...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des organisations cinématographiques déposent une pétition en Iran contre Maryam Moghadam et Behtash Sanaeeha –

GettyImages-1342916842.jpg

Des organisations cinématographiques déposent une pétition en Iran contre Maryam Moghadam et Behtash Sanaeeha –

Une trentaine d’organisations, festivals et professionnels du cinéma ainsi que des ONG de défense de la liberté d’expression ont signé une lettre ouverte appelant les autorités iraniennes à abandonner immédiatement toutes les charges retenues contre les réalisateurs Maryam Moghadam et Behtash Sanaeeha ainsi qu’à lever l’interdiction de voyager.

Parmi les signataires figurent la Berlinale, la Coalition internationale pour les cinéastes en danger basée à Amsterdam et PEN America à New York.

Les cinéastes, dont la dernière collaboration Ballade d’une vache blanche fait des vagues sur le circuit des festivals, sont dans la ligne de mire du régime islamiste pur et dur de leur pays en ce qui concerne leur prochain film Mon gâteau préféré.

Le couple devait s’envoler pour Paris en septembre pour terminer la post-production du long métrage, explorant « la vie à huis clos d’une femme vieillissante qui ose vivre ses désirs dans un pays où les droits des femmes sont fortement restreints ».

Leurs passeports ont cependant été confisqués à l’aéroport de Téhéran et ils ont été informés qu’ils seraient jugés pour des accusations soupçonnées d’être liées au film.

L’incident fait suite à une descente au domicile du monteur du film par les forces de sécurité iraniennes, au cours de laquelle elles ont saisi des rushes et d’autres documents liés à la production.

« Nous exhortons avec ferveur les autorités iraniennes à cesser la persécution incessante des cinéastes, des écrivains, des artistes, des musiciens et de tous ceux qui expriment courageusement les aspirations, l’humanité et les rêves du peuple iranien », peut-on lire dans la lettre.

« L’heure est au changement, à commencer par Behtash Sanaeeha et Maryam Moghadam, dont le dernier film, Mon gâteau préféré, On pense qu’il a provoqué la colère des autorités islamistes dures du pays, même si les détails des accusations n’ont pas encore été communiqués.»

Il y a eu une série d’interdictions et d’arrestations impliquant des artistes, des écrivains et d’autres travailleurs culturels au cours des deux dernières années dans le cadre de la répression de la dissidence.

La répression a commencé avant la montée des manifestations Femme, Vie, Liberté, à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en garde à vue en septembre 2022, mais s’est intensifiée à mesure que les autorités iraniennes tentent de freiner le mouvement. mouvement démocratique.

La lettre indiquait que l’Iran se classait au deuxième rang sur la liste de l’indice de liberté d’écriture PEN America 2022 des 10 meilleurs geôliers d’écrivains, et en tête de liste des geôliers de femmes écrivains.

Il fait également allusion au cas du réalisateur Saeed Roustayi, qui a été condamné cette année à six mois de prison pour « activité de propagande anti-régime » pour avoir projeté son film. Les frères de Leila à Cannes en 2022 sans autorisation ; le journaliste emprisonné et lauréat iranien du prix Nobel de la paix Narges Mohammadi, et le rappeur Saman Yasin, qui affirme avoir été torturé en prison.

« Les cinéastes, écrivains et autres artistes jouent un rôle essentiel dans l’établissement de sociétés libres et dynamiques, en servant d’architectes de communication et de collaboration et en inspirant les citoyens à rêver d’un avenir meilleur basé sur de nouvelles possibilités et idées. Au lieu d’étouffer leurs voix, les gouvernements doivent élever et célébrer les artistes pour leurs contributions inestimables à la société », peut-on lire dans la lettre.

Les directeurs ont été informés qu’ils seraient jugés par un juge lié à la prison iranienne d’Evin, qui est l’un des établissements pénitentiaires les plus sévères du pays.

Moghadam, qui possède les nationalités iranienne et suédoise, s’était déjà vu interdire de voyager pendant deux ans après avoir joué le rôle principal dans le film tourné clandestinement de Jafar Panahi en 2013. Rideau fermé.

En 2019, elle a été licenciée d’une importante production cinématographique iranienne sur ordre du ministre de la Culture et de l’Orientation islamique. Elle a répondu par une lettre ouverte condamnant cette action.

Sanaeeha et Moghadam ont également été poursuivis en justice par les Gardiens de la Révolution pour Ballade d’une vache blanchequi raconte l’histoire dévastatrice d’une femme qui découvre que son mari exécuté était innocent des accusations portées contre lui.

Les deux hommes ont été accusés de « propagande contre le régime et d’action contre la sécurité nationale ». Ils ont ensuite été acquittés, mais le film reste à ce jour interdit en Iran.

À l’extérieur du pays, Ballade d’une vache blanche a été créée en compétition à la Berlinale en 2021, puis jouée dans de nombreux festivals, notamment à Stockholm, Zurich et Tribeca.

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail