...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Film de Sofia Coppola sur Elvis et Priscilla Presley –

https___cdn.sanity.io_images_xq1bjtf4_production_a6e96a61769528406e28c8cf41db1f49b90de4bd-6000x4000-1.jpg

Film de Sofia Coppola sur Elvis et Priscilla Presley –

Le diable est dans les détails. Des orteils aux ongles roses froissant sur un tapis rose ; un paquet de faux cils ; des tas de jetons dans un casino de Vegas ; les pilules. Toujours les pilules : pressées dans une paume qui s’ouvre pour révéler son petit prix blanc ; alignés dans des bouteilles sur la table de chevet ; glissé dans une poche sur le chemin de l’école. «Peut-être que les pilules, c’est trop», hasarde Priscilla Beaulieu à son petit ami Elvis Presley, après un de ses accès de colère où elle parvient de justesse à esquiver son poing. « J’ai des médecins qui s’occupent de moi », grogne-t-il. « Je n’ai pas besoin d’un deuxième avis. »

Celle de Sofia Coppola Priscilled’après le livre de Priscilla Presley Elvis et moi et en compétition à la Mostra de Venise, ne fait aucun tour fantaisiste avec des chronologies ou des cadres de référence ; il s’agit d’un récit tout à fait linéaire de sa romance avec le roi, commençant par la fête où elle l’a rencontré en Allemagne de l’Ouest et se terminant le jour où elle a quitté leur mariage. Les biopics, en particulier ceux qui ne s’écartent jamais des faits d’une vie, semblent souvent pénibles. L’histoire d’Elvis Presley a d’ailleurs été assez souvent racontée ; la plupart des gens connaissent l’essentiel de l’histoire de Presley. Cependant, raconté du point de vue de son ex-épouse, cela devient une toute autre histoire.

Et c’est Coppola qui le raconte, dont le style stylistique surmonte le sentiment ennuyeux que nous savons exactement ce qui va se passer. Ces détails – les objets vus en gros plan, les intérieurs sombres soigneusement évoqués des maisons où les rideaux sont toujours fermés pour se protéger du soleil, les costumes qui montrent l’adolescente Priscilla en robe de bal, comme une petite fille jouant à se déguiser avec elle. la garde-robe de la mère – sont comme un récit supplémentaire qui se répercute sur les faits que nous connaissons déjà.

EN RELATION: Galerie de photos de la première du Festival du film de Venise « Priscilla »

Cependant, en revenant à ces faits, ils se sentent inquiétés d’une manière qu’ils n’auraient peut-être pas ressentie à l’époque. Elvis Presley (Jacob Elordi) a 24 ans et fait son service militaire en Allemagne de l’Ouest lorsqu’il rencontre Priscilla (Cailee Spaeny). Elle est en neuvième année et vit sur la base militaire américaine. Nous rencontrons ses parents. Ils sont stricts et, sans surprise, réticents à la laisser aller à une fête chez une célèbre idole. Lorsque ledit idole demande à son ami – l’officier d’animation de la base – d’appeler pour lui dire qu’il veut la revoir, ils posent la question que chacun d’entre nous se poserait : que veut-il d’elle ? Ensuite, nous voyons comment ses méthodes gagnantes du Sud font tourner les têtes ; combien de temps elle le voyait tous les soirs qu’il pouvait et, quand son service en Allemagne était terminé, comment ils l’avaient laissée rester à Graceland. L’année suivante, elle s’installe définitivement à Graceland ; Elvis promet de l’envoyer dans une bonne école et de s’assurer qu’elle fasse ses devoirs.

Comme le montre ici, la jeune Priscilla était sage, souple et virginale. Presley dit à son père qu’il aime lui parler. Elle répond à peine. Qu’a-t-elle à dire, après tout ? « Comment va mon petit ? » demande-t-il au téléphone quand elle est encore de retour en Allemagne de l’Ouest, comme si elle était un animal de compagnie. Nous les voyons ensemble dans plusieurs scènes avant que Coppola ne nous surprenne par sa petite taille : Spaeny atteint à peine la poitrine d’Elordi.

C’est une vision accablante d’un homme et – finalement – ​​d’un mariage. Il envoie Priscilla acheter des vêtements et les hommes autour de lui – il y a toujours des hommes autour de lui – se réunissent pour approuver ou rejeter les résultats. Des couleurs unies, insiste-t-il ; une petite femme ne peut pas porter d’imprimés. Elle doit se teindre les cheveux en noir. Elle ne peut pas travailler, car elle doit être là quand il appelle. C’est ce dont il a besoin chez une femme. Ce dont il n’a pas besoin, apparemment, c’est ce que ses parents auraient raisonnablement craint. Il s’allonge avec elle sur son vaste lit et lui pose une de ses nombreuses règles : il ne faut pas s’emballer. Le sexe l’attire manifestement moins que le contrôle qu’il peut exercer en le refusant.

Sans surprise, Coppola a fait de son mieux lorsqu’elle a observé les rouages ​​de la célébrité, de la richesse et des excès, sans essayer d’embrouiller ou d’accuser qui que ce soit, mais simplement en enregistrant ce qu’elle voit.

La force de ses films, c’est qu’ils semblent tout voir. En tant que film, Priscille se sent léger ; il n’y a pas de révélations, pas de confrontations, pas d’évaluations rétrospectives de ce qui se passait réellement ici ou de la manière dont cela reflétait le monde dans son ensemble. Il y a juste cette vue de Priscilla dessinant des films œil de chat avec son eye-liner noir, ce tapis monogrammé orné de notes de musique, ce lit – généralement photographié du côté d’Elvis – où il passe la majeure partie de sa vie lorsqu’il est à la maison. De petites choses, mais Coppola y trouve un sens.

Titre: Priscille
Festival: Venise (Concours)
Distributeur: A24
Date de sortie: 27 octobre 2023
Réalisateur-scénariste : Sofia Coppola
Casting: Cailee Spaeny, Jacob Elordi, Dagmara Dominczyk
Notation: R.
Durée de fonctionnement : 1 h 46 min

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail