Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Ten Walls s’exprime près d’une décennie après des accusations d’homophobie.

Ten Walls returns to speak out almost a decade after homophobia accusations

Ten Walls s’exprime près d’une décennie après des accusations d’homophobie.

Introduction

Presque une décennie après que Ten Walls a été pris dans une controverse et des accusations d’homophobie, le producteur de musique et DJ revient pour insister sur le fait que ses propos ont été « mal compris et mal traduits ». Cette affaire, qui a suscité de nombreux débats, a discrédité l’artiste aux yeux de nombreux amateurs de musique. Ten Walls, dont le véritable nom est Marijus Adomaitis, est un DJ de musique électronique originaire de Lituanie. Il est surtout connu pour son titre « Walking With Elephants ».

Le scandale qui a entaché la carrière de Ten Walls

En 2015, il a été largement rapporté que le DJ de musique électronique lituanien avait publié une diatribe homophobe sur son Facebook. À la suite de cela, il a été exclu de la programmation de plusieurs festivals y compris Creamfields, Pitch, Sónar. Le musicien a également été critiqué par le président lituanien qui a déclaré que ses commentaires montraient que le pays avait un problème généralisé d' »intolérance ».

Dans le post original, le musicien ‘Walking With Elephants’ a rappelé un moment de son passé lorsqu’un musicien lituanien a tenté de le convaincre d’être plus tolérant. « Quand je lui ai demandé ‘Que ferais-tu si tu réalisais que l’anus de ton fils de 16 ans est déchiré par son petit ami ?’ Eh bien, il est resté silencieux », lisait-on dans le post traduit.

Il a également fait des commentaires sur « les bonnes années 90 », lorsque « ces gens de race différente [étaient] corrigés ».

Les conséquences de ses propos

Une traduction Google du lituanien à l’anglais fournie par la presse diffère du texte rapporté en 2015. Le post semblait également établir un lien entre l’homosexualité et la pédophilie, écrivant : « Lors de l’un de mes premiers concerts en Irlande, en chemin vers mon hôtel, j’ai vu une église avec une clôture décorée de centaines de chaussures de bébé. Naturellement, je me suis demandé pourquoi ? Malheureusement, le mensonge d’un prêtre a été découvert après des années lorsque des enfants ont été massivement violés. Malheureusement, les gens d’autre race continuent de le faire et tout le monde le sait mais ne fait rien. »

En réponse, Ten Walls a présenté des excuses, écrivant que le post était « erroné et totalement hors de son caractère et que le résultat était un post mal écrit qui était inacceptable ».

Dans une autre excuse, le producteur a écrit qu’il « regrettait profondément » ses commentaires, ajoutant qu’il était « attristé par son propre comportement et l’impact de ses actions sur les autres ».

Le retour de Ten Walls

Neuf ans plus tard, le DJ est revenu avec une nouvelle vidéo sur les réseaux sociaux et une interview racontant « son côté de l’histoire ». « Je voulais partager la vérité tant attendue et méritée », a-t-il déclaré dans une vidéo Instagram publiée aujourd’hui (13 mars), traduite avec des sous-titres anglais.

Il a continué en affirmant que son post de 2015 « relatif à la pédophilie » a été « sorti de son contexte, mal traduit et interprété [sic] », et qu’en conséquence, il a été « accusé d’être homophobe ».

Le musicien a insisté sur le fait qu’il n’a « jamais été homophobe », mais qu’après avoir suivi les conseils de relations publiques, il a fait des excuses publiques qui « ont tout aggravé ».

La clarification de Ten Walls

Il a continué en affirmant que le post original faisait référence à une vidéo spécifique qui avait été rapidement supprimée, mais qui présentait la personne à laquelle il faisait référence comme une « race différente » et pédophile.

Le clip original – qui est inclus dans sa propre vidéo de réponse – présente un acteur russe sur une émission de télévision qui répond « Oui » à la question : « Avez-vous déjà eu des relations sexuelles avec des mineurs ? »

On lui a également demandé s’il s’était déjà promené nu devant sa fille, à quoi il a également répondu « Oui », et admet avoir regardé de la pornographie animale.

Ten Walls a déclaré que « à cause de cette mauvaise traduction » de son post original et « en sortant mes mots de leur contexte », cela a donné un « sens très différent » et a causé de la « douleur » à la communauté LGBTQ.

Interview exclusive de Ten Walls

Dans une interview accompagnatrice avec Reverbs, Ten Walls a déclaré : « Je n’ai jamais de ma vie discriminé les membres de la communauté queer, ni dans l’industrie de la musique ni dans ma vie en général. Je ne discrimine en fait personne en fonction de sa race, de sa religion ou de sa sexualité. »

Interrogé sur la raison pour laquelle il n’a pas clarifié son post plus tôt, il a expliqué que « personne ne se souciait d’écouter mon explication ou de poser des questions objectives qui pourraient laisser de la place à mon récit dans toutes les situations ». Il a ajouté que les conseils de son équipe de relations publiques étaient de ne pas « expliquer ou analyser le post », ce qu’il a « aveuglément » suivi.

Il a insisté sur le fait qu’il « n’a jamais associé les personnes homosexuelles aux pédophiles ou appelé des races différentes ».

Le DJ a déclaré qu’il était tombé sur le clip TV sur YouTube, et a dit que le sujet est « très sensible » pour lui parce que son ami d’enfance a été victime d’un enlèvement et d’un viol à l’âge de sept ans.

Les répercussions du scandale sur sa santé mentale

Il a continué en expliquant que le retour de bâton a eu un énorme impact sur sa santé mentale, expliquant : « Toute cette situation a eu un impact énorme sur ma santé mentale, c’était tellement grave que pendant de nombreux mois je ne pouvais même pas parler à personne ou manger normalement, j’étais en agonie, et la plupart des gens qui étaient autour de moi, travaillant aussi avec moi à l’époque – m’ont tourné le dos et m’ont laissé dans cet état et cette situation. »

Cependant, Ten Walls a précisé qu’il ne voulait pas pointer du doigt, ajoutant qu’il pense que « chacun doit prendre ses responsabilités pour ses erreurs », même si elles n’étaient « pas intentionnelles ».

Les inquiétudes de Ten Walls à propos de la culture de l’annulation

Le fait de se retirer de la vie publique a également suscité chez lui des inquiétudes quant à la culture de l’annulation, partageant : « Vous annulez une personne, ce qui n’est pas acceptable en premier lieu, mais au-delà de cela – vous annulez le travail de quelqu’un ? Vous annulez la musique ? Dans quel monde vivons-nous ? »

« Près de 10 ans après que j’ai fait ce post, je n’ai toujours pas eu de seconde chance. Comment cela se fait-il ? » a-t-il demandé.

Il a également décrit la culture de l’annulation comme une « manière brutale de détruire non seulement la personne elle-même, mais apparemment aussi toute propriété intellectuelle, que tout le monde apprécierait normalement, mais qu’ils ne peuvent pas, parce que cette culture de l’annulation est plus forte que l’art lui-même ».

La suite pour Ten Walls

« Je me sens prêt à raconter toute l’histoire et je fais vraiment confiance à ce que je vais atteindre ceux qui doivent l’entendre », a-t-il dit.

Vous pouvez lire l’interview en intégralité ici.

Ten Walls a continué à sortir de la musique depuis que la controverse l’a sorti de la lumière des projecteurs, et cette année marque les 10 ans de ‘Walking With Elephants’. En 2015, il a sorti un nouveau titre sur le site web d’un groupe LGBT de son pays natal en guise de tentative de réparation pour les commentaires, avant de sortir son premier album en numérique en 2015.

A la Une

Extrait pour Wordpress: Découvrez l'affaire de plagiat qui oppose le géant du rock allemand Rammstein au groupe français NinjA Cyborg. Un combat judiciaire et musical ...
La mythique bande de shoegaze de Reading, Slowdive, a récemment partagé ses réflexions sur l'impact de TikTok sur leur public, l'essor du shoegaze, et leur ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail