...
Logo Jobba Magazine

Le Magazine 2.0 Inside & Actu

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les liens doux-amers entre pères et filles séparés par la prison –

Daughters-Still1.jpeg

Les liens doux-amers entre pères et filles séparés par la prison –

Filles est l’odyssée de Natalie Rae et Angela Patton documentant le programme de Patton qui donne du pouvoir aux filles d’hommes incarcérés et donne un aperçu des sujets eux-mêmes – des préadolescents insouciants profitant de leur chance d’être simplement des enfants.

Aubrey, Santana, Raziah et Ja’Ana parlent devant la caméra de leurs liens permanents avec des pères emprisonnés que certains visitent rarement. Leurs réflexions sur le maintien de l’espoir malgré des liens parentaux imparfaits défient les hypothèses sur ce dont les familles touchées par des peines de longue durée ou des systèmes de réadaptation défectueux ont le plus besoin. Les moments où ils défendent et interrogent leurs pères dans le même souffle mettent en évidence des loyautés contradictoires au-delà de l’âge de la plupart des jeunes.

L’objectif de Filles tend le micro aux filles en son centre. Plutôt qu’un défilé d’entretiens explicatifs, nous assistons à des filles d’âges variés et à la répression de leur colère face au sentiment de privation du soutien paternel. Leur vulnérabilité et leur confusion résonnent à travers des proclamations conscientes bien au-delà de l’enfance. Les conséquences émotionnelles signifient également que certains adoptent des mentalités parentales avant l’heure ; une forme subtile de parentification apparaît.

Lors des réunions de conseil en paternité précédant une danse culminante, le film met en lumière les défis systémiques. Chad, coach de vie en matière de paternité, enseigne aux hommes participants que si les gens ne se définissent pas, les statistiques le feront. Sa perspicacité dénonce les préjugés qui enserrent tous les groupes marginalisés jusqu’à ce qu’ils se débarrassent des contraintes sociétales et revendiquent leur identité.

Parallèlement, les politiques restrictives en matière de visites dans les prisons interdisent de plus en plus les contacts en personne. Pour certaines filles, une danse annuelle avec leur père en visite est leur seul lien physique précieux. Selon le film, les prisons ont supprimé les visites en personne depuis 2014. Ils bénéficient généralement de deux visites vidéo, qu’ils doivent payer. Le système carcéral américain enferme de plus en plus les détenus plutôt que de les réformer. Entre peines draconiennes, surpopulation chronique et manque de personnel, les conditions dégradent la dignité humaine au lieu d’encourager la réadaptation. Le développement professionnel, le conseil et l’éducation restent limités dans les prisons plutôt que des priorités significatives

Non préparés à se réinsérer, de nombreux anciens détenus n’ont d’autre choix que de récidiver par nécessité, poursuivant ainsi le cycle consistant à maintenir ces pères hors du foyer. Sans reconnaître au préalable l’humanité fondamentale des prisonniers, sans budgétiser des programmes axés sur l’appropriation et la responsabilité des comportements nuisibles, le système punit au lieu de promouvoir le changement individuel. Les cycles de récidive deviennent ainsi des prophéties auto-réalisatrices.

Sans craindre l’isolement et l’autoprotection appris lorsque les autorités perturbent les unités familiales, Filles insiste sur la création d’une communauté autour de chacun. Les systèmes de soutien qui défendent et éduquent les enfants touchés par l’emprisonnement modélisent le concept de « village ». À la fin de l’histoire, des mises à jour fatidiques sur certains pères et filles renforcent la portée de la politique carcérale à travers les générations si elle n’est pas prise en compte. La gravité de leur situation apparaît clairement une fois retirée des moments de joie père/fille.

En associant des liens dynamiques et des moments de pointe de la vie à des aperçus non filtrés des luttes formatrices des filles, Rae et Patton soulignent à quel point même des éclats périodiques de bonheur détiennent un pouvoir radical pour remodeler les visions du monde. Le traumatisme quotidien absorbé avant le retour à la maison rappelle pourquoi des efforts culturels et sociopolitiques continus doivent répandre cette étincelle afin qu’aucun enfant ne se sente oublié.

Titre: Filles
Festival (Section) : Compétition documentaire américaine
Réalisateur-Scénariste : Natalie Rae et Angela Patton
Durée de fonctionnement : 1 h 47 min

A la Une People

Le rappeur Lomepal est au cœur d’une nouvelle controverse avec une troisième plainte pour viol déposée pour des faits remontant à 2017. Mediapart a recueilli ...
Bruno Mars et Jessica Caban forment un couple emblématique depuis 2011. Découvrez qui est cette mannequin et actrice américaine qui partage la vie du célèbre ...

Rester connecté

Ou directement dans votre boite mail