...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

BitPanda obtient une licence de fournisseur de services d’actifs virtuels en Norvège, pionnier de l’échange européen

News Jobba.fr

BitPanda obtient une licence de fournisseur de services d’actifs virtuels en Norvège, pionnier de l’échange européen

Source : AdobeStock / Ralf

Bitpanda, la plus grande bourse européenne de crypto-monnaie, a annoncé avoir obtenu une licence pour offrir des services d’actifs virtuels (VASP) en Norvège, élargissant ainsi ses approbations réglementaires.

Le 19 octobre, la bourse de crypto-monnaie basée à Vienne, Bitpanda, a annoncé la dernière étape importante sur le compte X officiel de la société, à savoir qu’elle est désormais devenue l’une des premières bourses de crypto-monnaie étrangères à recevoir une licence VASP en Norvège.

La licence VASP est obligatoire pour toutes les entreprises qui proposent des services d’échange, de garde ou de trading de crypto-monnaie en Norvège. Avec VASP, BitPanda dispose désormais de l’autorisation légale de fournir une large gamme de services liés à la cryptographie aux clients norvégiens, notamment le trading, la garde et l’échange.

Bitpanda a obtenu des licences pour les services de trading et de paiement de cryptomonnaies dans d’autres régions européennes telles que l’Autriche, l’Allemagne, la France, la République tchèque et la Suède.

Pour obtenir la licence VASP en Norvège, BitPanda a dû démontrer qu’il dispose de mesures de sécurité robustes pour protéger les fonds de ses utilisateurs et qu’il se conforme à toutes les lois et réglementations applicables. Cette dernière licence renforce encore notre position de courtier le plus réglementé d’Europe et nous permettra de proposer des échanges d’actifs numériques sûrs et sécurisés à des millions de nouveaux clients.

Le PDG adjoint de Bitpanda, Lukas Enzersdorfer-Konrad, a déclaré :

« Il est évident que nous, en Europe, avons besoin d’une plateforme d’investissement en laquelle nous pouvons avoir confiance. Chez Bitpanda, nous avons décidé d’être cette plateforme. Au cours des 12 derniers mois, nous avons été le seul fournisseur européen à recevoir des licences en Allemagne, en Suède, et en Norvège. Nous comptons désormais plus de 4 millions d’utilisateurs et permettons aux principales institutions financières et néobanques européennes de proposer des actifs numériques.

La Norvège introduit des licences pour les sociétés de crypto-monnaie dans un contexte de pression mondiale pour une plus grande clarté réglementaire

La licence intervient à un moment où la Norvège adopte une approche plus proactive en matière de réglementation du secteur des cryptomonnaies.

En mai, la banque centrale a appelé les législateurs à tirer parti des réglementations existantes qui traitent du risque systémique et des mesures d’application, soulignant la nécessité de réglementations spécifiques aux crypto-monnaies.

Cette décision intervient alors que les pays du monde entier examinent de près la réglementation imminente de l’Union européenne sur les marchés des actifs cryptographiques (MiCA), sur le point de devenir opérationnelle.

Même si la MiCA a le potentiel d’étendre son influence au sein de l’Espace économique européen au sens large, la banque centrale a souligné l’importance de ne pas s’arrêter là. Ils ont également souligné la nécessité de poursuivre le développement de réglementations dédiées spécifiques au secteur des cryptomonnaies.

Cet appel à une réglementation dédiée aux crypto-monnaies reflète l’intérêt international croissant pour les crypto-monnaies et la nécessité d’établir des cadres réglementaires clairs et efficaces.

Il est important de noter qu’il doit y avoir une licence spécifique pour les entreprises traitant d’actifs virtuels.

Au lieu de cela, ces entreprises doivent registre auprès de la FSAN (Autorité de surveillance financière de Norvège) et obtenez l’autorisation nécessaire pour opérer. Cette inscription est obligatoire pour toute organisation proposant des services d’actifs virtuels.

Pendant ce temps, plusieurs bourses majeures de crypto-monnaie sont confrontées à des défis avec les régulateurs européens.

En septembre, Gemini, une bourse basée à New York, a choisi de se retirer des Pays-Bas en raison de son incapacité à répondre aux demandes des régulateurs.

Ce n’est pas seulement une question qui concerne l’Union européenne ; même le régulateur des marchés financiers du Royaume-Uni, la Financial Conduct Authority, a récemment ajouté 143 nouvelles entités à sa liste d’avertissement de fournisseurs d’actifs non enregistrés.

A la Une Technologie

L'Union Européenne lance une enquête sur Meta pour vérifier si Facebook et Instagram protègent efficacement les enfants. Les régulateurs craignent que les interfaces de ces ...
Netflix continue de décevoir ses abonnés avec une nouvelle décision radicale : la suppression du téléchargement sur PC. Apprenez-en plus sur cette mesure et ses ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail