle se demande où ils trouveront l’argent, mais comme Walter Lee Younger, il ne se laisse pas gêner par cela. L’une des meilleures scènes du film les implique tous les deux lors d’une journée portes ouvertes, interagissant avec le représentant immobilier et ressentant la chaleur du soleil alors qu’ils sont assis dans le jardin.

Bien qu’il y ait des conflits dans le film, notamment le racisme inhérent apparent au sein de l’équipe de construction de Xavier et de son manager blanc, Montagnes n’est pas fortement axé sur l’intrigue. Il prend son temps et présente ces vies en vignettes sur fond qui montre subtilement la vie qu’ils ont connue en Amérique, et comment les rêves qui les ont amenés ici d’un pays natal plein de tragédies s’effacent lentement grâce à ce que certains appellent le « progrès ». ».

L’haïtiano-américaine Sorelle, originaire de Miami et qui connaît bien cette dynamique, est bien servie par cette familiarité. Montagnes bénéficie d’un sentiment d’authenticité et parvient à être un premier long métrage extrêmement impressionnant. La cinématographie nette de Javier Labrador est excellente. Nazaire dans le rôle central de Xavier est fier, frustré, las, conscient, aimant et plein d’espoir. C’est une splendide performance d’une grande subtilité et puissance. Anozier est une présence chaleureuse et merveilleuse partout. Renois en tant que Junior est un fil sous tension – et lui-même un véritable comique de stand up. Le casting de soutien, bien choisi et naturaliste, va et vient, mais l’accent est clairement mis sur cette famille et sur le quartier de Little Haiti qui disparaît lentement.

Titre: Montagnes

Festival: Festival du film de Toronto

Agent de ventes: Financement des médias CAA

Directeur: Monique Sorelle

Scénario: Monica Sorelle, Robert Colom

Casting: Atibon Nazaire, Sheila Anozier, Chris Renois

Durée : 1 heure et 35 minutes

A la Une People

Êtes-vous suffisamment courageux pour briser les stéréotypes de genre ? C’est ce que fait le fils de Megan Fox, et elle ne pourrait pas être ...
Le coup de gueule de Logan Roy contre la religion Le célèbre acteur Brian Cox, qui incarne Logan Roy dans la série à succès « Succession », ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail