...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Deux stars passent derrière la caméra – date limite

Patricia-Arquette-Kristin-Scott-Thomas.jpg

Deux stars passent derrière la caméra – date limite

Ce n’est jamais une « soirée d’ouverture » normale lorsqu’il s’agit du Festival du film de Toronto, qui propose de nombreux films dont le très attendu film Hayao Miyizaki. Le garçon et le héron, qui est le gala clé de la soirée d’ouverture. Mais il y en a d’autres, notamment deux premiers films exceptionnels réalisés par les célèbres stars vétérans Kristin Scott Thomas et Patricia Arquette, ce qui en fait un coup d’envoi très mémorable pour le TIFF sur de nombreux fronts.

En fait, il s’agit cette année d’un festival avec de nombreuses avant-premières de films soit marquant la première fois qu’un acteur passe derrière la caméra comme l’ont fait respectivement Thomas et Arquette avec Special Présentation. Étoile polaire, et l’ouverture de la section Découverte Fille Gonzo, ou prendre leur dernière photo en tant que réalisateur. Dans les prochains jours, nous aurons également celui d’Anna Kendrick Femme de l’heure ; Le deuxième long métrage de Viggo Mortensen Les morts ne font pas de mal ; Celui d’Ethan Hawke Chat sauvage; Chris Pine Poolman ; Celui de Tony Goldwyn Esdras ; Finn Wolfhard co-réalisateur L’enfer d’un été ; et les débuts en tant que réalisateur de Michael Keaton Knox s’en va. Et ce n’est même pas une liste complète.

Cependant, les films de jeudi réalisés par deux des meilleurs acteurs du secteur sont de bon augure, même si leurs collègues acteurs sont mis à l’écart par la grève de la SAG-AFTRA qui éloigne malheureusement beaucoup d’entre eux de Toronto cette année. Ces deux films sont à vendre et méritent tous deux de trouver un grand distributeur.

étoile polaire

CAA

Kristin Scott Thomas revisite son propre traumatisme d’enfance comme point de départ de Étoile polaire, qu’elle a non seulement réalisé et écrit, mais aussi dans lequel elle joue. Dans la vraie vie, le propre père de Thomas, un pilote de la Royal Navy, a été tué au combat quand elle avait 6 ans. La même chose presque exacte est également arrivée à son beau-père quand elle avait 12 ans. Malgré cet événement qui a bouleversé sa vie, sa mère s’est mariée une troisième fois et c’est là que commencent ses débuts en tant que réalisatrice.

Dans North Star, trois filles, désormais très éloignées les unes des autres aux quatre coins du monde, se réunissent pour le dernier mariage de leur mère (Thomas), et elles se révèlent être un trio assez dysfonctionnel. Il y a Katherine, qui suit les traces de son défunt père en tant que capitaine dans la Royal Navy mais qui connaît quelques problèmes dans sa propre relation avec Jack (Frieda Pinto), qui veut fonder une famille pendant que Katharine poursuit une carrière militaire. Il y a aussi Victoria (Sienna Miller), une star de cinéma qui laisse échapper le passé tragique de sa famille lors d’une apparition insipide dans un talk-show et qui poursuit ses propres conquêtes romantiques ; et puis il y a Georgina (Emily Beecham), une infirmière en soins palliatifs qui a du mal à gérer son mari infidèle Jeremy (Joshua Maguire).

Ils se retrouvent tous pour un week-end de mariage de trois jours dans la maison de leur enfance alors que leur mère se prépare à épouser son mari n°3, une bonne âme (James Fleet). Les secrets et les griefs du passé surgissent au fur et à mesure qu’ils se rassemblent, et finalement le dysfonctionnement prend presque le dessus. Mais il ne s’agit en aucun cas d’une grande comédie. Thomas est fan des films français, de Woody Allen Hannah et ses sœurs, Little Miss Sunshine, histoire de mariage et d’autres qui sont des exemples intelligents du genre. Tout en assumant le rôle de soutien maternel, elle laisse la plupart des feux d’artifice aux trois filles, et elles livrent de manière reconnaissable que vous pourriez trouver lors de n’importe quel mariage familial. En fin de compte, qu’est-ce qui fait que cela étoile polaire la brillance est son sens de l’amour, de la famille et de l’humanité.

Johansson se connecte vraiment ici avec une belle performance. Elle a déjà joué à deux reprises la fille de Thomas (quand elle avait 12 ans). Celui qui murmure à l’oreille des chevaux et des années plus tard dans L’autre fille Boleyn), et le raccourci entre eux porte ses fruits. Miller est un véritable livewire ici et complètement délicieux et amusant à regarder. Beecham est le point d’ancrage et équilibre parfaitement ses sœurs globe-trotters. Les hommes vont bien aussi, mais fondamentalement, les objets ne sont pas destinés à gêner la véritable histoire que Thomas veut raconter. Et elle le raconte très bien.

Le film est dédié de manière poignante à la mémoire des « deux pères » de Thomas, le Lt Cdr Simon Thomas RN et le Cdr Simon Idiens RN.

Titre: étoile polaire
Festival: Festival du film de Toronto (présentations spéciales)
Réalisateur-scénario : Kristin Scott Thomas
Casting: Kristin Scott Thomas, Scarlett Johansson, Sienna Miller, Emily Beecham, Thibault De Montalembert, Freida Pinto, Joshua Maguire, James Fleet
Durée de fonctionnement : 1 h 35 min
Agent de ventes: CAA

Fille gonzo

Festival international du film de Toronto

Le dieu du journalisme gonzo, Hunter S. Thompson, a été représenté dans toute sa splendeur, que ce soit par son nom ou non, dans des films tels que Où errent les buffles avec Bill Murray, et Peur et dégoût à Las Vegas et Le Journal du Rhum, et qui sait combien d’autres itérations inspirées par la force vitale unique qu’était cet écrivain légendaire. Aujourd’hui, en s’attaquant au livre de Cheryl Della Pietra, Patricia Arquette a trouvé le matériau idéal pour un début de réalisation plein d’entrain dans Fille gonzo.

L’histoire tourne autour de l’année que Pietra a passée en tant qu’assistante de Thompson alors qu’il était sur le point de mourir mais qu’il travaillait, si tel est le mot, sur peut-être son plus grand roman. D’abord quelque peu intimidée par lui puis déterminée à l’aider à le terminer avant qu’il ne soit trop tard, voici son histoire rythmée par sa relation haute en couleur avec un homme tiraillé entre les femmes qu’il rencontrait vers 1992 (il y en a beaucoup des références de Clinton ici) dans un monde de sexe, d’amour, de rock’n roll, de tout ce qui est sauvage et décomplexé.

Arquette considère l’histoire de Thompson comme une porte d’entrée vers le monde différent, frustrant et fascinant d’un écrivain en guerre contre lui-même. Aux prises avec le blocage de l’écrivain, impliqué de manière unique avec plus d’une femme, accro aux mots et aux drogues, ébranlé et se détournant de toute forme de responsabilité, cet aperçu fictif du monde de Thompson n’est pas la surface de certaines tentatives passées. Il s’agit plutôt d’une vue intérieure de cette personnalité complexe vue à travers le prisme d’une autre jeune assistante jolie mais déterminée qui devient elle-même une survivante, refusant de le laisser la vaincre alors qu’elle tente vaillamment de libérer sa grandeur avant qu’il ne puisse la jeter dans le poubelle. Willem Dafoe a l’un de ses meilleurs rôles depuis des années (un match parfait pour un autre grand rôle cet automne Pauvres choses) comme Walker Reade, voulait bien sûr évoquer Thompson, et il le fait avec une représentation tridimensionnelle qui semble vécue et brillamment observée.

C’est toujours Camila Morrone, l’actrice qui a volé la récente série limitée nominée aux Emmy. Daisy Jones et les Six, qui parvient ici à faire la même chose que l’assistant de Reade, Alley Russo. Arquette a ajouté un beau groupe de soutien comprenant notamment Ray Nicholson, mais aussi Elizabeth Lail, Leila George et James Urbaniak, en plus d’elle-même dans un tour mémorable comme celle qui a tout vu. Sean Penn apparaît même dans une apparition étrangement souscrite qu’il fait fonctionner d’une manière ou d’une autre. En fait, il s’intègre parfaitement.

Bien que se déroulant en 1992, la vision d’Arquette semble plus conforme au style cinématographique des années 70, en particulier à Robert Altman, même si elle ne frappe pas toujours dans le mille ici, elle s’en rapproche certainement suffisamment pour signaler une nouvelle carrière derrière la caméra – à tel point que je attend avec impatience le prochain film qui pourrait l’intéresser. Pour l’instant, Fille Gonzo, avec le cadeau de Dafoe et Morrone, c’est tout à fait suffisant.

Titre: Fille gonzo
Festival: Festival du film de Toronto (Découverte)
Directeur: Patricia Arquette
Scénaristes : Rebecca Thomas et Jessica Caldwell
Casting: Willem Dafoe, Camila Morrone, Patricia Arquette, Ray Nicholson, Elizabeth Lail, Leila George, James Urbaniak, Zoe Rose
Durée de fonctionnement : 1 h 47 min
Agents commerciaux : WME et Gersh

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail